Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 55368
 


Cliquez !


Cliquez !


Cliquez !

Georges Louis William Taylor



Naissance : 25 aout 1924 - Salles (Gironde)

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1941

Affectation principale : FAFL / parachutistes

Grade atteint pendant la guerre : lieutenant

Décès : 8 avril 1945 - Vesterbork, Pays-Bas

Mort pour la France

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 563783

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 49057

Frère de Margaret Taylor  et de Patricia Taylor 


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 plus 2 =  ?


Georges Louis William Taylor - son Livre d'or !
 

Il primo da sinistra nella sfilata del 14 luglio a Londra...

Cristina le vendredi 04 août 2017 - Demander un contact


Cadets de la France libre, l'École militaire / André Casalis

Elèves de l'Ecole dont de proches parents ont servi dans la France Libre ou dans la Résistance :

Taylor Georges, ses soeurs Margaret Taylor et Patricia Léal et leur mère Anne-Marie, née Le Coq.

Laurent le dimanche 17 janvier 2010 - Demander un contact


Georges Taylor, 3e à droite

Source : MILITARIA N°270



Cliquez pour agrandir

L. Laloup le samedi 05 janvier 2008 - Demander un contact


6-juin-1944.forum-2007.com 

" Aprés la dispersion du chateau de Callac, le Lt MARIENNE a trouvé refuge prés de GUEHENNO d'où il coordonne les groupes SAS dispersés et prépare de nouvelles actions. Promu capitaine, il est entouré de ses opérateurs-radio et d'une trentaine de SAS et FFI. Craignant être repéré (les allemands poursuivant leurs ratissages) MARIENNE décide de déplacer son groupe et dans la nuit du 10 au 11 Juillet, ils rejoignent Kerihuel, hameau isolé dans les environs de Plumelec. Le groupe s'installe sommairement dans un local annexe d'une ferme, d'autres dans le grenier, le Cpt Marienne et le Lt Martin dans une cabanne installée à distance des batiments. La garde étant assurée par la section du S/Lt Taylor, soit une vingtaine de SAS, pour cette premiére et derniére nuit à Kerihuel. Au lever du jour, huit miliciens accompagnés de 2 officiers allemands surprennent les maquisards endormis dans le local ; les armes sont saisies, les hommes allongés sur l'aire de battage. Sous la contrainte, un Lt FFI conduit les miliciens au campement de Marienne. Désarmé, le Cpt Marienne, le Lt Martin et 5 SAS sont alignés au mur et fouillés auprés des autres patriotes étendus sur le sol. Les 2 officiers reçoivent l'ordre de se coucher au sol puis l'injonction de se relever, deux miliciens les abattent et mitraillent tous les autres. Seul,le Sgt JUDET placé avant dernier le long du mur parviendra à s'enfuir. Alertés par les rafales, les SAS et FFI qui se trouvaient dans le grenier se précipitent, 2 S/officiers en tête, un civil armé leur indique la direction opposée, l'équipe s'y dirige avec les 2 S/officiers en queue de file, le pseudo-maquisard (un milicien) abat le S/C Mendes-Caldas qui agonisera durant 2 heures portant à 18 le nombre des victimes, 7 SAS, 8 FFI et les 3 fermiers. D'abord abusée par l'infiltration des miliciens, la section du S/Lt Taylor ignorant le nombre d'assaillants se replia. Le massacre de KERIHUEL entraina d'autres conséquences funestes, les miliciens du traitre Zeller ayant récupéré le cahier du Cpt Marienne contenant des informations confidentielles ce qui pourrait expliquer pourquoi Marienne fut abattu sur le champ. Ainsi le 14 Juillet 1944, les allemands et miliciens interviennent à KELANVAUX prés de Trédion, où sont regroupés dans les bois 17 SAS dont plusieurs blessés. 9 parviennent à s'échapper, 2 sont tués, 6 sont capturés dont les Lts Skinner et Floriot. Trois des paras et le patron de la ferme qui les approvisionnait sont battus à mort et achevés avant d'être jetés dans le brasier. Les noms de 77 parachutistes SAS tombés en bretagne sont gravés sur le mémorial de PLUMELEC situé à coté du moulin qui dans la nuit du 5 au 6 Juin repéra le stick MARIENNE"

Laurent Laloup le vendredi 24 août 2007 - Demander un contact


Laurent Laloup le vendredi 27 avril 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le vendredi 04 août 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.41 s  7 requêtes