Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 57100
 

Jacques Gaston Murray ex Kalifa



Naissance : 8 février 1920 - Paris 16e

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en juillet 1940

Affectation principale : FAFL /

Grade atteint pendant la guerre : sous-lieutenant

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 316109GR 16 P 438007

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 37906ligne 37909

Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 6 multiplié par 8 =  ?


Jacques Gaston Murray ex Kalifa - son Livre d'or !
 

Table des naissances à Paris 16e



Cliquez pour agrandir

Jacques Ghémard le samedi 13 avril 2019 - Demander un contact


Journal officiel de la République française 13 avril 1949

KALIFA (Gaston), né le 8 février 1920 à Paris (16e), y demeurant, 7, rue de l'Amiral Courbet est autorisé à substituer à son nom patronymique celui de MURRAY, afin de s'appeler légalement à l'avenir MURRAY au lieu de KALIFA.

Jacques Ghémard le samedi 13 avril 2019 - Demander un contact


"Héros de la Seconde Guerre mondiale, décoré de la Légion d’honneur en tant que navigateur de bombardier dans la Royal Air force, Jacques Gaston Murray a débuté sa carrière en reprenant en 1945 l’entreprise de travaux publics que détenait son père à Paris. Ce Franco-Britannique de 92 ans, qui a aussi la nationalité suisse, a ensuite bâti sa fortune dans l’industrie des services avec sa société de protection contre les incendies London Security. La famille Murray contrôle également Andrews Sykes Group (systèmes de climatisation) et un vaste parc d’hôtels dans le monde, dont le groupe Montreux Suisse Hotels & Resort."

www.bilan.ch 

Laurent Laloup le vendredi 24 novembre 2017 - Demander un contact


Le Bon de Commande : 

Laurent le lundi 05 octobre 2009 - Demander un contact


L’épopée d’un aviateur de la France Libre , par Yves Morieult



Cliquez pour agrandir

Laurent le lundi 05 octobre 2009 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution


"Claude Serf et Gaston Khafila, prisonniers à Romorantin, rejoignent l’Angleterre déguisés en soldat Polonais. Leur bateau, le Batory, quitta Saint-Jean-de-Luz en juin 1940."

www.cieldegloire.com 

Laurent Laloup le mardi 25 septembre 2007 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution


Yves MORIEULT (le 25-09-2007) : ( www.aerostories.org  )

"Bonjour,
L’amicale FAFL vient d’apprendre que le dernier pilote français du Coastal Command, ayant volé en opérations avec Max GUEDJ au 248 Squadron, nous a quittés en novembre de l’année dernière.
A ma connaissance il était aussi le dernier pilote français à avoir volé en opérations sur Beaufighter et l’un des très rares survivants, à la fin de la guerre, de la quinzaine de pilotes de la France libre affectés au sein du Coastal Command.

Monsieur Claude SERF, était né en mars 1920 à Paris. Appelé au dépôt d’artillerie d’Orléans en qualité d’élève officier de réserve et incorporé début juin 1940, le même jour que son camarade Jacques Murray avec lequel il gagnera l’Angleterre en embarquant le 21 juin 1940 à Saint-Jean de Luz sur un paquebot polonais. Ils s’engageront tous les deux dans les FAFL (matricule 30.419 sous le pseudonyme de Georges Newman pour Claude SERF). Le 13 février 1941, Claude Serf rejoint le centre d’instruction de Camberley où il sera sélectionné pour devenir pilote. Il sera d’abord affecté à l’Elementary Flying Training School n° 6 de Sywell puis au Service Flying Training School n° 11 de Schawbury le 30 août 1941. Il sera promu sous-lieutenant pour compter du 15 décembre et y obtiendra son brevet de pilote d’avion bimoteur le 21 février 1942. De nouveau muté à Camberley à cette date, le sous-lieutenant Serf sera qualifié observateur en avion à la fin août avant de rejoindre l’O.T.U. n° 61 le 29 septembre 1942.
Le 9 mai 1943, il est affecté comme pilote de Beaufighter au 248 Squadron du Coastal Command où il rencontre le lieutenant Max « Maurice » GUEDJ DSO DFC. Après un tour d’opérations de 37 missions, au cours duquel Claude Serf participe à la destruction d’un avion, d’un sous-marin et de plusieurs bâtiments ennemis, il est mis au repos et muté comme instructeur en O.T.U. à la fin du mois de septembre 1943. Il sera sérieusement blessé en service aérien commandé à la fin février 1944, atteint de blessures à la face et d’une fracture de la colonne vertébrale. Lieutenant depuis juin 1943, Claude SERF est démobilisé en juillet 1946 alors qu’il servait à l’état-major des armées, en qualité d’adjoint à l’attaché de l’air à Londres. Officier de réserve, il avait demandé à être activé, mais sans succès.
Chevalier de la Légion d’honneur fin décembre 1944, Croix de guerre 1939-45 avec deux citations, médaille de la Résistance française, il était aussi titulaire de l’Air Force Cross britannique et de la DFC US.
Comme beaucoup des premiers F.A.F.L., c’était un monsieur très discret, sur ses activités pendant la guerre.
Qu’il repose en paix.
L’ami GDR a signé un article dans un numéro d’Aéro-Journal …. que je ne retrouve pas bien sûr. S’il lit ces lignes, j’espère qu’il nous donnera quelques informations complémentaires.
Cordialement
Morieult
"

Laurent Laloup le mardi 25 septembre 2007 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution


Yves MORIEULT, de aerostories.celeonet.fr 

"Ce sont d’ailleurs très probablement deux FAFL, sur Mosquito du 613 Squadron qui furent les premiers aviateurs français en opérations sur la Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 (Sous-lieutenant pilote René Puyt et aspirant navigateur bombardier Jacques Murray, deux FAFL de 1940) comme je l’ai fait remarquer dans un article publié dans Aéro-Journal n° 47 de février-mars 2006) "

Laurent Laloup le mercredi 18 juillet 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 13 avril 2019

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 19 4 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.48 s  7 requêtes