Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54206
 

Alain Marie Raymond de Kergorlay



Naissance : 17 janvier 1920 - Paris 7e

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : Londres en aout 1940

Affectation principale : FAFL /

Homologué FFC et FFL

Grade atteint pendant la guerre : sergent

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 166500

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 27088


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 multiplié par 6 =  ?


Alain Marie Raymond de Kergorlay - son Livre d'or !
 

Alain de Kergorlay

J'ai oublié dans ma précédente contribution d'indiquer cette référence d'archives du SHD GR 28P3 Archives de la France combattante.
GR 28 P 3 25
Mission Overcloud – mission action, sabotage, propagande et renseignements acheminée par une opération maritime en 1941 en Bretagne : documents préparatoires, courrier et rapport d’activité de Joël Le Tac, alias Joe, courrier à Joe, messages codés, collections de télégrammes d’Alain de Kergorlay, alias Joe W, bulletins de renseignements, compte rendu d’interrogatoire de Jean Poumeau de la Forrest, dossier sur les soupçons de trahison d’Alain de Kergorlay. 1941-1945

Kristian Hamon le jeudi 09 novembre 2017 - Demander un contact


Recherche sur Kergorlay

Dans son livre "Le Morbihan en guerre", Roger Leroux écrit qu'après son arrestation, la famille d'Alain de Kergorlay multiplie les démarches pour obtenir sa grâce. Les Allemands demandent qu'il travaille pour eux et son père s'y engage. Il y consent et obtient son élargissement le 20 mai 1942. Il a donné tous les codes et émet sous contrôle allemand mais en faisant le nécessaire pour que l'on comprenne à Londres qu'il n'est plus libre. Il travaillera ensuite en Allemagne et sera condamné à 20 ans de travaux forcés en décembre 1946.
En sait-on un peu plus ? Il n'y a aucun dossier dans les archives de la Cour de Justice de Rennes, où il a été arrêté.

Kristian Hamon le jeudi 09 novembre 2017 - Demander un contact


" Au cours de l'année 1941, le développement des « pick up » par Lysander et le début encore hésitant des parachutages, avec comité de réception et non plus en « blind » comme auparavant, n'ont pas empêché les opérations de débarquement ou rembarquement par voie maritime. Le premier débarquement par voie maritime concernant des agents du service Action du BCRA a eu lieu, dans la mi-octobre 1941. Il s'agissait de la mission Overcloud, composée du sous-lieutenant Joël Le Tac (Joe), et du radio Alain de Kergorlay (Joe X). Ceux-ci rejoignirent la base d'embarquement du SOE maritime, située à Herford River, à quelques kilomètres de Falsmouth, la réplique des abers bretons, en particulier de l'aber Benoît. Cette base consistait en une belle propriété située à flanc de coteau, cernée de jolis jardins en terrasses, eux-mêmes entourés d'une petite forêt de grands arbres qui cachaient les baraques où logeait le personnel de la base, et qui abritaient les ateliers de réparation et d'entretien ainsi que l'armurerie et le dépôt de munitions. La base était commandée par un ancien lieutenant de la Marine marchande, Jerry Holsworth et un jeune officier de réserve, issu des grandes universités anglaises, le lieutenant Brooks-Richards. Beaucoup de marins étaient des habitants riverains d'Herford River et du bras de mer qui, à quelque cent mètres en amont de la base, s'appelle curieusement « French Creek ».
Ils habitaient donc là en famille lorsqu'ils n'étaient pas en mission. Ancrés au milieu d'Herford River, il y avait plusieurs bateaux de pêche, tous d'origine française mais de type différent selon leur port d'attache : d'abord le « Mutin », gros thonier qui servait avant la guerre à l'entraînement de l'Ecole des mousses à Brest, le « Trébouliste », un grand palangrier, deux ou trois autres langoustiers de moindre importance, dont un bateau de pêche de Honfleur, et un du nord de la France.
En plus, une vedette rapide, comme celle dont la RAF disposait pour le sauvetage de ses aviateurs en mer.
Pour plus de sécurité, Le Tac avait demandé que les deux canoës qu'ils prendraient, soient accouplés à la manière des pirogues à balancier ; Kergorlay, en effet, n'avait aucune expérience de la mer et, bien évidemment, de la navigation. C'est le soir du 13 octobre que les canoës accouplés furent placés sur le pont de la vedette rapide et, à la nuit tombée, la vedette prit le large en direction de l'aber Benoît sur la côte de Saint-Pabu où habitaient les parents de Joël Le Tac. La vedette comportait un petit équipage sous le commandement d'Holsworth et de Brooks-Richards, parmi lequel figurait un pêcheur français de Noirmoutier, Pierre Guillet, excellent pilote et parfait connaisseur des côtes bretonnes.
C'est vers minuit que la vedette arriva au point de débarquement, une grosse bouée en fer noire marquant la rencontre au large du chenal de l'Aber Wracht et de celui de l'Aber Benoît, à environ 4 miles de la côte.
Les canoës furent mis à l'eau, Kergorlay, son poste de radio et son bagage dans l'un. Le Tac dans l'autre. Ils disposaient chacun d'un armement assez conséquent, afin d'éviter toute surprise à terre : un colt de 9 mm, une dague « trench knife », une matraque, deux grenades, trois capsules dites capsules E, c'est-à-dire des ampoules d'éther enveloppées d'ouate. La mer, comme l'a dit lui-même Holsworth dans son rapport, était à la « limite raisonnable de la résistance opérationnelle d'un MV 360 ». Au demeurant, la mer, quoique houleuse, était convenable pour deux canoës accouplés mais le courant était très fort car c'était la pleine lune. Chacun muni d'une pagaie simple, les deux agents traversèrent le plateau rocheux entourant une des nombreuses îles qui bordent cette côte du Nord Finistère et, au bout de trois heures de navigation, atterrirent sur une vaste plage, dans une région de dunes où Le Tac estimait qu'il y avait peu de chances de rencontrer des Allemands.
Ils tentèrent de démonter les canoës mais les tubes métalliques étant complètement rouillés, Le Tac fut contraint de briser l'armature et immergea les enveloppes lestées de lourds galets.
Ils laissèrent leurs bagages dans une petite île rocheuse seulement reliée à la terre à marée très basse, puis arrivèrent le jour déjà levé, à la villa d'André et Yvonne Le Tac, les parents de Joël, où ils furent, bien évidemment, accueillis à bras ouverts. La mission Overcloud commençait."

Joel Le Tac 

Jacques Ghémard le dimanche 03 septembre 2017 - Demander un contact


Un dossier au SOE consultable en 2022

"Alain Marie Raymond DE KERGORLAY - born c.1920
This record is closed

Opening date: 01 January 2022

Submit FOI request

More information about the Freedom of Information review process
Reference: HS 9/834/3
Description:
Alain Marie Raymond DE KERGORLAY - born c.1920
Date: 1939 Jan 01 - 1946 Dec 31
Held by: The National Archives, Kew
Legal status: Public Record(s)
Closure status: Closed Or Retained Document, Open Description
Access conditions: Closed For 75 years
Record opening date: 01 January 2022
Context of this record Browse by Reference
All departments
HS - Records of Special Operations Executive
HS 9 - Special Operations Executive: Personnel Files (PF Series)
HS 9/834 - Special Operations Executive personnel files. Information on individual subjects and access conditions is available at item level.
HS 9/834/3 - Alain Marie Raymond DE KERGORLAY - born c.1920"

Jacques Ghémard le samedi 02 septembre 2017 - Demander un contact


Table des naissances Paris 7e

Il est bien né au début de 1920, donc il avait 20 ans lors de son entrée en résistance



Cliquez pour agrandir

Jacques Ghémard le samedi 02 septembre 2017 - Demander un contact


Mon père ALAIN de KERGORLAY et sa guerre

Merci de m'indiquer comment en savoir davantage sur la guerre qu'à fait mon père ALAIN de KERGORLAY engagè comme parachutiste dans la résistance a 19 ans à Londres après l'appel de de GAULLE.
Tous contacts ou informations me seraient précieux.
Merci par avance
Natalie de Kergorlay
ndekergorlay@hotmail.fr
+33 6 08 90 37 13

de Kergorlay le samedi 22 avril 2017 - Demander un contact

Réponse :

En consultant son dossier administratif de résistant dans un premier temps


Mon père ce heros

Je voudrais connaître tous les détails de la guerre de mon père

de KERGORLAY le samedi 22 avril 2017 - Demander un contact


André Casalis : Cadets de la France Libre - L'Ecole Militaire

" Ces jeunes, d'origines et de conditions très variées, sont commandés par le capitaine Frédéric Lescure. Il a été choisi par le Général parce qu'il est un des seuls de famille nombreuse, présent à Londres, ayant rallié la France Libre. Père de sept enfants, il est ici plus à sa place qu'à la direction de l'Olympia, fonction qu'il a assumée pendant un temps. Il est secondé au camp par quatre jeunes hommes de vingt à vingt-quatre ans qui ont reçu un galon de sergent pour la circonstance : André Kuhner (lre section « Verte »), Alain de Kergorlay (« Rouge »), Fernand Lamodière (« Jaune ») et Joël Le Tac (2e section « Bleue »). Cet encadrement est rapidement complété par le sergent-chef Joseph Le Guével. Ce dernier suivra les futurs Cadets à Rake Manor et à Malvern.

Le lieutenant F. Lescure a combattu sur la Somme avec le 15e D.I.M., s'est embarqué sur Douvres, puis est revenu en France avec son unité. Séparé d'elle après de nouveaux combats, il décide de gagner l'Angleterre où il rejoint la France Libre. Il est promu capitaine.
A. Kuhner sera affecté au Dépôt Central après la fermeture de Brynbach. Il est muté du dépôt à l'Armée de l'Air a/c du 15 septembre 1940. (ASHAT).
Ni Kergorlay, ni Kuhner ne figurent au Mémorial de la France Libre. A. de Kergorlay sera également muté à l'Armée de l'Air a/c du 15 septembre 1940.
Comme ses deux camarades, J. Le Tac est muté à l'Armée de l'Air a/c du 15 septembre 1940. Futur sous-lieutenant S.A.S. Compagnon de la Libération (Commandant au B.C.R.A., décret du 17.11.1945).
Arrivé à Brynbach le 8 août.
Le contingent principal arrive de l'Olympia sous le commandement de F. Lescure. P. Pradère : Souvenirs.
(AACFL).

Laurent le vendredi 01 janvier 2010 - Demander un contact


Cité dans : Les services secrets du général de Gaulle / Sébastien Albertelli :

Laurent le samedi 17 octobre 2009 - Demander un contact


Né le 17 janvier 1920 - engagé FAFL pour compter du 26 septembre 1940 - matricule 30.664.
Enregistré avec le grade de sergent pour l'infanterie de l'air - versé à l'armée de terre.

Source : Yves MORIEULT

Laurent le vendredi 09 octobre 2009 - Demander un contact

Dernière mise à jour le jeudi 09 novembre 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.32 s  7 requêtes