Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 58833
 


Cliquez !


Cliquez !

Robert Victor Lion



Naissance : 26 mai 1909 - Neuilly-sur-Seine, Seine

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en mai 1943

Affectation principale : FNFL / marine de guerre

1er BFM commandos

Grade atteint pendant la guerre : Médecin

Décès : 6 juin 1944 - Ouistreham (14)

Mort pour la France

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 373540

Dans la liste de l'amiral Chaline : ligne 9263

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 32351


Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 9 plus 5 =  ?


Robert Victor Lion - son Livre d'or !
 

HISTOIRE MERVEILLEUSE DU PONT DE SOUPPES. 1942-1944. PAR M. ESNAULT

PAUL ROLLIN  (16 septembre 1923 -12 juin 1944)
Par Michel BALLOT
Le 16 septembre 1923, Paul naît à Souppes. Il ira bien entendu à l'école de Souppes et sera un élève d'Emile Chevallier. Puis il fera son apprentissage comme préparateur en pharmacie chez M. Lecoq.
Qui ne se souvient de ce beau jeune homme au sourire perpétuel, de cet excellent camarade qui ne connut que des amis ?
En 1940, il décide de s'engager dans l'Armée Française, malgré son jeune âge. La débâcle et l'exode viennent mettre obstacle à ses projets.
En 1942, il signe un engagement dans l'armée d'Armistice avec la ferme intention de rejoindre l'armée du Général de Gaulle.
Avant de quitter Souppes pour Auch le 12 novembre 1942, il tracera ce «Vive la France libre » sur un mur de la rue Voltaire - inscription qui se voit aujourd'hui encore sous les peintures et crépis plus de 50 ans après. Il comprend de suite que cette armée d'armistice sera de fait sous domination allemande. Il rejoint Marseille le 1er décem­bre 1942 avec pour objectif de passer en Angleterre par l'Espagne.
Il revient par Narbonne, Perpignan, Amélie-les-Bains, Arles et Saint-Laurent de Cerdans où il est hébergé chez les parents de Lucien Bosch pour quelques jours. Sans cesse, il a dû déjouer les contrôles d'identité. Il franchit les Pyrénées avec un passeur au col de la Muga.
Il est arrêté peu après en Espagne à Tortelle, puis interné à la prison de Gerone le 18 décembre 1942. Il ne sera libéré que le 27 février 1943. Les conditions de détention qu'il raconte dans ses cahiers sont dures : manque de nourriture et d'hygiène, mauvais traitement, promiscuité. Il se fera depuis le début passer pour être de nationalité cana­dienne.
Libéré, il rejoint Barcelone, Madrid et enfin Gibraltar, le 7 avril 1943. Il demande immédiatement à servir dans les «comman­dos», unités les plus exposées.
Le 20 avril 1943, il embarque sur le «stirling castle», un important convoi mari­time anglais est formé.
3aui Rollin en Angleterre avant le it du 6 juin 1944.
Le 25 avril est un dimanche. Il va à la messe sur le bateau comme il l'a été à terre et en prison tous les dimanches matins ainsi qu'il l'a écrit dans ses cahiers d'Espagne : «Dimanche 25 avril, ce matin, je vais à la messe à bord. Aujourd'hui nous partons pour le but de notre voyage ... Voici la nuit qui s'approche lentement et chaque minute qui s'écoule nous approche de notre départ. Enfin, à II h, l'ancre est levée et voici l'énorme masse du navire qui s'ébranle et nous emporte vers la liberté... ou la mort. »
Il s'agit donc de 23 heures.
Ce sont ses propres écrits, derniers mots qui ne sont pas sans époques plus anciennes que nous avons relatées : «.la liberié... ou la mon •
Le 29 avril, le convoi sera attaqué par l'aviation allemande. Son bateau sera touché. Le 1er mai, le convoi est en vue des côtes d'Irlande. Il monte au port de Liverpool.
Le 2 mai 1943, Paul est à Londres.
Après un entraînement particulièrement dur et intensif relaté dans la bibliographie existante, dès fin 1943 Paul Rollin participe déjà à un raid Commando les 25 et 26 dé­cembre à Étretat (Seine-Maritime).
Arrive le temps du débarquement.

«Le 4e commando dont faisait partie Paul Rollin était désigné dans le débarquement pour une action indépendante du reste de sa brigade, le choix du 4e commando, le premier de tous à débarquer avec la mission la plus dure, avait été dicté par la présence des Français dans cette unité». (Philippe Kieffer, Chef du 4e Commando).
Paul Rollin sera blessé mortellement sur la plage de débarquement, à Ouistreham en Normandie le 6 juin 1944, face au casino de la ville dont ils devaient s'emparer. Rapatrié en Angleterre, il ne survivra pas à ses blessures et mourra le 12 juin à l'âge de 20 ans.
L'infirmier qui était auprès de lui sur la plage, Gwen-Aël-Bolloré, dit Bollinger. raconte dans «Nous étions 177 »:
«les barges de nos camarades anglais nous laissent prendre plusieurs mètres d'avance. Ainsi l'a voulu le colonel Dawson. Les Français seront les premiers. «Thank you Sir ! Nous apprécions ce geste...
Le docteur Lion a installé son poste de secours au creux d'un énorme entonnoir de bombe. Je vais l'y rejoindre. «Ça va docteur ?
«Pas très fort. Bouarfa a été grièvement blessé sur la plage. Tout à l'heure, quand nous ferons un mouvement vers l'intérieur, tu iras avec la troop numéro un ; moi je resterai avec la numéro huit. »
Quelle dérision de faire des projets en ce jour ! A trois mètres du rebord de notre trou, Rollin vient de pirouetter sur lui-même. Il s'est abattu, sans bruit, avec la grâce d'un acrobate.
Un signe de tête du docteur : nous voici à découvert. Il saisit les jambes, moi les épaules, et nous soulevons ce corps déjà alourdi d'indifférence.
Près de là, Péroné, embusqué dans une haie, m'interpelle : « - Tu es fou, Bollinger, tu vas te faire tuer ! »
Le bruit des canons de marine et le jappement des mitrailleuses est tel que je ne l'entends pas. Aussi, je me retourne pour l'interroger. Heureuse surdité! Au même instant, deux snipers tirent sur nous. Lion s'écroule. La balle qui m'était destinée s'écrase contre un mur, à quelques centimètres de ma tête.
Un cadavre pour deux, c'est déjà lourd, mais deux cadavres quand on est seul...
Montlaur a vu le drame et se porte à mon aide. Il arrive, très droit, très calme, sans chercher à se camoufler. A nous deux, nous ramenons les corps à l'abri.
Pour Lion, c'est déjà fini. Un peu de rouge suinte au niveau de la poche gauche de son battle dress. Une balle en plein cœur. Soudain, sa barbe se met à pousser à une vitesse accrue, presque à vue d'oeil. Son nez déjà mince prend l'épaisseur d'une lame de couteau. Ce soir, il n'accompagnera pas la troop numéro huit.
Me voici seul, bien seul."
Rollin, lui, a reçu une balle dans la tête. Un peu de mousse blanchâtre sort de la blessure. Une partie du cerveau coule lentement, mais il gémit encore. Je l'installe le plus confortablement possible et lui administre une piqûre de morphine. Que puis-je faire d'autre ? Seul, le docteur eût pu tenter la trépanation.
Peut-être que le médecin anglais ?
Je tâche de le faire prévenir.
Autour de moi, l'affaire devient de plus en plus chaude.
Le commandant Kieffer qui, malgré sa blessure, est venu nous rejoindre etc.

Souppes sera libéré le 21 août 1944.
Le 28 octobre 1944, un service à la mémoire de Paul aura lieu dans l'église de Souppes en présence de toute la population. Sa famille ne pourra faire revenir son corps dans sa ville natale que le 21 janvier 1949. L'enterrement aura lieu le 22 janvier dans l'église et son corps repose dans le cimetière de notre ville.
Il sera décoré de la croix de guerre avec palme et étoile d'argent ainsi que de la médaille militaire."

Laurent Laloup le mercredi 03 juin 2009 - Demander un contact


commandokieffer.canalblog.com  :

Capt/ LION Robert.badge 193- Tué le D DAY, devant la villa "la rafale" à Ouistreham en portant secours à ROLLiN, balle dans le coeur: sniper- Mle 55533 T -

Résistant dès 1940 il s'évade de France pour rejoindre l'Afrique du Nord. Dénoncé il est enfermé pendant deux ans au camp d'Ifrane. Il réussit à rejoindre Londres et demande son affectation chez Kieffer. Au jour J, alors qu'il soigne Rollin, il reçoit une balle en plein coeur.

École des fusiliers marins, cours du CAT, 27 ème session du 01 06 au 19 11 2004, cours LION. Par décret en date du 21 10 1944, est nommé au grade de chevalier de la légion d'honneur le médecin capitaine Robert LION mort pour la France le 06 06 1944 à Ouistreham. Officier d'un grand charme et d'un dévouement sans limites, a fait preuve du plus grand courage le 06 06 1944 lors de l'attaque des positions fortifiées ennemies de Ouistreham par le 1 er BFMC, a suivi les troupes de choc, aidant et pansant les blessés. A été tué d'une rafale de mitrailleuses alors qu'il rampait vers une position avancée pour porter secours à un blessé. Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme de bronze. Le C/F Pol Henri DESGRÉES du LOU, commandant l'école des fusiliers marins.

Laurent Laloup le lundi 01 juin 2009 - Demander un contact


www.defnat.com 

Aumônier du commando Kieffer - René de NAUROIS - Témoignage

"Quel était l’état des pertes ?

Nous avions des morts et des blessés. Au bout de la rue Pasteur, on m’a appelé pour aller auprès de Reynaud. Je l’ai trouvé avec une balle dans le thorax. Je lui ai crié : « C’est l’aumônier ! » Je lui ai donné les sacrements. Il est mort à cet instant-là. Je ne sais s’il a perçu le son de ma voix. Il y a eu de nouveau des appels : « Aumônier ! Aumônier ! Rollin est gravement blessé ! ». Je me suis précipité. Je l’ai trouvé gisant à terre — il avait 17 ans — pas encore mort, la tête traversée de part en part. Il bredouillait. Je l’ai traîné à l’abri. Lion, le médecin du commando, est arrivé. Je le connaissais très bien. C’était un ami. Il était psychiatre, le seul de la France libre. Nous étions chacun terrés dans notre trou. Entre nous, Rollin, mourant. Lion a ouvert sa sacoche. Il a commencé à installer son nécessaire. J’ai entendu une balle siffler. Elle l’a frappé en plein coeur. Mort sur le coup. On a vite repéré le tireur. Il était caché dans l’une des rares maisons qui tenait encore debout. Il y avait comme cela plusieurs petits groupes d’Allemands qui nous harcelaient. "

Jacques Ghémard le lundi 01 juin 2009 - Demander un contact


Robert Lion

Musée N° 4 Commando :

Laurent Laloup le dimanche 10 juin 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mercredi 03 juin 2009

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 23 8 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.64 s  7 requêtes