Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 59550
 

Raymond Léon Van Wymeersch



Naissance : 24 juillet 1920 - Asnières (92)

Engagement dans la France Libre : en juillet 1940

Affectation principale : FAFL /

Homologué FFL

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 585932


Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 multiplié par 8 =  ?


Raymond Léon Van Wymeersch - son Livre d'or !
 

Une nouvelle contribution attend d'être validée

Partenza da Gibilterra sul cargo Anadyr 7 luglio 1940

Léon Van Wymeersch è il penultimo della prima fila partendo da sinistra, accanto ad Olivier Massart...



Cliquez pour agrandir

Cristina le mercredi 20 juillet 2016

Réponse :

"sur le cargo Anadyr au départ de Gibraltar - au 1er plan de G. à D., De Labouchère  , Héliès  , Doualas, Rabineau  , Van Wyrmeersh, Massart  . Au 2ème plan : Michelin  , Maillet, Magrot  , Reynaud de Honington, Hubidos  , Dubourgel  , Matheron, Huin  . "photo de Labouchère, coll. Solange Marchal via Many Souffan"

Mais il y a 14 noms pour 13 personnes sur cette photo et le seul Matheron connu chez les Français Libres à cette époque est un marin agé de 53 ans 

Doualas est probablement Henri Daoulas  , Van Wyrmeersh serait Raymond Van Wymeersch  , Maillet serait Jacques Mallet  , Reynaud de Honington serait Robert Rayneau de Honington 


Compagnon d'armes

Bonsoir,
L'aéro-club de DINAN( côtes d'Armor ) souhaite au travers d'un meeting aérien prévu en 2017, honorer la mémoire de Maurice Halna du Fretay, compagnon d'armes de Raymond Van Wymeersch.
Maurice Halna du Fretay, avait lui aussi été incorporé au 174 Squadron.
Nous recherchons un maximum d'informations sur Fayolle et Van Wymeersch.
Pouvez-nous aider dans nos recherches ?
Nous nous sommes également mis en relation avec le 174 Suadron.
Pensez-vous qu'il existe encore des vétérans de cette escadrille ?
En vous remerciant.
très cordialement.
M. BERTRAND
Aéro-club de DINAN - Trélivan
Tel : 0613175802
mail : bertrand.francois35@gmail.com

M. BERTRAND le mardi 22 septembre 2015 - Demander un contact


"14 June 2000: from Ian Le Sueur of Jersey
Raymond Van Wymeersch
Great Escaper

Raymond Van Wymeersch one of the 26 survivors of the escape from Stalag Luft III, died earlier this week aged 80. He was one of sixteen Frenchmen from the l'Ecole de Chasse III who escaped from France early in the war, from Bayonne to Casablanca.

In Morocco they mixed with a party of Poles and caught a British Merchant ship to Gibraltar. On 19th August 1942 he was the pilot of Hurricane IIc BP299 'U' of 174 Sqn which in thick smog over Dieppe collided with a FW190. He subsequently broke his legs in the crash landing that followed and was made POW.

On March 24/25th 1944 Raymond took part in the large scale escape from Stalag Luft III masterminded by Sqn Ldr Roger Bushell. He took a circuitous route returning to Breslau where he purchased a ticket direct to Paris, where he hoped to link up with the resistance. He was recaptured in Metz and sent to a number of prisons in Berlin from where he escaped again twice. He was next imprisoned in Sachsenhausen concentration camp from where he escaped and was recaptured for a third time. He was then returned to Stalag Luft III. In the investigations that followed his statement played a major part in convicting the Gestapo agents responsible and bringing them to justice.

He returned to flying with the French Air Force finally retiring with the rank of Colonel in 1969, with 90 different types of aircraft including as he would proudly put it "several helicopters" in his log books. He retired to La Rochelle where he spent his time sailing and fishing.

Last September in Jersey I had the honour to meet him and his fellow escaper Sydney Dowse at the unveiling of a memorial to Raymond's close friend from Stalag Luft III, Bernard Scheidhauer. Raymond was a lovely gentleman with a constant glint of mischief in his eye. Though I only met him once he left a marked impression on me and all who met him."

www.rafinfo.org.uk 

Laurent Laloup le jeudi 16 août 2007 - Demander un contact


Raymond van Wymeersch en 1942. Le Français, pilote au 174 Hurribomber Squadron fut abattu et fait prisonnier le 19 août.
Neutralisation des défenses allemandes

La première opération s'effectue quelques minutes seulement avant le débarquement des troupes alliées. Les objectifs principaux, au nombre de sept, ont été affublés du nom de dignitaires allemands (Goebbels, Hindenburg, Bismarck etc.) Il s'agit en fait de pôles regroupant quatre à six pièces de campagnes, batteries côtières ou pièces de Flak lourde de 88 mm placées dans des cuvelage en béton, à ciel ouvert.

Les Alliés ne lancent contre leurs objectifs que des squadrons de chasseurs bombardiers Hurribomber IIb et C, et quelques Boston. Par choix politique et stratégique, aucun bombardier lourd n'est engagé directement contre la ville elle-même (seul, l'aérodrome d'Abbeville fera l'objet d'un "traitement" spécial correspondant à la deuxième sortie des B-17 américains en Europe).

La puissance et la diversité des défenses antiaériennes allemandes ont été nettement sous-estimées. En dehors des postes principaux, les Allemands ont truffé la ville et ses abords de mitrailleuses et de pièces de 20 mm à tir rapide.

Les premiers avions anglais partis de nuit vers 4 h 40 (anglaise) se heurtent à une véritable muraille de fer. L'effet de surprise est nul depuis que le convoi maritime britannique a rencontré quelques bâtiments allemands imprévus sur sa route…

" Les Yellow, on ne les a jamais vus. L'objectif… introuvable. Pour faire bonne mesure, on s'est retrouvé avec quatre Fw 190 juste sur nos têtes, 800 pieds plus haut peut-être (…) Alors on a viré vers la mer, suivi la côte et largué nos bombes sur une position d'artillerie à environ 10 miles au nord-est de Dieppe. Mais les salauds ! Ils nous attendaient au virage. Je n'ai jamais vu une telle densité de Flak ! C'était à croire qu'on pouvait marcher sur les éclats ! " (Témoignage de B.D. Murchie, pilote du 175 Squadron, au debriefing de la première mission. Cité par D.L. Stevenson in "Et cinq de chute !")

Dans la pénombre, les pilotes peinent à reconnaître leur objectif et après le délestage de leur bombes, ils arrosent un peu au hasard les positions secondaires qu'ils peuvent repérer. Chez les pilotes de Hurricane, c'est l'hécatombe. Le Squadron Leader français Émile François Fayolle, fait partie des premiers disparus. Il venait d'accepter le commandement du 174 Hurribomber Squadron, refusé peu de temps auparavant par René Mouchotte. Bien qu'étant "chasseur" dans l'âme et ayant été formé sur Spitfire, il avait accepté courageusement et en pleine conscience ce poste à haut risque.

Jusqu'au rembarquement, les pilotes des Boston et des Hurricane vont se relayer pour tenter de remplir leur mission. Avec l'apparition du jour, leur tâche est considérablement compliquée par l'apparition des chasseurs allemands des JG 2 et JG 26. Le ciel devient noir d'avions et les risques de collision se multiplient :

"Vers 12 h 00, 12 h 30, je décolle pour ma deuxième mission : bombardement et mitraillage d'une station côtière au nord de Dieppe. Toujours autant d'avions qui tournoient dans tous les sens, les éclatements de la D.C.A. lourde qui tire dans le tas, la mer couverte de bateaux et de chalands, quelques-uns en feu ; les plages grouillent de blessés et de cadavres, de tanks qui brûlent. Une épaisse fumée obscurcit une partie du ciel au-dessus de notre objectif, nous devons passer dessous pour le voir, et c'est alors que, sortant de ce nuage, un Focke-Wulf me percute et arrache une partie de mon empennage arrière ; j'ai le temps de le voir passer devant moi. L'instinct me fait appuyer sur la détente mais je crois que cela est inutile, il en a déjà pris un coup. Complètement déséquilibré, mon "U" se cabre et je perds le contrôle. Comment puis-je si rapidement mettre les bombes en sécurité, larguer la verrière, déboucler le harnais, sortir de l'avion et sans compter les six secondes réglementaires, tirer sur la poignée du parachute ? Je n'en sais rien. En tout cas, il est temps car, à peine le parachute est-il ouvert que je heurte brutalement le sol. Cheville et pied droit fracturés, je défais le harnais de mon parachute et me débarrasse de ma "mae west" (Témoignage du pilote français du 174 Hurribomber Squadron, Raymond van Wymeersch, in Icare n° 138)

Extrait de aerostories.free.fr  
Dieppe 19 août 1942
Les opérations aériennes dans l'opération Jubilee.

Laurent Laloup le jeudi 16 août 2007 - Demander un contact


Extrait de www.elsham.pwp.blueyonder.co.uk/gt_esc/ 

" Ian Le Sueur reports that a memorial to Bernard Scheidhauer was unveiled by his sister on September 17th 1999, the service was attended by over 300 people including members of his family, Free French Air Force veterans, and also Great Escape's Sydney Dowse (left) and Raymond Van Wymeersch (174 Free French Sqdn, shot down Hurricane IIc BP299 XP:U). The service ended with a fly past by a Spitfire MkVb and two Mirage 2000 of the French Air Force."

Laurent Laloup le jeudi 16 août 2007 - Demander un contact


Raymond Van Wymeersch , à droite :

Van Wymeersch Raymond F/L
30268 09.1920 Sq 174 Repris et envoyé à Sachsenhausen puis à Sagan


www.cieldegloire.com 

Laurent Laloup le jeudi 16 août 2007 - Demander un contact


Elementary Flying Training School (EFTS) d'Odiham, février 1941, devant un Westland Lysander : de gauche à droite, au premier rang, assis : Malbranque, X, Chatillon, Pierre Delange, Chauvin, Arnoud, Traisnel, Jean Vaissier, Bernard Fuchs, Boyer ; debout : X, X, Blitz, Pabiot, Réveilhac, Cravoisier, Van Wymeersch, Mazeron, Laurent, Béraud et Lambert (photo revue ICARE, avec la permission de Jean Lasserre)



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le jeudi 16 août 2007 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Dernière mise à jour le mercredi 20 juillet 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 13 10 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.67 s  7 requêtes