Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54716
 

Robert Henri de Kersauson de Pennendreff



Naissance : 23 octobre 1902 - Nostang (56)

Activité antérieure : militaire

Point de départ vers la France Libre : Moyen Orient

Engagement dans la France Libre : Egypte en juillet 1940

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / spahis

Grade atteint pendant la guerre : colonel

Décès : 19 décembre 1983 - Alicante, Espagne

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 166520

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 27186

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 2 multiplié par 5 =  ?


Robert Henri de Kersauson de Pennendreff - son Livre d'or !
 

"...Capitaine de cavalerie Robert de Kersauzon notre officier de liaison à Jérusalem ..."

www.cealex.org 

Laurent le jeudi 08 juillet 2010 - Demander un contact


vicomte
(Robert Léonce Henri de KERSAUSON de PENNENDREFF)

État civil
Né le 23 octobre 1902 - Nostang (56)
Décédé le 19 décembre 1983 - Alicante (Espagne) , à l'âge de 81 ans
Général
Saint-Cyr : voir sa Promo "Metz et Strasbourg" 1922-1924

Parents
Henri de KERSAUSON de PENNENDREFF 1872
Marie HARSCOUËT de SAINT-GEORGE 1874-1953

Mariage(s)
Marié avec Anne d'ABOVILLE (Parents : Louis d'ABOVILLE, comte 1881 & Marguerite TOURNOUËR 1887)

gw4.geneanet.org 

Laurent le mercredi 04 novembre 2009 - Demander un contact

Réponse :

C'est donc l'oncle de deux navigateurs, Olivier de Kersauson et Gérard d'Aboville


Extrait de : "Du capitaine de Hauteclocque au général Leclerc"

" Comme Dodelier, comme Leclerc, le capitaine Robert de Kersauzon de Pennendreff appartient à cette poignée d'officiers de la promotion « Metz et Strasbourg » ayant rallié la France libre dans l'été 1940. Dans ses souvenirs,
Kersauzon remarque : « Sans revenir sur de vaines discussions, qui ne peuvent que nuire à ce que le général de Gaulle a défini "le Devoir, c'est l'Union nationale, recours de nos suprêmes efforts, source de nos éternelles grandeurs". En éloignant de notre cœur tout sectarisme,nous pouvons tout de même considérer comme notre grand Honneur d'avoir sans cesse maintenu sur les champs de bataille le Drapeau français. Peu nombreux sans doute ceux qui ont fait leur, dès le début, la devise de Guillaume le Taciturne, inscrite sur son fanion par le général Monclar : "11 n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. Mais n'est-ce pas une gloire de plus ? ».
Officier de liaison au Caire, Kersauzon rejoint les forces britanniques en juin 1940. Un mois plus tard, il prend le commandement du 1er escadron de spahis FFL, qui s'illustre en Érythrée dans des missions de reconnais­sance et de harcèlement, en patrouilles profondes. Il mène l'une des dernières charges de la cavalerie française, sabre au clair, le 2 janvier 1941 sur le plateau d'Umbrega. Le 31 mars, à Agordat, le général de Gaulle rend visite à l'escadron. À l'automne 1941, Kersauzon commande la première unité blindée de la France libre. À l'été 1942, le chef d'escadrons de Kersauzon est nommé à la tête du Groupe de reconnaissance motorisée n° 2. Ces groupes de reconnaissance, dénommés aussi Free FrenA Flying Columns ou « Jock colonnes », se livrent à une véritable « guerre de course » du désert : « Ces réseaux de forces pratiquaient à proprement parler la guerre de mer et se conformaient à ses règles [...]. Les automitrailleuses constituaient en quelque sorte la ligne de surveillance des bâtiments légers indispensables pour éclairer et fournir le renseignement mais incapables de résister aux formations plus lourdes des croiseurs légers, encore moins aux escadres de chars. Les jocks colonnes interviennent alors pour arrêter l'escadre adverse ou les croiseurs forceurs de blocus. » La First French Flying Column sous les ordres du commandant de Kersauzon rejoint la 7e DB britannique dans la région d'el-Alamein. Les 23-24 octobre 1942, le groupement Kersauzon per­met le repli de la 1re brigade française libre, et repousse les blindés ennemis, en assurant la couverture blindée à l'ouest et au sud de la bataille de l'Himeimat, « une attaque de diversion, un rôle de sacrifice, un rôle ingrat sans doute peu spectaculaire mais qui ne doit pas être oublié »"

L. Laloup le dimanche 09 mars 2008 - Demander un contact

Réponse :

Hou la la, Non, Kerzsauzon n'a pas remplacé Jourdier si tôt et ne commandait pas les spahis en Erythrée

Et la première unité blindée de la France Libre, c'est la cie de chars

Dernière mise à jour le jeudi 08 juillet 2010

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.5 s  7 requêtes