Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 58131
 


Cliquez !


Cliquez !

Raymond Eugène Ernest Dumenoir



Naissance : 27 décembre 1911 - Paris 14e

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en aout 1940

Affectation principale : FNFL / fusiliers marins

Melpomène, 1er BFM commandos

Matricules : 128 L30, 736 FN40

Grade atteint pendant la guerre : Second maître fusilier

Décès : 6 juin 1944 - Ouistreham (14)

Mort pour la France

Dans la liste de l'amiral Chaline : ligne 4612

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 16871

Beau frère de Francis Beaudoin 


Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 2 plus 8 =  ?


Raymond Eugène Ernest Dumenoir - son Livre d'or !
 

Précision lieu de naissance

Né dans le XIVe arrondissement

jc rouxel le mardi 14 mars 2017 - Demander un contact


"Raymond Dumenoir est né le 27 décembre 1911 à Paris. Surnommé « Pépé », il rejoint les forces navales de la France libre (FNFL) en août 1940, en tant que fusilier marin. Commando marine, il fut le premier de tous les soldats alliés tombés pendant le Débarquement du 6 juin 1944, sur la plage de Colleville en Normandie."

Jacques Ghémard le samedi 28 novembre 2015 - Demander un contact


promotion Sm Dumenoir de l'école de maistrance

Bonjour,

La prochaine promotion de l'école de maistrance portera le nom : "promotion SM Dumenoir". Afin de préparer une présentation du Sm Dumenoir, le comité de promotion de l'école de maistrance est à la recherche de documents le concernant.

Nous sommes également à la recherche de membres de sa famille.

C'est pourquoi vous pouvez nous contacter par le biais de ce forum.

cordialement,

Premier maître roland grimal

comité de promotion école de maistrance le mercredi 15 janvier 2014 - Demander un contact


Raymond DUMENOIR

C'était le premier mari de ma mère Marthe ASTOUL aujourd'hui décédée !

FRAYSSE le lundi 16 juillet 2012 - Demander un contact


commandokieffer.canalblog.com  :

Sgt DUMENOIR Raymond. badge 7 -Mle 736 FN 40 - Tué le D DAY sur la plage de la Brèche de Colleville Montgomery: balle dans le ventre.

Ecole des fusiliers marins, cours du CAT 3 ème session du 29 03 1999 au 24 09 1999, cours DUMENOIR. Décret du 21 10 1944, est décoré de la médaille militaire à titre posthume: DUMENOIR Raymond du 1er BFMC. Officier marinier de grand dévouement, très aimé de ses chefs et de ses hommes est tombé mortellement atteint lme 06 06 1944 à la tête de sa sous-section. Est resté grièvement blessé sur la plage sans pouvoir recevoir de soins et est mort des suites de ses blessures le même soir sans proférer une plainte. La présente citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme et étoile de bronze. Le C/F Bruno de ZÉLICOURT, commandant l'école des fusiliers marins.

Laurent Laloup le lundi 01 juin 2009 - Demander un contact


18rtvieduregiment.blogspot.com 

"Le premier de tous les soldats alliés tombés le 6 juin, pour la reconquête de la Liberté sur la plage de Colleville/Orne fut un français du 1er B.F.M.C - Commando Kieffer : le Second MaîtreAndré DUMENOIR. Il repose auprés du LTN HUBERT au Cimétière britannique d'Hermanville/Mer"

Laurent Laloup le vendredi 19 septembre 2008 - Demander un contact


"Beret vert" du Cdt Kieffer

" Bientôt le premier noyau du futur bataillon était formé : le Premier Maître Francis Vourch et seize hommes ; Dumenoir, dont la mort héroïque est racontée plus loin, Simon, carré et solide avec une tête de boxeur à la narine fendue, Taniou, pâle, mince, taciturne, mais doué de grande ténacité, Vandelaar, ex-légionnaire avec les défauts et qualités typiques du légionnaire, Jean, Français accouru du Brésil à l'appel du général de Gaulle, plein d'enthousiasme, pour aller délivrer la Mère Patrie occupée, et surtout Paris, la ville éternelle qu'il n'avait encore jamais vue, Loverini, petit et sec, tireur d'élite, le quartier-maître Taverne, de la vraie et vieille école des " saccos ", Corbet, grièvement blessé plus tard à l'entraînement à l'École des Commandos, Le Guen, plein de bonne volonté, mais très tôt éliminé pour incapacité physique, Errard, dit " crâne d'obus ", plus tard transféré aux parachutistes, Nicot, vrai hercule de foire au coeur d'or, et cinq autres punis devenus volontaires pour les commandos et qui devinrent plus tard d'excellents Bérets verts."

Laloup laurent le lundi 25 février 2008 - Demander un contact


Extrait de HISTOMAG 44, Mai-juin 2007 : téléchargeable ici  

"Raymond Dumenoir, fidèle parmi les fidèles n’est plus, il était aux « commandos » depuis la création de l’unité, vétéran de Dieppe. « Pépé » a demandé qu’on le porte et qu’on l’étende vers Paris, et puis … Raymond Flesch,Jean Rousseau, ont également été abattus. Le frère de Flesch, comble du destin, se trouvait aussi en Normandie ce matin-là : dans l’armée allemande, où il avait été enrôlé de force comme beaucoup d’Alsaciens. Les commandos ont du débarquer avec de l’eau jusqu’au thorax. Les premiers mètres sont les plus éprouvants : le feu ennemi, le poids de la tenue gorgée d’eau, le sac bourré à craquer, l’armement, les munitions, le ressac, tout semble jouer contre les assaillants. Mais, Kieffer le leur a dit : « Courez vers les sorties de plage, quel que soit ce qui se passe autour de vous ». Alors c’est ce qu’ils font, Léon et ses copains, du mieux qu’ils le peuvent. Un camarade tombe, juste à coté, on ne se retourne pas, les infirmiers font ce qu’ils peuvent, ils sont partout à la fois. Une fois sorti de l’eau, on court, le plus vite possible, échapper aux tirs de mortier, dépasser cette fichue plage. Kieffer avait raison, plus on y reste, moins on a de chances de survie. Une vingtaine de commandos sont déjà hors de combat, le grand saut commence par un combat terrible et sans merci, de chaque côté"

Laloup laurent le vendredi 11 janvier 2008 - Demander un contact


Raymond, Eugène, Ernest Dumenoir

Source : N°4 Commando de LE PLEVEN & SIMONNET ed. Heimdal

Laurent Laloup le dimanche 29 avril 2007 - Demander un contact


Extrait de "Mille et un jour pour le jour J" de Maurice CHAUVET

Laurent Laloup le dimanche 29 avril 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mardi 14 mars 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 1 5 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.48 s  7 requêtes