Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 55400
 

Constant Monjaret



Naissance : 14 mars 1922 - Saint Igeaux (22)

Activité antérieure : ouvrier / artisan

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / divers

Grade atteint pendant la guerre : sergent

Décès : 19 octobre 2009 - Paimpol, Côtes d'Armor

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 36935

Frère de Joseph Monjaret 


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 8 plus 4 =  ?


Constant Monjaret - son Livre d'or !
 

Alexis le Galll -Français LIbre - B.M.5 - 1ere D.F.L. 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le dimanche 17 juillet 2016 - Demander un contact


L'amour pour mon grand-père

Papy, tu as été, tu es et tu resteras un grand altruiste pieux, et un exemple pour ta famille, un mari,un père,un grand père et un arrière grand père aimant, ainsi que pour ta patrie!!! tu reflètes le mot Courage et Résistance au nom de tes convictions.Tu es toujours près de nous... merci papy ainsi qu' à tous les résistants pour leur bravoure!!!Au nom de la liberté de la France! papy,nous nous chargeons d entretenir la mémoire collective, de la belle âme de toutes ces humains qui ont contribué, comme toi papy à résister! pour suivre le bon sens celui du cœur!
Tu étais aussi un grand philosophe, théologien très cultivé, à la retraite tes plus grands plaisirs restaient la lecture ,tes amis de la 2ème DB et ta famille.nous t'aimons pour toujours et la relève est présente, le sang MONJARET coule en nous.
N oublions pas (tonton) Joseph MONJARET, ton frère, résistant aussi qui était radio auprès de Jean Moulin

RDV à st MARCEL (BRETAGNE) WEEK-END DU 21 JUIN 2014
(musée de la résistance),mère Yvonne Aimée de Jésus monastère à Malestroit, résistante!!! femme exceptionnelle

CONSTANT MONJARET : UN GRAND HOMME
Tu nous manques...Tina, le 31/05/2014

merci à Laurent Laloup

MONJARET Kristina le samedi 31 mai 2014 - Demander un contact


Respect...

Respect à vous, Monsieur, que je ne connaissais pas... Merci, Monsieur, d'avoir été de ceux qui ont dit "NON",nous permettant aujourd'hui de vivre libre, liberté remise en question par l'émergence d'idées religieuses intégristes et dangereuses.

RICHON Christian le lundi 03 janvier 2011 - Demander un contact


Revue de la Fondation de la France Libre N°34

(Décembre 2009):

" Grande figure de l'association des Français libres des Côtes-d'Armor, Constant Monjaret s'est éteint lundi 19 octobre 2009, à l'âge de 87 ans. Il faisait partie des dix-huit derniers Français libres costarmoricains à avoir rallié en 1940 le général de Gaulle en Angleterre. Né le 14 mars 1922 à Saint-Igeaux dans les Côtes-du-Nord, il était le douzième enfant d'une famille de cul­tivateurs. En juin 1940, il termine sa classe de philosophie au collège des Cordeliers de Dinan. Refusant la défaite, il s'embarque le 18 juin 1940 à Loguivy-de-la-Mer, aux côtés de son frère Joseph, sur le chalutier « Reine Astrid » qui gagne la Grande-Bretagne et s'engage dans les Forces françaises libres. Après plusieurs mois d'entraînement, il rejoint le Tchad (septembre 1941) et prend part aux campagnes du Fezzan et de Tunisie au sein de la colonne Leclerc. Avec la 2ème DB, il passe du Maroc en Angleterre, débarque en Normandie le 1er août 1944, participe à la libération d'Alençon, de Paris, de Strasbourg et termine son parcours guerrier à Berchtesgaden, le 4 mai 1945. Le sergent-chef Constant Monjaret est démobilisé le lcl juillet 1945. Il rejoint la ferme familiale où il retrouve son frère Joseph qui vient d'être libéré du camp de Mauthausen. Egalement engagé dans les FFL, Joseph (ou Hervé) Monjaret a été parachuté en Provence avec Jean Moulin, en tant que radio, dans la nuit du 1er au 2 janvier 1942. Arrêté par la Gestapo en avril 1943, Joseph-Hervé Monjaret fut ensuite déporté en Allemagne.
Constant Monjaret dirige un temps l'exploitation familiale et en 1946, se marie avec une jeune fille de la région. Quatre garçons et une fille naîtront de cette union. Cette même année 1946, Constant Monjaret est élu (à 24 ans) député sur la liste du Mouvement républicain populaire (MRP). En décembre 1946, il est nommé à la Commission du ravitaillement et à celle des territoires d'outre-mer, puis en janvier 1948 à celle de la défense nationale, en jan­vier 1949, à la Commission de la marine marchande et des pêches, enfin en janvier 1951 à celle du suf­frage universel, du règlement et des pétitions.
Constant Monjaret abandonne la politique active en 1951 pour travail­ler dans l'importation charbonnière, jusqu'en 1982. Prenant sa retraite, il se retire à Plouha. Conseiller munici­pal de Plouha de 1983 à 1989. Il s'implique fortement dans l'activité de l'Association départementale des Français libres dont il a été président jusqu'en 2005, puis président d'honneur jusqu'à son décès il se consacre au devoir de mémoire en participant aux actions de notre Fondation.
D'un tempérament solitaire, il était avant tout un homme d'étude. Mais cela ne l'empêchait pas de se montrer bienveillant à l'égard de ses conci­toyens, chaque fois qu'on réclamait son obligeance. Loyal, fidèle, Constant Monjaret laissera à tous ceux qui l'on connu, le souvenir d'un homme qui a consacré sa vie à la défense de la liberté et de la France. Ses obsèques se sont déroulées le 22 octobre 2009, en l'église de Plouha, en présence de nombreuses associations patriotiques et notamment de plu­sieurs anciens de la 2eDB.

Yves Donjon "

Laurent le samedi 02 janvier 2010 - Demander un contact


Avis de décès

Ouest France 21 octobre 2009
Plouha, Trebeurden L'Association costarmoricaine et la Fondation de la France Libre et l'association des anciens de la 2ème division blindée ont la tristesse de vous faire part du décès de Constant Monjaret valeureux ancien combattant de la colonne Leclerc en Lybie et Tunisie, puis de la 2ème DB pour la libération de la France
Cérémonie religieuse en l'église de Plouha

Patrick HERVE fils de Raymond Hervé le jeudi 22 octobre 2009 - Demander un contact


Constant Montjaret est décédé à Plouha (22) le 21 octobre 2009.
Il avait été conseiller municipal de Plouha entre 1983 et 1989.

Th. Le Roy le jeudi 22 octobre 2009 - Demander un contact


Constant Monjaret

lecouragedubonsens.hautetfort.com 

Laurent Laloup le vendredi 18 juillet 2008 - Demander un contact


MONJARET (Constant, Jean, Marie)

Né le 14 mars 1922 à. Saint-Ijeaux (Côtes-du-Nord)

Député des Côtes-du-Nord de 1946 à 1951

Constant Monjaret est le douzième enfant d'une famille de cultivateurs. Au moment de la défaite, il termine sa classe de philosophie au collège des Cordeliers de Dinan. Refusant l'armistice, il s'embarque le 18 juin 1940 à Loguivy-de-la-Mer sur le chalutier Reine Astrid qui gagne la Grande-Bretagne. Il subit les interrogatoires d'usage, puis s'engage dans les Forces françaises libres. Après plusieurs mois d'entraînement, il rejoint le Tchad (en septembre 1941) et fait les campagnes du Fezzan et de Tunisie dans la colonne Leclerc. Avec la 2e DB, il passe du Maroc en Angleterre, débarque en Normandie le 1er août 1944, participe à la libération d'Alençon, de Paris et de Strasbourg et termine à Berchtesgaden (le 4 mai 1945). Le sergent-chef Monjaret est démobilisé le 1er juillet 1945. Il rejoint la ferme familiale. Il retrouve son frère Joseph qui vient d'être libéré du camp de concentration de Mauthausen : embarqué avec lui le 18 juin 1940, engagé aussi dans les FFL, Joseph Monjaret a été parachuté avec Jean Moulin le 1er janvier 1942, la Gestapo l'a arrêté en avril 1943. Constant Monjaret travaille quelque temps aux côtés de sa mère qui dirige l'exploitation (son père étant mort dès avant la guerre). En 1946 il se marie avec une jeune fille de la région. Cinq enfants vont naître de cette union.

Constant Monjaret adhère au Mouvement républicain populaire (MRP) dont la tête de file locale, Henri Bouret, est un ami. Dans les deux Constituantes, trois des sept députés des Côtes-du-Nord appartenaient au MRP. Il s'agissait d'Henri Bouret, de Marie-Madeleine Dienesch et d'Honoré Michard. Ce dernier ne souhaite pas se présenter aux élections législatives de novembre 1946. Soutenu par Henri Bouret, Constant Monjaret le remplace, troisième de la liste MRP. Celle-ci affronte des listes communiste, socialiste et du Rassemblement des gauches républicaines (RGR). Elle obtient 99 717 voix sur 275 377 suffrages exprimés. Confortant leurs scores d'octobre 1945 et de juin 1946, les républicains populaires du département continuent d'avoir trois élus.

Constant Monjaret est nommé en décembre 1946 à la Commission du ravitaillement et à celle des territoires d'outre-mer, puis en janvier 1948 à celle de la défense nationale, en janvier 1949 à la Commission de la marine marchande et des pêches, enfin en janvier 1951 à celle du suffrage universel, du règlement et des pétitions. Le 25 février 1949, il prend part à la discussion des interpellations portant sur la politique agricole du gouvernement. Le 3 mars 1950, il participe au débat sur la loi que le gouvernement Bidault veut faire voter pour réprimer les actions communistes contre la guerre d'Indochine. Durant toute la législature, Constant Monjaret respecte par ses votes la discipline du parti.

Aux législatives de juin 1951, le MRP présente dans les Côtes-du-Nord les mêmes têtes de liste qu'en novembre 1946. Il est apparenté dans le département avec la SFIO et avec une liste Pleven de large union (radicaux, UDSR, indépendants et paysans). Avec 134 098 voix pour 260 610 suffrages exprimés l'alliance réussit à obtenir la majorité absolue, raflant ainsi tous les sièges. Mais la liste MRP est largement dépassée par celle que dirige René Pleven. Celle-ci obtient trois députés contre deux pour les socialistes et deux pour les républicains populaires. Battu, Constant Monjaret abandonne la politique active. Il travaille désormais dans l'importation charbonnière. Il prend sa retraite en 1982 et se retire dans son bourg d'origine, Plouha. Du MRP à l'Union pour la démocratie française (UDF), il est resté fidèle au courant démocrate chrétien.

www.assemblee-nationale.fr 

Laurent Laloup le dimanche 12 août 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le dimanche 17 juillet 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.42 s  7 requêtes