Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 55400
 


Cliquez !

Marcel Verrière



Naissance : 4 aout 1895 - Tauxières-Mutry (Marne)

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en janvier 1943

Affectation principale : Résistance intérieure / CND Castille

Grade atteint pendant la guerre : P2

Décès : 18 aout 1966 -

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 51596

Père de Christian Verrière 


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 4 plus 6 =  ?


Marcel Verrière - son Livre d'or !
 



"BIOGRAPHIE DE Marcel VERRIERE (alias Lecomte, Marquise) 

➢ Etat civil : né le 04/08/1895, marié, 1 enfant.
➢ Agent P2, matricule 89063, entré au réseau en octobre 1941.
➢ Capitaine d’infanterie en 1940.
➢ Agent de renseignement recruté par Paco.
➢ Il commence son combat dans la Résistance dans le groupe de Ripoche de Ceux de la Libération.
➢ De novembre 1940 à mai 1942, la trésorerie est assurée par Jean Ribes qui possède une petite société à Toulouse avec une filiale à Paris. L’argent est versé à Jean Ribes qui le transfère en zone occupée. En novembre 1940, la CND dispose de 200 000 francs, auxquels s’ajoutent les 150 000 francs par mois de fonds de roulement jusqu’en mai 1942.
➢ En mars 1941, les mouvements de fonds de la CND augmentent et deviennent de plus en plus difficile à couvrir. Rémy reçoit de Londres à cette date une somme de 20 millions de francs. En mai 1942, Ribes est obligé par mesure de sécurité de couper le contact avec le réseau. Lecomte reprend alors la direction de la trésorerie. La couverture est idéale puisque Lecomte est banquier et que sa banque (Banque Mobilière Privée, 22 rue Pasquier) assure le transfert des fonds. Le système, mis au point par Lecomte est le suivant : l’argent en provenance de Londres est enregistré à la Banque Mobilière Privée, puis transférée au Crédit du Nord, boulevard Haussmann. Ces deux banques sont à leur insu les dépositaires des fonds du réseau. Les déplacements d’argent prennent ensuite la direction de la province au travers des succursales régionales. Ainsi, les agences CND sont alimentées directement par des banques dans leurs villes respectives.
➢ Lecomte assure même à la CND de l’argent disponible quand celle-ci n’a pas d’approvisionnement de Londres. Sa fonction de banquier et son expérience lui permet de spéculer avec l’argent qu’il reçoit dans les buts de d’augmenter les moyens financiers du réseau et de créer un fond de sauvegarde pour pallier les absences d'envois financiers. Lecomte réalise de grosses opérations de spéculations lorsque Londres, à court de francs, leur expédie des dollars.
➢ Ces opérations financières réalisées par Lecomte permettent à la CND de financer des opérations de l’OCM et des communistes. De janvier à octobre 1942, la CND prend en charge les frais des agents de Centurie (jusqu’à ce que le SR de l’OCM soit achevé et financièrement indépendant). Mais l’effort le plus important reste pour les communistes. Des millions de francs sont remis par la CND au Front National. Grâce aux spéculations de Lecomte, la CND remet 500000 francs par semaine à Joseph. En juin 1942, Joseph confie à Rémy une caisse contenant des livres sterling, enterrée au début de la guerre. Les billets étant en mauvais état, Joseph demande à Rémy de les échanger avec Londres pour leur permettre d’avoir des fonds supplémentaires. La trésorerie du réseau prenait aussi en charge le financement du SR FANA, monté conjointement en octobre 1942, par Rémy et le professeur Prenant, envoyé spécial du FN. Malgré tous les efforts de Lecomte, la trésorerie CND est au bord de la banqueroute. En novembre 1942, Lecomte réalise la dernière opération financière pour les communistes. Mille ouvriers sont réquisitionnés par le STO, Joseph propose à Rémy de donner mille francs par ouvrier pour permettre au FN de les intégrer au FTP. Cette opération coûte à la CND environ 1 million de francs. Le 25 novembre 1942, Rémy avec les conseils de Lecomte, prévient les communistes que la CND ne peut plus les financer sans affaiblir dangereusement le réseau. A partir de décembre 1942, la CND se dégage peu à peu de la trésorerie des communistes.
➢ Lecomte recrute aussi un noyau d’agent dans son entourage familial et professionnel pour recueillir des renseignements. « Il se montrait sagace en sachant recruter du monde. »
➢ Il est arrêté par la Gestapo en novembre 1943 ( ?), il réussit à se jouer des Allemands qui le relâchent faute de preuves. En novembre 1943, il récupère les éléments de la CND et rebaptise les restes sous le nom de Castille qui travaille jusqu’à la Libération avec l’OCM.
➢ Il est le premier liquidateur du réseau CND-Castille. Il devient à la Libération le président du Parisien Libéré. Il est décédé le 18 août 1966.
➢ Portrait par Courtaud : Homme d’une belle stature, visage mobile, œil vif, sourire jovial, voix feutrée et saccadée à la fois. « Il inspirait le confiance et de lui se dégageait le certitude de ce qu’il faisait, il le faisait sans bruit mais avec efficacité. […] Prudent, discret, c’était là un camarade aux conseils duquel on pouvait se fier.»

laurent le vendredi 04 mars 2016 - Demander un contact


Tombe de Marcel Verrière

Marcel Verrière, décédé en 1966, repose à Paris, au cimetière du Père-Lachaise, dans la 88è division.



Cliquez pour agrandir

Bertrand Beyern le vendredi 11 décembre 2015 - Demander un contact


Informations complémentaires

Marcel VERRIERE est né le 4 août 1895 à TAUXIERES - MUTRY (Marne); Médaille de la Résistance avec Rosette (Décret du 3 août 1946; JO du 13 octobre 1946).

Sa photographie figure dans le livre du Colonel Rémy : Bruneval, Opération coup de croc.

Georges GOULEY le samedi 15 février 2014 - Demander un contact


"....Pratiquement démantelée, la CND continue dans le cadre du réseau “CND-Castille” , dirigé par un adjoint de Rémy, le colonel Marcel Verrière (novembre 1943)...."

www.france-libre.net 

Laurent Laloup le dimanche 18 janvier 2009 - Demander un contact


Marcel Verriere

Correction : le prénom est Marcel
Source : famille Verriere

Laurent Laloup le dimanche 18 janvier 2009 - Demander un contact


"C.N.D. avec CENTURIE – Créé en septembre 1941 par Gilbert Renault, alias Raymond, alias Rémy, alias Roulier. Le plus célèbre et peut-être le plus important de nos réseaux puisque l’effectif homologué est de 1.375 agents pour C.N.D. et 1.682 pour Centurie. Les pertes, pour C.N.D. furent : 172 tués, fusillés ou morts en déportation, et 227 déportés ou internés. «Confrérie Notre-Dame» avait pour tâche principale de surveiller les mouvements de l’ennemi sur la côte Atlantique, depuis la frontière espagnole jusqu’à Brest. Plus tard, l’activité du réseau de Gilbert Renault, chargé de mission par le général de Gaulle, s’étendit à toute la zone occupée et même à la Belgique. C.N.D. fut dévasté en novembre 1943 après la trahison d’un de ses agents. Le colonel Verrière, dit «Lecomte» sut rassembler ses éléments épars dans une nouvelle organisation qui, prenant la suite de la première reçut le nom de «Castille» et fonctionna jusqu’à la libération de Paris. Dans ses «Mémoires de Guerre», le général de Gaulle, a rendu un magnifique hommage au travail accompli par tous ceux et toutes celles que «Rémy» avait rassemblés. Parmi les résultats obtenus, on peut citer le raid de commando sur Bruneval (février 1942), premier débarquement allié sur la côte française depuis la défaite de 1940; l’immobilisation dans le port de Brest des cuirassés Sharnhost et Gneisenau, et l’interception du Bismarck due pour une large part aux informations recueillies par Hilarion (capitaine de vaisseau Philippon); le transport en Grande-Bretagne de la carte allemande des défenses de la côte normande, capturée par les agents du réseau Centurie et qui servit de base aux préparatifs du débarquement du 6 juin 1944 la mise à la disposition de plusieurs autres réseaux du dispositif de liaisons radio-aériennes et maritimes ; l’envoi à Londres de plus de 80 courriers. Les «Mémoires d’un agent secret de la France Libre» ont narré par le détail une bonne partie de l’activité magnifique de C.N.D., et pour beaucoup ce livre a été la révélation de ce qu’était la vie des réseaux."


www.france-libre.net 

Laurent Laloup le mercredi 29 août 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le vendredi 04 mars 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.49 s  7 requêtes