Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 53878
 


Cliquez !


Cliquez !


Cliquez !

Jean Marie Fèvre



Naissance : 9 février 1920 - Metz (57)

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Moyen Orient

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / BMNA

Grade atteint pendant la guerre : sous-lieutenant

Décès : 21 avril 1945 - Piena la Roya, Italie

Mort pour la France

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 18771

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 4 multiplié par 5 =  ?


Jean Marie Fèvre - son Livre d'or !
 

Cadets de la France libre, l'École militaire / André Casalis

" Le lieutenant-colonel Baranger, ancien professeur de physique et de chimie à Polytechnique, est appelé à nous transmettre sa science. Jean Fèvre est chargé Renseigner la littérature et certains aspects de l'Histoire. Il a également un rôle moins officiel mais tout aussi précieux. Son expérience d'ancien séminariste en fait un homme qui sait écouter et que nous consultons volontiers car il est d'un abord facile. Il joue ainsi un peu le rôle d'intermédiaire entre A. Beaudouin qui lui accorde sa confiance et nous qui apprécions la chaleur humaine dont il sait faire preuve. Le cours essentiel, du moins pour l'instant, car il conditionne nos rapports avec les autochtones, est celui de l'anglais. Cet enseignement, et accessoirement celui du folklore britannique chanté, est assuré par un ancien speaker de la radio habitant Montpellier (prononcer : « monpilier » ) nous voulons nommer le très charmant et "long suffering » - nous y reviendrons - Robert Rubie , fidèle sujet de sa Majesté. La langue de Schiller nous est enseignée par Mademoiselle Nicollet, et la Géographie par Mrs Severn Storr. Le rôle de cette dernière ne se borne pas à ces cours. Habitant Malvern et membre très active de plusieurs comités d'entraide, elle organisera pour nous plusieurs manifestations récréatives avec beaucoup de dévouement."

Laurent le samedi 02 janvier 2010 - Demander un contact


André Casalis : Cadets de la France Libre - Louis Le Roux 1923-1951

" Il y en a déjà un de disparu, Jacques Duchêne. Parti avec nous à Nouméa, où il a retrouvé son frère, Jean, futur artilleur à la 1re DFL, il a réussi à quitter l'île au début de 1943. Il a été directement affecté au bataillon du Pacifique et a fait les campagnes d'Italie et de France avec la lre DFL.
C'était un garçon calme, assez renfermé, peu loquace et je dois dire que je l'ai souvent fait « marcher » au cours de nos fréquentes discussions. Il montait à tous les coups et cela se terminait parfois par une altercation, mais nous finissions toujours par nous réconcilier. Je regrette un peu de l'avoir « mis en boîte » comme cela car, au fond, il était très marqué par la mort de son père, tué en 1940 à la tête d'un bataillon du 27e régiment d'infanterie. Jacques y est resté, lui aussi. Il a été tué dans l'attaque du massif de l'Authion, tout à fait à la fin de la guerre. Sorti dans la première promotion, il est l'avant-dernier Cadet tué au cours du conflit.
- Qui est le dernier ?
Tu ne l'as pas connu non plus : Jean Fèvre, l'un de nos instructeurs, sorti en même temps que nous. Un type épatant lui aussi. Je t'en reparlerai si lu veux.
Et les autres ?
Les deux Jean : Pelle et Quentel, bien vivants tous les deux. Des trois, Quentel était mon meilleur copain, nous avons pris presque toutes nos permissions ensemble en Grande-Bretagne"

Laurent le dimanche 05 juillet 2009 - Demander un contact


" Plus loin, Notin écrit :
A Brymbach, [les jeunes] ont subi leur premier apprentissage de l'Armée, dans les tentes du parc, à crapahuter, à grimper, manœuvrer.(...)Le capitaine Lescure est toujours à leur tête. Deux sous-officiers l'assistent : Joseph le Guével et Jean Fèvre, à peine 20 ans. L'auteur nous apprend que ceux des jeunes gens qui passèrent leur bac ont ensuite été transférés de Brymbach à Rake Manor, dans le comté de Surrey, pour être instruits comme des candidats à Saint-Cyr.
Notin dit encore qu'au bout d'un certain temps, le capitaine Lescure fut en froid avec Carlton Gardens et qu'il fut remplacé par un capitaine Mondot, un officier dont Notin écrit qu'il était plutôt "morne". Ce remplacement énerva les jeunes gens qui manifestèrent leur colère par un autre chahut . Cette contestation poussa Passy à faire le déplacement pour leur remonter les bretelles ! C'est finalement André Beaudoin qui, sur ordre de Charles de Gaulle, reprit en main le centre et y intégra un solide instructeur britannique."

www.livresdeguerre.net 

Laurent Laloup le lundi 08 octobre 2007 - Demander un contact


Jean Fevre

Laurent Laloup le mardi 24 avril 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 02 janvier 2010

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.46 s  7 requêtes