Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 55400
 

Marcel Frédéric Le Roy



Naissance : 26 octobre 1919 - Niort-la-Fontaine, Mayenne

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en décembre 1940

Affectation principale : Résistance intérieure / Johnny

Grade atteint pendant la guerre : P2

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 366345

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 30472

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 1 multiplié par 7 =  ?


Marcel Frédéric Le Roy - son Livre d'or !
 

fils ainé

Bonjour, je viens de lire ce document consacré à mon père. Il est né le 26 OCTOBRE 1919 à NIORT LA FONTAINE dans la MAYENNE. Il était effectivement agent de liaison. Il fut arrêté sur dénonciation d'un gendarme français. Mon père est âgé de 97 ANS et il demeure le dernier français libre encore en vie en MAYENNE. Fait à Laval le 14 MARS 2017

LE ROY DOMINIQUE le mardi 14 mars 2017 - Demander un contact

Réponse :

Effectivement, je trouve un quasi homonyme, Marcel Leroy  (qui a un dossier de résistant au nom de LE ROY, Marcel Eugène Marie) avec qui sa date de naissance a donc été confondue

Votre père est juste à la ligne d'en dessous dans cette liste de dossiers de résistant, Homologué FFC et DIR (pour déporté interné)

Il reste probablement des traces de cette confusion, j'ai enlevé le passage en Espagne mais la date d'engagement est peut être fausse

Merci !


Extrait de www.maison-europe-mayenne.org 

Laurent Laloup le mercredi 29 août 2007 - Demander un contact


"Résistant, déporté

Né le 26 octobre 1919, Marcel LE ROY est un jeune homme de 20 ans en 1940. Dès le début de la guerre, il choisit de s'engager dans l'armée de l'air. Les aviateurs étant trop nombreux, il reçoit une formation de technicien supérieur de radio. Son jeune âge, son patriotisme et son engagement, l'ont comme beaucoup d'autres étudiants, poussé à entrer dans l'armée en 1939.

La rapidité de la défaite le laisse comme l'ensemble de la population dans le désarroi le plus complet. L'entrain de la jeunesse et l'inconscience le font entrer dans la résistance intérieure. En décembre 1940, il tente de rejoindre l'Angleterre mais échoue. Malgré tout, rien ne l'arrête et il se rend à Marseille. Une nouvelle fois, son projet d'échapper à la chape de plomb allemande sur la France tombe à l'eau
En 1941, il entre dans le réseau JOHNNY avec pour mission d'adresser à Londres par radio, par liaisons marines et sous-marines, des renseignements sur l'occupant. Il remplit sa tâche à merveille et envoie de nombreux messages radio aux anglais.

Le 16 février 1942, il est fait prisonnier dans une salle de café à Quimper. Mais à l'image de tous les jeunes pour qui rien n'est jamais perdu, il parvient à s'enfuir. Le soir même, il est de nouveau arrêté dans une maison habitée par des amis de la résistance. Il échappe une seconde fois aux griffes de la Gestapo. Mais au jeu du chat et de la souris, c'est le chat qui l'emporte : trois jours plus tard, il est de nouveau arrêté.

Les trois années qui suivront ne seront qu'horreur, atrocité et enfer. Enfermé d'abord à Angers (du 19 février au 5 mars 1942), puis à Fresnes (5 mars à juin 1943) et au fort de Romainville (janvier 1943 à juillet 1943), il est déporté au camp du Struthof en Alsace du 15 juillet 1943 au 4 août 1944, au Kommando d'Erringen du 10 août 1944 au 3 mars 1945 et à Dachau du 10 mars 1945 au 2 juin 1945.


Photo : Marcel LE ROY, en novembre 1941 quelques mois avant son arrestation "

www.ac-nantes.fr  

Laurent Laloup le mercredi 29 août 2007 - Demander un contact


" JOHNNY, avec KER – En décembre 1940, Jean Le Roux quitta la Bretagne pour rejoindre la France Libre à bord de L’Émigrant dans les conditions exceptionnelles que nous avons relatées dans le numéro de juin 1956 de notre revue. Dans le même numéro paraissait sous le titre : «Un Héros et un Traître», un article décrivant le comportement héroïque de Marcel Le Roy, radio-émetteur du réseau Johnny pour lequel Jean Le Roux était revenu en France en mars 1941. Le réseau Johnny cessa d’exister en juillet 1942, pratiquement anéanti par les arrestations. C’est un de nos réseaux où les pertes furent les plus lourdes puisque sur 197 agents homologués (dont 57 pour Ker) 53 payèrent de leur vie leur patriotisme et 60 furent déportés ou internés."

www.france-libre.net 

Laurent Laloup le mercredi 29 août 2007 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mardi 14 mars 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.46 s  7 requêtes