Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54716
 


Cliquez !

Nicolas Wyrouboff



Naissance : 7 février 1915 - Orel, Russie

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Nationalité : Russe

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / BM1

Grade atteint pendant la guerre : sous-lieutenant

Décès : 13 aout 2009 -

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 604580

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 52758

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 1 plus 5 =  ?


Nicolas Wyrouboff - son Livre d'or !
 

Parrain

C'est avec peine, qu'au début de chaque d'année nouvelle, je ne puisse plus envoyer mes voeux à mon parrain.
Mes pensées s'envolent vers lui, qui à chacune de mes cartes, me renvoyait un petit mot sympathique.

Il était fière de ses exploits fait pendant la guerre,fière d'avoir participé à la libération de la France.
Il avait rencontré mon père Paul Pierrepont sur un navire en partance vers l'Afrique. Tous deux épris de littérature, ils avaient sympathisé.

Et puis, à la fin de la guerre, qui les avait dispersés dans le Moyen-Orient, ils ont continué à correspondre.

En février 46, non père se "plaignit" (c'est un bien grand mot) d'avoir une fille, plutôt qu'un garçon. Il lui demanda, s'il acceptait de devenir mon parrain, car disait-il "Tu as été mon meilleur ami dans les pires moment de la guerre et en souvenir de toi, ma femme et moi nous l'avons prénommée Nicole.
Sujétion acceptée.L'histoire de la Russie a bercé mon adolescence comme le plus des cadeaux, d'autant plus qu'il était un peu lié à l'histoire des Romanov.

Il me resta toujours en mémoire, les 3 fois où je l'ai rencontré, un homme digne d'intérêt et dont
l'essentiel pour lui, fut le fait d'avoir participé à la Libération de la France et de pouvoir y vivre en liberté.

Nicole Pierrepont le dimanche 04 janvier 2015 - Demander un contact


N Wyrouboff, El Alamein



Cliquez pour agrandir

roumeguere le lundi 10 septembre 2012 - Demander un contact

Réponse :

Et le texte qui va avec, il me semble 


Décès le 13 août 2009 de Nicolas Wyrouboff, né le 7 février 1915, marié en 1953 avec Sabine de Noailles, fille d'Henri de Noailles, duc de Mouchy (1890-1947) et de Marie Françoise de La Rochefoucauld (1901-1983)

Sabine de Noailles; née le 11 oct 1931.
Elle s'est mariée le 7 dec 1953 à , Paris, 75, Paris, avec Nicolas Wyrouboff, né le 7 dec 1915.

Jacques Ghémard le mardi 18 août 2009 - Demander un contact


Décès de Nicolas Wyrouboff

Sur le site de Swissinfo : 
Le Français d'origine russe Nicolas Wyrouboff, ancien de la 1r Division française libre créée en 1940 à Londres par le général de Gaulle, est décédé. Il avait 94 ans.
Il était l'un des onze Russes engagés parmi le millier de Compagnons de la Libération auprès du général de Gaulle. Après son décès, il ne reste plus que 49 Compagnons de la Libération sur un total de 1036 hommes et femmes nommés dans cet ordre créé par de Gaulle au début de la seconde guerre mondiale.
Né le 7 février 1915 à Orel, dans une famille d'ancienne noblesse russe, Nicolas Wyrouboff était parvenu à quitter l'URSS en 1924 pour gagner Paris avec sa famille. Il se trouve à l'Université d'Oxford au moment de la déclaration de guerre en 1939 et cherche vainement à s'engager dans l'armée française, puis britannique ce qui lui est refusé en raison de son statut d'apatride.
En août 1940, il s'engage dans les Forces françaises libres à Londres sous le pseudonyme de Fleury. "Mon engagement n'était pas une décision prise sur un coup de tête mais la conviction que l'on ne pouvait en rester là après la défaite", confiait-il il y a quelques années dans un livre sur les Compagnons de Libération.

Francis Deleu le dimanche 16 août 2009 - Demander un contact


Nicolas ou Wladimir dans les souvenirs de G. Desmarais

Les mémoires de Georges Desmarais : 

"(...) Vous ne connaissez pas l'Olympia? ... C'est un des plus buildings de toute l'Europe. Un croisement entre le Grand Palais (qui est bien) et l'usine Renault à Billancourt qui n'est, après tout, qu'une usine. L'Olympia servait avant-guerre à plusieurs fins, dont la plus importante était d'être une salle d'exposition. Quelque chose dans le genre de l'ancien Vel'd'Hiv à Paris. On y exposait (d'ailleurs on y expose encore puisqu'aucune bombe «salutaire» ne l'a détruit pendant la guerre) tout ce que l'Angleterre avait à montrer : depuis les produits agricoles jusqu'aux Rolls-Royces en passant par les cannes à sucre des colonies et les boomerangs

C'est grand, l'Olympia, c'est énorme, c'est tout en fer et en tôle. Nous sommes dirigés par un caporal vers une grande salle où se trouvent déjà, au moins, 500 soldats. On nous donne une couverture à chacun et, sans avoir dîné, nous nous couchons... À ma gauche Wladimir, à ma droite un gec qui a une grande barbe et qui se gratte, et qui se gratte. Nous sommes à même le sol en ciment et une odeur indescriptible flotte dans cette salle immense. Je me demande si je ne rêve pas. Hier soir c'était le collège à Oxford et ce soir je suis parmi une bande d'étrangers (beaucoup ont une mine patibulaire mais ce n'est peut-être pas de leur faute) et je ne sais ce que je fais là.
Je n'ai pas fermé l'œil de toute la nuit. Le Grec se grattait en grognant avec satisfaction lorsqu'il mettait la main sur une punaise. Il la mangeait peut-être, mais dans l'obscurité je ne pouvais voir.
Au petit matin, vers six heures, je réveille Wladimir et lui annonce ma décision de partir. Cette fois c'est irrévocable.
- « Mais partir où ? »
- « Chez de Gaulle. À Carlton Gardens, dans les FAFL »
Au guichet, il n'y a personne. Deux pas, trois pas et je suis sur le trottoir, avec ma valise et mon pardessus. ... Adieu Wladimir. Adieu Olympia. Adieu Légion.
"

Laurent Laloup le dimanche 26 octobre 2008 - Demander un contact


En souvenir

Nicolas fut un ami trés proche de mon père Georges Desmarais....Si ils n ont pas combattu en meme temps, ils ont par contre fait souvent, la fete ensemble....Mon père en parle longuement quand Nicolas s engage et lui , se trompant d étage il est enrolé dans la Marine au lieu de la RAF ....
Nous sommes restés en contact avec Nicolas Wyrouboff que j ai revu a Paris l année dernière....magnifique personnage, portant beau malgré un age certain, et restant trés humble et discret ...au sujet de SA guerre.....

Lorraine Desmarais -lagesse le mardi 19 février 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le dimanche 04 janvier 2015

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.42 s  7 requêtes