Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Une Française Libre parmi 54716
 

Annie Rospabé épouse Guehenno



Naissance : 17 septembre 1916 - Treguier (22)

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en février 1943

Affectation principale : Résistance intérieure / Action

Grade atteint pendant la guerre : p2

Décès : 28 avril 2006 - Paris

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 22964

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 7 multiplié par 7 =  ?


Annie Rospabé épouse Guehenno - son Livre d'or !
 

1969 PARIS Annie GUEHENNO prix pour son livre L'EPREUVE

Laurent le mercredi 27 janvier 2016 - Demander un contact


Un petit chef d'oeuvre.

Pour les besoins d'un livre, j'ai lu ou consulté près de 300 ouvrages sur la Résistance, mais aucun ne m'a captivé comme "L'épreuve".C'est un ouvrage tout à la fois historique et littéraire.L'aventure de cette jeune personne est passionnante, de son "oui" impulsif au chef du BOA, Paul Schmidt,en mars 43, à son évasion du fameux "train de Langeais" qui l'amenait en Allemagne en aout 44. Elle en rend compte avec un ton qui sonne vrai, tout en délicatesse, modestie et humanité. Je n'avais rien lu de comparable et je me félicite d'avoir trouvé, tardivement certes, un livre aussi bien écrit et aussi proche du terrain. Je suis émerveillé.

Michel Roger Augeard le vendredi 22 novembre 2013 - Demander un contact


EN HOMMAGE

Annie Rospabé fut étudiante avec mon père, Maurice Dulong, à la Sorbonne entre 1938 et 1940/1941.

J'ai découvert son existence un peu avant le décès de mon père en lisant deux lettres aussi courtes qu'émouvantes qu'elle lui avait adressées à l'automne 1940 à l'occasion du décès de mon grand père où tous deux paraissaient communier dans l'espérance de la Libération même si le mot n'est pas dit.

Interrogé par mes soins, mon père m'a parlé d'elle avec beaucoup d'émotion et de respect. Ils se vouvoyaient à l'évidence; c'était la norme à l'époque entre étudiants des deux sexes dits opposés.

Ils aimaient aussi se charrier m'a raconté mon père sur leurs origines géographiques car elle était bretonne et fière de l'être et mon père était méridional par sa famille et également fier de l'être...

Au grand moment où les caractères se révèlent et face à l'abjection de la collaboration et de l'occupation, ils sont tous deux entrés, chacun selon sa voie mais unis dans la même conception de la patrie, dans la Résistance.

Jean-Jacques Dulong

Jean-Jacques DULONG le dimanche 04 juillet 2010 - Demander un contact


Claude Faure : Aux Services De La République - Du Bcra À La Dgse

" Jusque-là opérateur radio auprès de Jean Moulin, Hervé Monjaret (Frit) est chargé d'assurer la liaison entre le mouvement Franc-tireur et le BCRA, tandis que Paul Schmidt (Kirri), qui vient d'arriver en métro­pole, accompagné de l'opérateur radio Gérard Brault (Kim W), doit assurer la même mission auprès du mouvement Libération. Tous deux sont également chargés d'organiser la réception et la distribution du matériel qui leur est envoyé. Aidé par René Ribière, Paul Schmidt met en place une équipe chargée de réceptionner le matériel largué dans la zone de Montluçon. Secondé par son épouse Françoise, Kim choisit ses contacts et ses « boîtes aux lettres » parmi ses proches, telle Annie Rospabé (Francine, Gilberte, Kim Q, future épouse de l'écrivain Jean Guéhenno. Parallèlement, sous la conduite de Tavian (Tir), plusieurs zones de réception d'hommes et de matériel sont mises en place dans le département de la Loire."

laurent le samedi 22 août 2009 - Demander un contact


Proses de Bretagne De Alain-Gabriel Monot, Monot Alain-Gabriel 

Laurent Laloup le jeudi 25 septembre 2008 - Demander un contact


"...1945-1961. Inspecteur général de l’Éducation nationale (Lettres). Ses tournée d’inspection le font voyager, en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud. Ces grands voyages apparaissent dans ses chroniques du Figaro Littéraire. Ses souvenirs donnent lieu à deux ouvrages aux éditions Gallimard : Voyages, tournée américaine, tournée africaine en 1952, et La France et les Noirs en 1954. En décembre 1946, il épouse Annie Rospabé, résistante sauvée par un arrêt forcé du train qui l’emmenait vers les camps de la mort, auteur de deux livres, L’Épreuve, Grasset, 1968 et La Maison vide, Grasset, 1973. Un fils naît de ce second mariage en 1949, Jean-Marie.
Jean Guéhenno a publié des essais et récits autobiographiques, ces deux genres s’associant étroitement dans son œuvre ..."

amisdeguehenno.monsite.wanadoo.fr 

Laurent Laloup le jeudi 25 septembre 2008 - Demander un contact


"Annie Guéhenno, résistante et écrivain
Le Monde / 8 mai 2006

Annie Guéhenno, résistante et écrivain, est morte à Paris vendredi 28 avril à l'âge de 89 ans. Née à Tréguier le 17 septembre 1916, elle était la veuve de l'écrivain et essayiste Jean Guéhenno (1890-1978).

Annie Rospabé, issue d'une famille d'instituteurs laïques bretons, est l'auteur de deux livres : La Maison vide (Grasset, 1973), discrète autobiographie, et L'Epreuve (Grasset, 1968), qui retrace avec un grand naturel son courageux engagement dans la Résistance.

Ayant quitté famille et Sorbonne, "îlot de plus en plus étrange dans ce monde où tout avait changé de sens", elle fut recrutée dès mars 1943 par le Bureau des opérations aériennes (BOA), pour lequel elle servit d'abord de "boîte aux lettres". Puis elle devint en juin 1943 agent de liaison pour les équipes de parachutage en Bretagne, Normandie et Touraine...

En janvier 1944, elle participa aux opérations destinées à réceptionner l'avion que Pierre Brossolette devait prendre pour retourner à Londres, mais Brossolette fut arrêté par les Allemands au moment où il tentait de quitter la France...

Annie Rospabé fut, à son tour, arrêtée début août 1944 par la Gestapo, qui avait infiltré son réseau. Tenue au secret dans une prison d'Angers, torturée, puis déportée, elle réussit, lors d'un bombardement, à s'évader du train qui l'emportait vers Ravensbrück...

"Un rapport pur avec les êtres, dépouillé de tout ce qui ne va pas droit à l'essentiel qui est en chacun, voilà ce que nous aura permis la vie clandestine."

Nommée en 1945 professeur à l'Institut français de Lisbonne, elle y rencontra en octobre Jean Guéhenno, qui y faisait escale sur le chemin de l'Amérique latine, où le gouvernement français l'envoyait pour rétablir les liens culturels avec la France libérée... A partir de son mariage, en décembre 1946, Annie Guéhenno vécut dans l'ombre de son mari, dont elle a dactylographié les textes, géré l'oeuvre et, après sa mort, réuni en recueil ses articles parus dans la revue Europe, sous le titre Entre le passé et l'avenir (Grasset, 1979).

Claire Paulhan"

www.buchenwald-dora.fr 

L. Laloup le jeudi 21 février 2008 - Demander un contact


"Plus de vingt ans ont passé depuis cette aventure de la Résistance, qui est celle même d'Annie Guéhenno. Elle la revit ici intérieurement, débarrassée de l'image déformante que l'histoire en a quelquefois donnée et dont les héros mêmes de l'aventure ont pu être dupes.

Récit simple, nu et pourtant plein d'événements, où le drame et l'humour se mêlent. Étudiante à Paris pendant l'Occupation, Annie Guéhenno entre dans un mouvement de Résistance (parachutage d'armes) et accomplit toutes sortes de missions à travers l'Ouest de la France. Arrêtée par la Gestapo, elle est enfermée à la prison d'Angers. Elle y passe deux mois au secret. L'aventure prend alors un caractère profondément intérieur. Embarquée dans un train à destination de Ravensbrück. Annie Guéhenno s'évade. C'est la Libération. Elle retrouve une vie sur laquelle elle s'interroge.

La réponse que chaque jeunesse se donne dépend, pour une grande part, de ce que fut sa rencontre avec son temps. Pour Annie Guéhenno et ses camarades, l'Occupation et la Résistance furent une épreuve d'eux-mêmes, peut-être une chance. À vivre dans l'anonymat, en marge des habitudes et de la comédie sociale, ils étaient paradoxalement libres et en quelque sorte à nu devant l'essentiel. La mesure de leur vie était la vie même. Quand l'aventure fut finie et qu'il fallut se rajuster à la vie quotidienne, beaucoup d'entre eux furent désemparés. Mais tout cela n'avait pas été vain... En disant très simplement ce que ce fut pour ses camarades et pour elle, Annie Guéhenno a cherché sans doute à " sauver quelque chose de la mort "."

L. Laloup le jeudi 21 février 2008 - Demander un contact


"Extrait : Avant de vivre dans l'ombre de son mari, Jean Guéhenno, elle fut résistante et écrivain. ANNIE GUÉHENNO, résistante et écrivain, est morte à Paris vendredi 28 avril à l'âge de 89 ans. Née à Tréguier le 17 septembre 1916, elle était la veuve de l'écrivain et essayiste Jean Guéhenno (1890-1978). Annie Rospabé, issue d'une famille d'instituteurs laïques bretons, est l'auteur de deux livres : La Maison vide (Grasset, 1973), discrète autobiographie, et L'Epreuve (Grasset, 1968), qui retrace avec un grand naturel son courageux engagement dans la Résistance."

www.lemonde.fr 

L. Laloup le jeudi 21 février 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mercredi 27 janvier 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.45 s  7 requêtes