Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Recherche avancée
Contact
 
 

Un Français Libre parmi 50621
 


Cliquez !

André Jean Marie Montaut



Naissance : 4 juin 1922 - Pau (Pyrénées-Atlantiques)

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Métropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : BCRA /

Grade atteint pendant la guerre : sergent

Décès : 2 juin 1944 - Mauthausen, Allemagne

Mort pour la France

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 295788

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 plus 2 =  ?


André Jean Marie Montaut - son Livre d'or !
 

Copie d'une lettre relatant les circonstances de sa mort



Cliquez pour agrandir

Jacques Ghémard le dimanche 17 avril 2016


Ses frères dans la liste des dossiers administratifs de résistants :

GR 16 P 427500 MONTAUT, Gérard né le 25.02.1920 à Pau, homologué "Forces Françaises Combattantes" et "Déporté Interné Résistant"

GR 16 P 427503 MONTAUT, Jacques né le 01.12.1925 à Pau

Jacques Ghémard le vendredi 15 avril 2016


André Montaut

Mon oncle André a rejoint le Léopold à Saint-Jean de Luz un dimanche de juillet 1940, suite à l'appel du général De Gaulle. Il n'est pas né en 1920, mais en 21 ou 22. C'est son frère aîné Gérard qui est né en 1920.
Je sais qu'André était ´bon élève". Je pense qu'il étudiait l'électronique comme Gérard. Ma grand-mère, Marguerite Montaut née Jouniaux, est née en 1900, s'est mariée en 1919 avec un jeune homme 19 ans, Frix Montaut. Ils ont eu trois fils, Gérard né en 1920, André, 1921 ou 1922, et Jacques, né en 1925. Puis une fille, Suzanne, ma mère, née en 1929.
Mes trois oncles ont suivi l'appel de De Gaulle : Gérard a rejoint un réseau dont j'ignore le nom, André s'est embarqué sur le Léopold et Jacques, 16 ans, a commencé à transporter des documents pour le compte d'un réseau très tôt pour faire comme ses frères (au grand dam de ma grand-mère...) car il n'était pas majeur et ne pouvait pas être inquiété ni envoyé au STO.
Jacques s'est retrouvé en Angleterre, marin sur un dragueur de mines. Gérard et André ont œuvré de leur côté, ils ont été pris à Lyon, sur dénonciation, puis emprisonnés à Montluc. De là ils ont été déportés, ensemble à Dachau, puis séparément André à Mathausen et Gérard à Buckenwald. André est décédé à 22 ans de pneumonie à Matthausen. Gérard est revenu en 1945 (libération des camps). Il avait 25 ans.

Michèle Ode née Thibaud le lundi 14 décembre 2015

Réponse :

Merci pour ces informations

Le Léopold II est parti de Bayonne avec mon parrain, Joseph Laborde, qui m'avait parlé des 17 partis de Pau sans connaitre tous leurs noms J'ai essayé d'établir la liste dans cette page 

Cordialement
Jacques Ghémard


Rectificatif

A la relecture des informations concernant mon oncle André, je m'aperçois que la catégorie socio-culturelle qui lui a été donnée est "ouvrier-artisan".
Mes grands-parents (les parents d'André) étaient respectivement chef comptable à la Compagnie du Gaz (qui devait devenir EDF), et secrétaire comptable. Ils étaient employés de bureau et citadins. Mon grand-père traitait en outre la comptabilité d'un PMU et celle de l'hippodrome de Pau.
Merci de rectifier.

Michèle Thibaud Ode, nièce d'André Montaut le samedi 12 décembre 2015

Réponse :

Mais André lui même faisant quoi ? Etudiant ?


Un document découvert sur 

"Trésors d’archives, exposition virtuelle – réalisée par la Fondation Charles de Gaulle et les Archives nationales – qui rassemble plus de 70 documents conservés aux Archives nationales, à la Fondation Charles de Gaulle, au Musée de l’Ordre de la Libération et au service historique de la défense."



Cliquez pour agrandir

laurent le jeudi 10 décembre 2015


Dans "Alias Caracalla" de Daniel Cordier

Pages 678 et suivantes

" Jeudi 4 mars 1943

Fatigué par cette journée éprouvante, j'ai hâte de rentrer chez moi pour effectuer les derniers codages. C'est compter sans mon ultime rendez-vous, dans la soirée, avec M. Moret place des Terreaux.
Il m'attend en compagnie d'un inconnu. Approchant dans la pénombre, je reconnais André Montaut, un des dix-sept du Lé" pold II, en juin 1940: « chasseur-radio » lui aussi, il a été parachuté en mai 1942. Ce soir, il est là, devant moi, souriant, tel que je l'ai connu à Pau, puis dans les camps et les écoles anglaises!
Arrivé ce matin à Lyon, il ne sait où loger. Je le conduis rue des Augustins en attendant de lui trouver un logement, puis nous dînons ensemble. J'ai hâte de connaître son odyssée.
«j'ai été choisi par le capitaine *Georges  , alias *Mec pour devenir son radio, d'où mon indicatif *Mec.W. » *Georges a pour mission d'établir une liaison avec le parti communiste et les FTP. Un camarade du BCRA leur a conseillé d'emporter avec eux du thé et des coupons de tissu afin d'obtenir, en France, certaines facilités. Le jour de leur arrivée à Paris, en sortant de la gare, des agents du contrôle économique ont ouvert leurs valises et découvert ces denrées du marché noir. Ils se sont enfuis, abandonnant tout, puis se sont séparés après avoir convenu d'un rendez-vous le soir même.
Lorsque Montaut est arrivé, à 7 heures, à la station de métro Grenelle, il a aperçu au loin *Mec, qui, cerné par des hommes en civil, se débattait. Soudain, il le vit s'écrouler: il venait d'avaler sa pilule de cyanure ! Montaut, n'ayant aucun autre contact à Paris, alla se réfugier dans sa famille à Pau, où, grâce à des relations à la mairie, sa situation put être régularisée. Il dut toutefois effectuer son service dans les chantiers de jeunesse.

Pendant le dîner, je l'observe: il n'a pas changé. Il est toujours d'une gaieté insouciante, tempérée par un regard noir et velouté qui fait toute sa séduction. Il me raconte son aventure avec une simplicité amusée : pour lui, elle n'a rien d'extraordinaire.
Je ne résiste pas à la curiosité : comment va ma mère ? Quand il a revu mes parents, en mai 1942, ils étaient sans nouvelles de moi depuis longtemps. Pour les rassurer, il leur avait masqué la vérité : j'étais toujours en Angleterre, j'avais trouvé un poste dans des bureaux à Londres.
« Pourquoi ne nous écrit-il pas ? avait demandé ma mère. ~ C'est interdit dans les services secrets.
~ Mais Londres est bombardée !
-Non: c'est de la propagande des Boches. Il est à l'abri, ne vous inquiétez pas. »
À un moment donne, mon beau-père lui avait dit: « C'est curieux; ça ne lui ressemble pas de travailler dans un bureau. - Ce sont les hasards de la guerre. On l'a nommé dans œ service ; c'est un soldat, il obéit. »
Je suis bouleversé par ses confidences, comme je l'ai été avec Blanquat il y a six mois
A son tour, Montaut m'interroge sur nos camarades. En dépit du secret, je lui révèle les noms de ceux qui travaillent avec moi, Fassin et Schmidt, et lui annonce l'arrestation de trois camarades d'Angleterre : Brault, Holley et Loncle.
Ça ne le décourage pas : il est venu pour combattre et n'a qu'un seul désir, reprendre sa mission interrompue depuis dix mois. « Ne t'inquiète pas, lui dis je. Dès demain tu seras au travail. » "

Jacques Ghémard le mercredi 17 juin 2009


André Montaut, mon oncle : fin de son histoire

Bonjour à tous,
Le hasard a voulu qu'hier mardi 2 juin 2009, je regarde les incroyables images du débarquement de Normandie sur la chaîne Histoire, suivies d'un débat conduit par Michel Field, où Monsieur Cordier a évoqué le BCRA.
Je suis allée sur le Web pour taper ces mots : "BCRA André Montaut". Je vais si souvent sur le web, et n'ai jamais pensé à taper ces simples mots qui tout à coup donnent vie à mon oncle André que je n'ai pas connu.
Voci des précisions sur la fin d'André Montaut : il a été pris par la Gestapo, enfermé au fort de Montluc (Lyon), questionné par les sbires de Klaus Barbie, puis envoyé en Allemagne dont il n'est pas revenu.
C'est à l'ouverture des camps, par une lettre de Gérard à Jacques (les deux frères d'André), que la famille a eu connaissance de cette information donnée à Gérard par la Croix Rouge : André serait décédé de pneumonie à Matthausen. Il avait 22 ans.
Gérard, également dans la résistance, et dont le réseau a été trahi, a été fait prisonnier, a séjourné à Montluc puis a été envoyé à Buckenwald. Il en est revenu. De son côté Jacques, le plus jeune, avait réussi à s'embarquer à St.Jean de Luz pour l'Angleterre afin de rejoindre le Général de Gaulle. Il a été affecté comme marin sur un dragueur de mines.

J'ai pu voir dans la liste des "pseudos" le pseudo "Guy" qui serait celui d'un frère d'André. Je mettrai prochainement sur ce site quelques photos, et je remercie d'avance tous ceux qui contribueront.
Cela me fait plaisir pour ma mère, Suzanne, la petite soeur qui a attendu ses frères, et pour Marguerite, ma grand-mère, qui a traversé les deux guerres, perdu son père dans la Première et son fils dans la Seconde.
Michèle

ODE Michèle née THIBAUD le mercredi 03 juin 2009


"28 mai
Proche Paris, France
France
BCRA René-Georges Weill & radio André Montaut pseudo Mec-W
Goldfish
Fournir Front National avec radio"

www.plan-sussex-1944.net 

Laurent Laloup le samedi 18 octobre 2008


"Prévoyant les difficultés de prise de contact radio dans la zone occupée, pour laquelle les postes n'avaient pas été réglés, je laissai de Cheveigne à Lyon. Devenu chef de la WT il assurait le trafic radio avec André Montaut, « Mec W », un opérateur que j'avais retrouvé après six mois d'inaction. Il avait été parachuté en mai 1942 avec son chef, le capitaine Georges Weil, « Mec », qui, arrêté 18 heures après son atterrissage avala aussitôt la pilule. Montaut fut récupéré fin mars 1943. Il fut arrêté à son tour le 21 juillet suivant et abattu par la Gestapo."

www.fondationresistance.org 

Laloup laurent le jeudi 10 avril 2008


"Encore des nouvelles de France: André Montaut, mon successeur, a été arrêté [Et abattu par la gestapo, ai-je récemment appris de Daniel Cordier...]. La WT est anéantie....

www.alyon.org 

Laurent Laloup le dimanche 12 août 2007

Réponse :

Andre Montaut était l'un des 17 Français qui sont partis sur le Léopold II. J'avais trouvé quelques brides de son histoire mais pas la fin. 

Merci Laurent !

Dernière mise à jour le dimanche 17 avril 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 13 4 2017  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  4 requêtes