Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54205
 

Jean François Labaume



Naissance : 11 juin 1918 - Moutiers (73)

Activité antérieure : militaire

Point de départ vers la France Libre : Grande Bretagne

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / 13 DBLE

Grade atteint pendant la guerre : lieutenant

Décès : 1971 -

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 325054

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 27889

Dossier Légion d'Honneur 


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 8 multiplié par 7 =  ?


Jean François Labaume - son Livre d'or !
 

All'epoca dell'Indocina era capitano della Legione Straniera

La Legion et la bataille a Ðiên Biên Phú: LA LEGION EST LEUR PATRIE
- Traduci questa pagina
Heinz Duthel - 2015 - ‎Anteprima - ‎Altre edizioni
Un détachement de partisans, aux ordres du capitaine Morichère, constitué des 136e, 138e et 142e CLSM est accroché à ... Labaume – indicatif « Rose », constitué à partir de la garnison de That Khé (CCB, 7e et 8e compagnies du II/3e REI),

L'Armée d'Afrique: De 1830 à l’indépendance de l’Algérie
- Traduci questa pagina
Pierre Montagnon - 2012 - ‎Anteprima - ‎Altre edizioni
Le capitaine Labaume, du IIIe REI, a pris le commandement des deux goums en place et de deux compagnies de son régiment pour tenir le site et les cotes 703 et 608 à l'ouest du col (groupement Rose). De quoi aider au recueil de Charton et Le Page. ... L'opération sur Thai N'Guyen mange du monde et tous les bataillons paras sont employés à travers l'Indochine. Personne, au final, ne sera dupe.

Cristina le samedi 12 août 2017 - Demander un contact


Les trois guerres de mon Père

Mon Père a combattu aussi en Indochine & en Algérie mais en 1962 il a préféré quitter l'armée, il avait alors le grade de lieutenant colonel. Il est décédé en 1971 dans une avalanche dans les pyrénées.



Cliquez pour agrandir

Labaume Dominique le jeudi 27 juillet 2017 - Demander un contact


www.france-libre.net 

Jean Labaume (né le 11 juin 1918 à Moutiers) est sous-lieutenant au 6e BCA et rejoint la France Libre en juillet 1940

laurent le mercredi 06 janvier 2016 - Demander un contact


Les services secrets du général de Gaulle / Sébastien Albertelli

" On décida de créer deux sections de liaison, l'une au sein du SR, l'autre au sein du SOE. Au sein du SR, une sec­tion Action officieuse fut confiée au capitaine Bienvenue. En quelques mois, elle allait devenir une branche essentielle des services secrets gaullistes, chargée d'assurer le contact avec l'en­semble des mouvements de résistance. Bienvenue fut secondé par le lieutenant Labaume, un jeune saint-cyrien. Au sein du SOE, une nouvelle section française vint doubler la section F."

Laurent le samedi 17 octobre 2009 - Demander un contact


Alias Caracalla de Cordier Daniel

" Cette vision romanesque de la Légion masque une réalité cruelle. L'un de nous, Mahé de la Villeglé, raconte avec humour l'expérience dont il vient d'être l'acteur à l'occasion de la visite du général de Gaulle.
Sa section avait été chargée de monter la garde à l'entrée du camp de Morval pour remplacer les légionnaires. Certains d'entre eux, incarcérés au poste de police, s'estimèrent humiliés d'être gardés par des « bleus ». Lorsque le lieutenant Labaume, officier de jour, vint inspecter le poste, ils l'insultèrent copieu­sement. Le lieutenant fit appel à la légion pour ramener l'ordre. Le colonel Magrin-Verneret vint en personne et piqua une grosse colère. Désignant les jeunes chasseurs, il dit aux agi­tés : « Ce sont des militaires, comme vous. »
II fit conduire les légionnaires récalcitrants dans une pièce d'environ quatre mètres sur six, dont il confia la garde renfor­cée au groupe de la section Labaume : fusil-mitrailleur devant la porte, sentinelle du côté des impostes. « Si ça bouge, vous tirez », dit-il à Villeglé. Celui-ci nous raconte la suite :
«J'étais au fusil-mitrailleur. À l'intérieur, ça menait une sarabande infernale. Nous n'avions pas encore été au pas de tir, et nous étions donc très gênés de nos personnes. Sur ma droite, Lossec veillait, armé d'une "canne à pêche" [ancien modèle de fusil qui nous équipait]. Soudain, je le vois épauler. Au bout d'un temps interminable, il tire. Silence immédiat et définitif. Lorsque nous avons porté la soupe, les légionnaires avaient une espèce de considération pour nous. Le plus ennuyé était Lossec. À l'imposte en face de lui, un individu le narguait, lui faisant des grimaces épouvantables : pour qu'il reste tranquille, Lossec avait épaulé et visé à côté. Mais son inexpérience et le ballant de la "canne à pêche" l'avait fait tirer à quelques centimètres de la tête de son tortionnaire, qui n'avait pas demandé son reste, admirant la précision du tir. »"

laurent le samedi 15 août 2009 - Demander un contact


L’épopée de la 13ème D.B.L.E. de André-Paul COMOR

En Italie : Capitaine à la 6e compagnie du 2e BLE

Laurent Laloup le dimanche 08 mars 2009 - Demander un contact


"Ma route" du capitaine Raymond Fresnois

" Formons un bataillon de Chasseurs. Bataillon commandé par le Capitaine Huchet. Les Capitaines Lalande du 6ème et Dupont du 10ème commandent respectivement les lère et 2ème compagnie de ce bataillon. Une autre unité est en formation. Je suis à la 2eme compagnie, lère section, dont le chef est le S/Lt Dureau, ancien du 6ème, Sergent-chef de Ferrières, Chefs de groupe Sgt Peinoit et Fresnois et Cal Holley, tous trois du 6ème.
Les autres sections :
La lère est commandée par le S/Lt La Baume du 6ème, sergent-chef Smith, Cal Dreux du 6ème.
La 3ème section : un jeune S/Lt du nom de Paris, adjoint-chef Fréchaud, Cal de Torcy du 6ème.
La 4ème section : un autre jeune S/Lt du nom de Sonnier, dans cette section le Cal/chef Goudenove, un Chtimi.
La 5ème section : encore un jeune S/Lt du nom de Dupuy, le Sgt-chef Aillard est son adjoint.
Ce camp est absolument merveilleux : baraques en bois, bien aérées, chambres pour les sous-officiers, douches, eau chaude, eau froide à toute heure du jour et de la nuit, mess impeccable, nourriture correcte, bière et cigarettes à discrétion, salle de jeux, 1,5 kms pour le petit bourg de Cowe et 8 kms en "buss" impérial pour la ville de garnison d'Aldershot."

Laurent Laloup le mercredi 05 novembre 2008 - Demander un contact


VANITES OU LES SOUVENIRS DE GUERRE D'UN JEUNE FRANCAIS LIBRE de TRITSCHLER LOUIS

" Ce jour-là, la section est de grand jour et assure les gardes au poste de police et à la prison du camp, bourrée de légionnaires. Pour un motif quelconque, que j'ignore, un prisonnier récalcitrant provoque une mini-révolte au moment de la relève. Toute la prison est en émoi. Appel au chef de section, le lieutenant Labaume, qui intervient de sa personne et reçoit en pleine figure le poing du légionnaire, armé d'un quart anglais. Celui-ci est un récipient d'un demi-litre, en porcelaine et muni d'une anse. Le lieutenant saigne abondamment du nez et de blessures au visage. Le calme revient difficilement, grâce à l'intervention de la section toute entière, équipée pour le combat. Celle-ci s'installe ensuite autour de la prison, deux fusils-mitrailleurs placés à cinquante mètres, face aux portes. Notre camarade Lossec, facteur de son état, est placé en sentinelle auprès d'un F.M., avec ordre de tirer sur toute tentative d'évasion. Soudain, il voit quelque chose bouger à une fenêtre; sans réfléchir, il tire. Affolement! mais il a dix-huit ans à peine, un mois et demi de service, et... les légionnaires impressionnent, l'on peut s'attendre à tout avec eux, n'est-ce pas?
- Une autre fois, l'aventure est interne à notre bataillon. Une très grande partie des jeunes, peut-être quatre-vingts pour cent, sont des Bretons: étudiants, paysans, ouvriers ou artisans. Des Bretons du Nord-Finistère pour bon nombre d'entre eux. Leur coeur est sans limite et une fois leur amitié acquise, l'on peut compter sur eux sans crainte, mais leur crâne est dur et leurs nerfs sont vifs. Très dévoués et disciplinés lorsque la cause leur paraît juste et que le chef est admis, ils sont capables du pire s'ils prennent la mouche. Pour les calmer, ce n'est alors pas facile. Parmi eux un certain Alfred Bodénés, dit Freddo, auquel j'aurai par la suite encore beaucoup affaire, grand rouquin à la peau parsemée de tâches de rousseur, à la voix au diapason élevé, franc comme l'or, mais à la tête près du bonnet, et que sa force et sa nervosité rendent dangereux, surtout avec "un petit coup dans l'aile"; impossible alors de lui faire entendre raison avant son retour au calme."

Laurent Laloup le jeudi 16 octobre 2008 - Demander un contact


VANITES OU LES SOUVENIRS DE GUERRE D'UN JEUNE FRANCAIS LIBRE de TRITSCHLER LOUIS

" Dans les premiers jours, notre adjudant de compagnie est l'adjudant-chef Chantel, chef de la section d'éclaireurs-skieurs du 6^me B.C.A. pendant la campagne de Norvège et la victoire de Narvik. Parmi les chefs de section, deux jeunes Saint-Cyriens de 39, encore sous-lieutenants, Saulnier et Paris. Le nôtre, à Jean et moi, le lieutenant Labaume, est un vrai chasseur, petit, râblé, le visage sévère sans être toujours maussade, exprimant la rigueur. Le lieutenant Dureau, chef de la deuxième section, est aussi chasseur; il semble bon vivant et affable, j'aurai l'occasion d'avoir affaire à lui, plus tard! n'anticipons pas. Notre capitaine, Lalande, est grand et paraît toujours placé au-dessus de la mêlée, dans les deux sens du terme, peu prolixe, parfois souriant."

Laurent Laloup le jeudi 16 octobre 2008 - Demander un contact


VANITES OU LES SOUVENIRS DE GUERRE D'UN JEUNE FRANCAIS LIBRE de TRITSCHLER LOUIS

" Lors de notre engagement nous avons indiqué l'Arme dans laquelle nous désirions servir. Par manque d'imagination peut-être, nous avons opté, Jean et moi, pour l'infanterie motorisée. Aussi dès notre arrivée à l'Olympia, nous recevons notre affectation. Nous appartenons maintenant tous les deux au bataillon de chasseurs, commandé par le capitaine Hucher, et nous sommes placés à la première compagnie, capitaine Lalande, première section, lieutenant Labaume. L'encadrement de ce bataillon est presque exclusivement constitué d'officiers et de sous-officiers et quelques rares hommes de troupe des 6ème et 27ème B.C.A., unités de la division alpine. Ces deux bataillons ont réussi à quitter la France à bord du Pasteur, amenant avec eux de jeunes Brestois."

Laurent Laloup le jeudi 16 octobre 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 12 août 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.37 s  7 requêtes