Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54204
 


Cliquez !

Jacques Henri Bouffartigue



Naissance : 11 novembre 1921 - Paris

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Passage en Espagne : mai 1941

Engagement dans la France Libre : USA en mars 1942

Affectation principale : FAFL / parachutistes

Matricules : FAFL 35170

Grade atteint pendant la guerre : sous-lieutenant

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 7150


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 plus 7 =  ?


Jacques Henri Bouffartigue - son Livre d'or !
 

Jacques BOUFFARTIGUE

Dossier Gr 28 P4 295-20
Evadé de France par l'Espagne le 15/05/1941
Débarque aux Etats-Unis le 3/06/1941
Rallie les FFL à New-York le 7/03/1942
Débarque en Grande-Bretagne le 5/04/1942
Confirme son engagement aux FFL à Londres le 17/04/1942
Compagnie Portée
Ecole des Cadets
Engagé aux FAFL n°35170

Portier David le lundi 07 mai 2018 - Demander un contact


N° FAFL 35.170 : BOUFFARTIGUE Jacques. Henri, né le 11 10.1921 à Paris - Eng en avril 1942, aspirant parachutiste - 2ème RCP - SAS.

Source : Yves MORIEULT

Laurent le vendredi 13 novembre 2009 - Demander un contact


Jacques Bouffartigue

" Parachutistes S.A.S de la France Libre 1940 - 1945
Special Air Service 1st SAS - 3rd SAS - 4th SAS
Chasseurs Parachutistes 1ère CCP - 2ème RCP - 3ème RCP "

www.lerot.org/FFLSAS 
de David Portier

Laloup Laurent le mardi 02 juin 2009 - Demander un contact


" La Plume et le Pinceau : Jean-Claude Diamant-Berger et Jacques Bouffartigue, deux artistes Cadets de la France Libre.

L’école des Cadets de la France Libre :
Le Général de Gaulle tient à ce que cette école maintienne la tradition plus que centenaire de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr. De 1940 à juin 1944, cinq promotions sont sorties de l’Ecole des Cadets.
Elles portent les noms de : Libération, Bir Hakeim, Fezzan Tunisie, Corse et Savoie et 18 juin.
211 officiers sont issus de l’Ecole des Cadets. 48 d’entre eux sont morts pour la France. Ils ont servi dans toutes les unités de l’armée française : à la 1re Division Française Libre, à la 2e DB, chez les parachutistes SAS ou les Fusiliers marins et commandos de la Marine, au Bureau Central de Renseignement et d’Action pour l’encadrement des maquis, dans la 1ère Armée ou dans les missions tactiques de liaison avec les armées alliées.

Jean-Claude Diamant-Berger :
Aspirant de la promotion Fezzan Tunisie, il est débarqué en Normandie et meurt pour la France en juillet 1944 sur les bords de l’Orne.
Il est cité à l’ordre de l’Armée comportant la croix de guerre avec palme : « Jeune sous-officier de grande valeur, dont la conscience professionnelle était au-dessus de tout éloge ».
Poète dès son plus jeune âge, il avait rencontré Jacques Bouffartigue à l'École des Cadets, qui deviendra son ami de combat, son ami de cœur, son ami de réflexion et d’art.
Dans cette exposition J.-C. Diamant-Berger est la Plume, Jacques Bouffartigue étant le Pinceau.

Jacques Bouffartigue :
Né en 1921, Jacques peint et dessine dès l’âge de 15 ans. En 1940, il connaît l’exode et quitte la France avec sa famille pour les USA. Il travaille avec Zadkine. Passionné de la France, il n’oublie pas ceux qui sont sous le joug des nazis. Il s’offusque de la position américaine qui garde un lien avec Pétain et son gouvernement et prend parti pour le Général de Gaulle. Il rallie la France Libre dès 1942. Il est envoyé chez les Cadets. En qualité de parachutiste SAS, participant à la libération de la Charente en août 1944 puis aux durs combats menant à la libération de la Hollande en mai 1945, il fait une guerre glorieuse. Jacques Bouffartigue, Cadet de la France Libre, était de la promotion Bir Hakeim. Pour lui les grands de la peinture sont Van Gogh, Vlaminck, Staël, Poliakoff, et il aime particulièrement Bacon, Debré, Gouast, Rothko, Tapiès. Il est décédé en 1986.

Exposition de peintures de Jacques Bouffartigue
Du 29 janvier au 5 février 2008 "

www.mairie16.paris.fr 

Laurent Laloup le vendredi 18 avril 2008 - Demander un contact


source : www.pilotmotiv.com 

"Né à Paris en 1921 – décédé en 1986
1936 – Première boite de peinture à l'huile ; peint régulièrement les jeudis et dimanche jusqu'à l'exode de 1940 : portrait de ses amis, paysages des bords de Seine à la manière de Sisley.

1941-1942- New-York : travaille le dessin avec Zadkine, exécute de nombreuses copies libres au Metropolitan Museum.
1942 – 1945 – Angleterre : sous-lieutenant au 2 ème régiment de chasseurs parachutistes. 1946-1953 - Morvilliers (Eure et Loir) : peint à temps complet, mais insatisfait, détruit toute sa production et décide de se reconvertir.
1953-1962 - Caen : employé à la Conservation des Monuments historiques, se remet à la peinture. Travaille le soir, détruit beaucoup.
1962-1967 - Arrête complètement de peindre, administrateur de la Maison de la Culture.
Juin 1967 - Démissionne pour reprendre la peinture ; se fixe dans la Drôme en 1971.

Parmi les peintres de sa génération, aime particulièrement Bacon, Debré, Gouast, Rothko, De Staël, Tapiès.

Voici ce qu'il écrivait à son ami Rémi Dreyfus en 1977 :

« J'ai eu ma première boite d'aquarelle vers sept ans, les premières huiles à quatorze ans et depuis j'ai toujours eu envie d'être peintre… Puis vers dix-sept ans il y a eu ma rencontre avec Vlaminck qui a confirmé ma jeune vocation mais dans l'ambiguïté. Je me suis en effet constitué une image du peintre un peu particulière : celle du peintre-vivant-à-la-campagne avec le jardin, les bêtes, la chasse, second volet du diptyque qui correspondait à mon aspiration profonde. Les seuls souvenirs de ma petite enfance sont liés à des émotions ressenties à la campagne. Mes seules joies d'adolescent (l'adolescence est triste) aux arbres, à la terre, aux rivières… et tous mes ennuis viennent de là. Je ne peux pas vivre sans la peinture – sans la campagne non plus. » "

Laurent Laloup le jeudi 09 août 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le lundi 07 mai 2018

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.4 s  7 requêtes