Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 55357
 


Cliquez !

Dominique Denys Marie Missoffe



Naissance : 6 avril 1923 - Mayence, Allemagne

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / RTST

Grade atteint pendant la guerre : adjudant

Décès : 11 aout 1944 - Ancinnes (72)

Mort pour la France

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 421539

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 36491

Frère de Jean-Pierre Missoffe 


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 8 multiplié par 2 =  ?


Dominique Denys Marie Missoffe - son Livre d'or !
 

François :

Claude Faure : Aux Services De La République - Du Bcra À La Dgse

" Nommé commissaire de la République pour le nord de l'Indo­chine, Jean Sainteny quitte Calcutta le 22 août pour rallier Hanoi à bord d'un avion de l'OSS, accompagné entre autres des lieutenants François Missoffe et Roland Sadoun. De leur côté, le colonel Jean Cédille et le capitaine Pierre Messmer sont nommés également commissaires de la République : le premier pour la Cochinchine, le second pour le Tonkin. À peine son parachute a-t-il atteint le sol que Jean Cédille est fait prisonnier par les hommes du Viêt-minh. Au bout de quelques heures d'interrogatoire, et après avoir fait prévenir le haut commandement britannique dirigé par lord Mountbatten, Jean Cédille est transféré à Saigon, où, grâce au réseau du père Tricoire, il prend contact avec les partisans du général de Gaulle. Au Tonkin, le capitaine Messmer, accompagné du capitaine Brancourt et du sergent Marmont, sont également arrêtés quelques heures après leur atterris­sage. Au bout de plusieurs jours de captivité et de déplacements harassants dans la jungle, le capitaine Brancourt meurt d'épuisement. Quelques jours plus tard, le capitaine Messmer et le sergent Marmont réussissent à s'échapper. Après plusieurs semaines passées dans la jungle, ils rejoignent Hoa Binh, où ils sont arrêtés par une patrouille chinoise. Remis aux autorités françaises, ils sont convoyés vers Hanoi, où ils retrouvent Jean Sainteny, hébergé chez le gouverneur Léon Pignon. "

laurent le mardi 18 août 2009 - Demander un contact


Né à Mayence ?

Mémorial 1939-1945: l'engagement des membres de la noblesse et de leurs alliés Par Pierre de Longuemar 

Jacques Ghémard le lundi 17 août 2009 - Demander un contact


Alias Caracalla de Cordier Daniel

" De retour à l'Olympia, je découvre que les préoccupations de mes camarades sont assez différentes des miennes. Jean-Pierre Missoffe, fils d'un amiral, a profité de sa permission pour aller avec son frère, Dominique, à l'ambassade de France, qu'ils ont trouvée fermée : les relations diplomatiques sont rompues depuis le 4 juillet. Ils se montrent soucieux : « Nous avons l'impression que le gouvernement français va déclarer la guerre à l'Angleterre. C'est ce qui peut nous arriver de pire. Pour quel parti opteront nos familles ? »"

laurent le samedi 15 août 2009 - Demander un contact


JOURNAL DE GUERRE 1939 -1945 - Témoignage De Christian Girard - Préface de Jacques Henri, Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque 

Laurent Laloup le samedi 08 novembre 2008 - Demander un contact


"Ma route" du capitaine Raymond Fresnois

" Les deux camions sont là, Rond-point Mers Sultan. L'amiral Missoffe el son épouse sont venus accompagner leurs deux fils, Jean-Pierre et Dominique (respectivement sous-lieutenant et sergent chez nous). Y a-t-il quelques divergences de vues entre les deux générations ? Peut-être, mais, malgré les adieux du moment, ils ont l'air bien heureux d'être ensemble. Un autre fils, François, est encore en Angleterre, je crois, aux Cadets de la France Libre. Beaucoup d'amis casablancais viennent nous faire leurs adieux. Deux d'entre eux partent avec nous "La cloche", tout d'abord, qui laisse tomber Air France et la bonne paye, sans prévenir... et un tout jeune de 17 ans qui s'est échappé de métropole et voudrait rallier les paras de la France Libre"

Laurent Laloup le samedi 08 novembre 2008 - Demander un contact


Dominique Missoffe

En photo dans le livre "L'odyssée de la Colonne Leclerc" de Didier Corbonnois (H&C éditeur)

Laurent Laloup le mercredi 27 août 2008 - Demander un contact


leonpagnoux 

"Lors de la progression par le sud du village d'Ancinnes, la 6ème compagnie est la cible d'un tir ennemi nourri. L'ordre est donné à 3 éléments de partir en éclaireur pour positionner et déterminer les forces ennemis en présence.
L'heure de la Patrouille : environ 16h30 - 17h00

Les 3 nommés furent :

Le soldat Taburet Louis : qui fût grièvement blessé mais survécu et réussi à rejoindre sa compagnie.

Le sergent-chef Missoffe Dominique : il fût grièvement blessé par une mitrailleuse lourde allemande caché derrière une haie. Lors de la contre-offensive allemende, il fût achevé par les soldats ennemis

L'adjudant Pagnoux Léon : Il fût fauché par la même mitrailleuse lourde caché derrière une haie à courte distance, il fût touché d'une balle dans le coeur et une autre dans le poumon droit, il mourut sur le coup.

La 6ème compagnie réussie à passer et découvrit les 2 corps, le soldat Georges Dran fût le premier a relevé le corps ensanglanté de mon grand-oncle.

Les combats pour la libération prirent fin vers 19h00, 4 hommes étaient tombés pour cette libération.

Son corps demeurent à Ancinnes, où la commune veille à l'entretien du carré militaire."

Laloup laurent le lundi 20 août 2007 - Demander un contact


" Une reconnaissance de 3 soldats d'infanterie a été expédiée par Cne Rogier afin de déterminer la position des blindés allemands cachés aux abords du village. Ils ont approché le village à pied, rampant le long de la bordure de haies, mais l’avant-garde de trois hommes est mitraillée à bout portant par des allemands cachés dans un fosse abrité d’une haie. Deux d'entre eux sont tués (l'adjudant-chef Léon Pagnoux et l'adjudant Dominique Missoffe), mais le troisième (le soldat Taburet, blessé) est parvenu à s'échapper. Les soldats morts seraient enterrés le soir même dans le jardin de la ferme “Geneslay”, où une stèle à leur mémoire a été érigé en 1982. "

www.normandie-chambres.co.uk 

Laloup laurent le lundi 20 août 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mardi 18 août 2009

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.43 s  7 requêtes