Yves Pierre Paul Marie Le Crom Hubert - Les Français Libres

Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
Contact
 
 

Un Français Libre parmi 62924
 

Yves Pierre Paul Marie Le Crom Hubert



Naissance : 16 juillet 1910 - Lumes (08)

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en juillet 1942

Affectation principale : Résistance intérieure / Phratrie

Grade atteint pendant la guerre et spécialité : P2

Décès à 71 ans - 10 juin 1982 - Sanary-sur-Mer (83)

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 295499

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 29708ligne 30954

Contribuez à son livre ouvert !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 5 multiplié par 3 =  ?


Yves Pierre Paul Marie Le Crom Hubert - son Livre ouvert !
 

Source : archives Amicale des Français Libres



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le dimanche 13 mars 2022 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


" L’escalier suit la rampe. Message diffusé pour annoncer l’arrivée dans le cadre de l’opération Californie, de deux Lysanders sur le terrain Crevette situé près de Vornay dans le Cher, amenant Félix Svagrovsky, Serge Trifol, Boisal, Margency et Vielmont. Le Capt Lecrom-Hubert, alias Yvonne puis Yvonnec, Jean Fleury, alias Persée puis Panier, le policier Dubois, J.C. Arnaud, alias Néron, Ricord et Poulin repartent pour l’Angleterre.Il semble que le même message ait été utilisé pour annoncer quelques jours plus tard la bonne arrivée du Capt Lecrom-Hubert à Londres"

Tentative de reconstitution de l’historique des in(ex)filtrations d’agents en France de 1940 à 1945

Date Nuit
11/09/1943

DZ / LZ
La Chaussée, 5 km S Vornay, 5.5 km NE Dun sur Auron, LZ Crevette (46° 56’ 10’’ N - 02° 35’ 00’’ E), Cher
« L’escalier suit la rampe »

REF
KEW TNA AIR 40/2659 -App A1
SHD 72 AJ 63 V - Marathon
SHD GR16P229827 – Fouet P
SHD GR16P386089 – Malafosse P
SHD GR16P295711 – Tainturier R
SHD GR17P76 – Reseau Amarante
SHD GR17P76 - Svagrovsky F
SHD GR16P295709 - Svagrovsky F
SHD 72 AJ 80 XI - Témoignage Le Crom-Hubert
SHD Dictionnaire Historique
A&B Bertram – Secret of Bignor Manor
H Verity - Ed 2000 - App B
RAF 161 Sqn log & MR

ORGANISATION
6 passagers dont Félix Svagrovsky alias César alias Vector (Amarante), Serge Trifol alias Trefoil, X alias Marc, Boisat, radio Pierre Fouet pseudo Pierre Margency alias Cantal (BOA Gallia) & Vielmont Robert Tainturier alias Parcifal ??

MISSION
Californie
SIS n°55

TYPE d’OPERATION
RAF 161 Sqn - 2 Lysanders (Cpt R.W.J. Robin Hooper & F/L James McCairns).
Reception Maurice Andlauer (CL) alias Jean-Louis Chancel alias Chavaignac
6 passagers ( ?) : Cpt Le Crom-Hubert alias Yvonne alias Yvonnec, Jean Fleury alias Persée alias Panier, policier Dubois, Jean-Claude Arrachart pseudo Claude Arnault alias Neron, Pierre Malafosse alias Mourrin (Brutus)?
Félix Svagrovsky arrété 18/06/1944, déporté & décédé à Neuengamme 01/04/1945
Robert Tainturier arrêté avec Jean-Pierre GEYER alias Morel le 06/10/1943 à Paris, déporté et décédé à Dora 17/03/1944
Pierre Fouet arrêté 04/07/1944 à Gaumont (Calvados), déporté 16/08/1944 à Buchenwald puis Dora puis Rottesberge & libéré 02/05/1945 à Vitebex par les Russes

GR 16 P 253577 | GEYER (Jean Pierre) | 1918-04-23 | Blainville-sur-l'Eau | Meurthe-et-Moselle | FRANCE | FFc DIR

Laurent Laloup le jeudi 02 décembre 2021 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Recherche sur cette contribution


www.cnd-castille.org



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le samedi 29 août 2020 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Recherche sur cette contribution


www.var39-45.fr 

"... Phratrie

Cette centrale est représentée par plusieurs réseaux. Ce sont Cotre, dirigé de Marseille et qui dispose à Toulon et Fréjus des sous-réseaux Largade I et II, Goélette, créée à Marseille et qui fusionne avec le troisième et le plus important d'entre eux, Tartane-Masséna.

Tartane-Masséna est centré sur Nice et les Alpes-Maritimes, mais possède dans le Var des agents importants. À Saint-Raphaël, François Crucy Lamartine est une personnalité que viennent visiter André Philip et Pierre Brossolette avant leur départ pour Londres ou André Manuel, l'adjoint de Passy, en cours de tournée d'inspection, fin novembre 1942. Il rédige la revue de presse du réseau8. À Toulon, l'antenne de Tartane est dirigée par un officier de la marine marchande, Robert Leplanquais, Leblanc ou Kervella, que l'un des responsables AS des Alpes-Maritimes, Conrad Flavian a présenté au chef du réseau, Le Crom, en décembre 1942. Homme intègre et courageux comme sa mort le montrera, Leplanquais sera écœuré, comme d'autres agents, par le successeur de le Crom à la tête de Tartane, coupable d'incurie et de gaspillage des fonds, et qu'il ira jusqu'à gifler9.

C'est à ce moment-là que le responsable du sous-réseau Dorine, dans les Bouches-du-Rhône, ami de Leplanquais, Roger Taillefer Max Gautier quitte Tartane pour passer sous l'égide du SR des MUR (sous-réseau Burin). Engagé de longue date dans le renseignement à Marseille, il a participé en juillet 1943 à la création d'un chantier forestier dans les bois du Pelenq (Moissac-Bellevue), dans le Haut-Var, avec un autre animateur de Tartane (à Antibes), le Dr Paul Schmierer. Sorte de base arrière des sous-réseaux, le chantier est surtout l'œuvre de Daniel Ungemacht Benedite, l’adjoint puis successeur de Varian Fry à la tête du Centre américain de secours de Marseille. Cette activité ayant attiré l'attention sur lui, il a été obligé de quitter Marseille et s'est reconverti dans le bûcheronnage10. Ce chantier, création originale, se voulant une sorte de coopérative autogérée, accueille des réfractaires, des Juifs, soit des citadins cherchant une “planque” et qui ne sont pas toujours bons forestiers. Heureusement pour sa bonne santé financière, il peut compter sur huit réfugiés espagnols. Au total, sur la centaine d'hommes qui y sont passés, une cinquantaine, au maximum, peuvent y rester, les autres se décourageant ou étant refusés. Cela en fait tout de même, en janvier 1944, l'exploitation forestière la plus importante du département. Il est, à la fois, protégé et bridé par les Eaux et Forêts qui l'ont aidé à sa création, mais qui le contrôlent et l'obligent à appliquer un prix taxé bien moins rémunérateur que celui du marché noir généralement pratiqué. Il faut toute la foi de ses animateurs et leur travail pour assurer sa survie jusqu'en mai 1944. Visité depuis janvier par des officiers résistants, de l'AS et de l'ORA, camouflés par cette administration des Eaux et Forêts (Fontès, chef de l'AS à Draguignan, Piccolet, Abiven), le chantier, maquis “passif”, est intégré dans la Résistance locale (l'ORA) et reçoit, par là, un parachutage d'armes dans la nuit du 10 mai 1944. Son existence n'échappe pas à la vigilance du SD qui vient le perquisitionner le 18 mai et qui arrête Ungemacht, son adjoint catalan Rebull et deux hommes (un Tchèque et un Espagnol). Le Pelenq est alors pris en main directement par les Eaux et Forêts, c'est-à-dire par l'ORA, sous la direction du lieutenant Abiven. ..."

Laurent Laloup le samedi 09 novembre 2019 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Recherche sur cette contribution


Ils furent des hommes
De C. L. Flavian



Cliquez pour agrandir

Laurent laloup le vendredi 14 juin 2019 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


Témoignage d'Yves le Crom-Hubert, recueilli par Marie Granet 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le mardi 30 avril 2019 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


Témoignage d'Yves le Crom-Hubert, recueilli par Marie Granet 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le mardi 30 avril 2019 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


Témoignage d'Yves le Crom-Hubert, recueilli par Marie Granet 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le mardi 30 avril 2019 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


francearchives.fr 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le mardi 30 avril 2019 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


honneur à ce courageux résistant authentique .

J'ai demandé que le nom de ce Grand résistant ne soit pas oublié à Mantes-la Jolie. En date du 27 09 2011, la lettre de la Mairie n 'a pas, à ma connaissance donné suite à cette demande. Une plaque apposée dans le service d'ophtalmologie de l'Hôpital pourrait rappeler le glorieux souvenir de ce grand Résistant.
J -P F.

jean-pierre fardeau le dimanche 29 juillet 2018 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


" Le Crom cherchait à partir en Angleterre. Il fit la connaissance en décembre 1940 d'un agent de renseignement du général De Gaulle, Gilbert Renault. Celui-ci dissuada le docteur Le Crom de partir en Angleterre et lui demande de fournir des renseignements sur la base maritime, que les allemands commencent à installer à Lorient, et sur les sous-marins, déjà très nombreux. Le docteur accepte et peut obtenir, par des recherches personnelles, des renseignements sur les premières défenses côtières, les postes de D.C.A. installés dans la région et sur les points de chute des bombardements anglais sur Lorient. D'autre part, grâce à l'employé du port de pêche, Robert Lopin, le docteur Le Crom peut obtenir des renseignements sur les sous-marins. Il passe des nuits, continuant ostensiblement le jour à voir ses clients et à exercer son métier, à mettre à jour ses renseignements, à établir des cartes, etc.
Il transmet lui-même ses renseignements à Rémy. A la fin 1941, Rémy met en contact le docteur avec un lorientais, dont le docteur se méfiât d'abord, car il présentait le type physique allemand, mais qui fut un des meilleurs agents du réseau C.N.D.. Cet agent, Alphonse Tanguy est surnommé Alex. Désormais, le docteur et Alex travaillent en liaison. Leurs renseignements sont remis à un agent de liaison, envoyé par Rémy, et qui fait régulièrement le voyage entre Paris et Lorient tous les quinze jours. Alex était très bien placer pour avoir des renseignements, car il travaillait comme ingénieur à l'Arsenal de Lorient. ..."

TEMOIGNAGE DU DOCTEUR YVES LE CROM-HUBERT: Médecin à Nantes. Témoignage recueilli par madame Granet, le 11 mars 1947. CND - CND Castille
PDFwww.cnd-castille.org › download

Laurent Laloup le mardi 02 janvier 2018 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Recherche sur cette contribution


Soustelle Jacques "Envers et contre tout de Londres à Alger ( 1940-1942 )"

" Au moment où la seconde vague d'arrestations s'abattait sur la C.N.D., au début de juin, Jacques Robert (« Denis », « Rewez »), rentrait de Londres où il venait de faire un stage d'un mois. Trop compromis pour demeurer en zone nord, il passa en zone non occupée avec « Hais » et « Bouboule » (Wackherr), son agent de liaison. Il y retrouva des résistants de zone nord venus s'installer dans le Midi, notamment Senouillet et le docteur Le Crom-Hubert. Robert Senouillet, alias « Mis­tral », avait appartenu à l'O.C.M., et dirigeait à Marseille une entreprise de travaux publics, excellente couverture pour un réseau clandestin. Le docteur Le Crom-Hubert, dit « Yvonne », avait été le premier agent de Rémy à Lorient. Il s'était enfui à Nice lorsqu'il avait su que la Gestapo le recherchait. Il monta sur la Côte d'Azur, de Toulon à Menton, un réseau de tout premier ordre, « Tartane ». "

laurent le mardi 08 septembre 2009 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


ILS FURENT DES HOMMES Par C.L.FLAVIAN

Laurent Laloup le jeudi 21 mai 2009 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


MÉDECIN MÉDAILLÉ DE LA RÉSISTANCE

www.memoresist.org 

Laurent Laloup le jeudi 25 septembre 2008 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution


Mémoire d'un agent secret de la France libre. Tome III de Rémy

" Toute la nuit, notre bateau a roulé et tangué sur son ancre au large de Portsmouth, mal abrité d'un fort vent de suroît par la masse invisible de l'île de Wight. Nous ne sommes que trois passagers : W..., le capitaine Yvonnec et moi. W... est un Major de l'armée anglaise, instruc­teur de nos volontaires du plan Sussex avec Yvonnec, pseudonyme de mon vieux camarade Yves Le Crom-Hubert, l'une des premières recrues de mon réseau. A nous trois, nous composons l'embryon d'un détachement précurseur des services de renseignements qui doivent opérer contre l'ennemi en partant des lignes alliées. Après avoir examiné sur place les conditions de notre travail, je rentrerai à Londres pour recevoir du général Koenig les pouvoirs nécessaires à l'accomplissement de ma mission.
On nous traite en passagers de luxe : trois couchettes sont mises à notre disposition. Je n'utiliserai guère la mienne, car mon excitation est beaucoup trop vive pour me permettre de dormir. Après avoir absorbé le verre traditionnel de Nelson's blood — littéralement : « sang de Nelson » — cocktail que nous offre un midship et qui, par sa couleur et par son goût, évoque assez bien la saveur qu'on prête à l'encaustique liquide, je reste sur le pont, sans me soucier de la pluie qui gicle par brèves rafales. "

Laurent Laloup le jeudi 25 septembre 2008 - Demander un contact

Recherche sur cette contribution

Dernière mise à jour le dimanche 13 mars 2022

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté





fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 28 1 2024  Hébergé par Nuxit  Temps entre début et fin du script : 0.75 s  8 requêtes