Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 61384
 

André Bouchi Lamontagne



Naissance : 25 avril 1919 - Toulon (83)

Activité antérieure : marin

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en juillet 1940

Affectation principale : FNFL / marine de guerre

Léopard, Lobélia, Bouclier, Reine des Flots, Moqueuse, marine Levant

Grade atteint pendant la guerre : enseigne de vaisseau

Décès : 15 novembre 2008 - Paris

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 77356

Dans la liste de l'amiral Chaline : ligne 1844

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 7054


Contribuez à son livre ouvert !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 3 multiplié par 7 =  ?


André Bouchi Lamontagne - son Livre ouvert !
 

Revue de la Fondation de la France libre N°30 (décembre 2008) :

IN MEMORIAM

Le capitaine de vaisseau Bouchi-Lamontagne est né le 25 avril 1919 à Toulon. Elève officier de la marine marchande, il est mobilisé en septem­bre 1939 et suit le cours des chefs de quart à Brest.
En juin 1940 il est nommé officier en second sur le dragueur Roule qui sert d'appât aux troupes allemandes pen­dant leur progression le long des côtes normandes, afin de permettre au cuirassé Courbet de repérer leurs tirs et de les bombarder. A l'arrivée de l'ennemi, il quitte Cherbourg et rejoint Portsmouth en Grande-Bretagne. Il ral­lie immédiatement la France libre, est promu aspirant et suit un stage d'asdic supérieur avant d'embarquer sur le contre-torpilleur Léopard engagé dans la bataille de l'Atlantique; j'étais alors élève-aspirant et à ses côtés lors des premiers combats victorieux du Léopard contre les sous-marins alle­mands.
En mai 1941, il est instructeur à l'Ecole navale FNFL, chargé de la formation des jeunes élèves officiers.
En 1942, il est officier de manœuvre puis second du patrouilleur Reine de Flots, et assure avec succès escortes et patrouilles en Afrique et en Méditerranée. En 1943 et jusqu'en mai 1945, il est à bord de l'aviso La Moqueuse et participe au débarque­ment de Provence. A la fin des hostili­tés, il commande le D 363 en opéra­tions de dragage en Manche et devant les poches de l'Atlantique.
Il quitte le service actif en février 1949 titulaire de la Croix de guerre avec de nombreuses citations. En tant que capitaine au long cours, il sert à la Compagnie des Transports Océaniques et à la Cie générale transatlantique jusqu'en 1951, quand il entre à la compagnie du canal de Suez comme officier de port à Port-Saïd. A la nationalisation du canal, il sert à la Compagnie Thompson comme chef des services généraux. Il prend sa retraite en 1982, commandeur du Mérite maritime, pour aborder une troisième carrière, celle de vice-président et trésorier général de l'association des FNFL où inlassablement il va se dévouer sans limites pour nos camarades. Sa générosité naturelle et son honnêteté exemplaire l'amènent à s'occuper spontanément des plus démunis des FFL, à se pencher avec discrétion sur les misères cachées, apporter aux uns et aux autres un soutien matériel mais aussi une aide morale. Sa disponibilité de tous les instants font qu'il répondait toujours présent pour toutes les missions même impossibles. Sa patience inlassable et sa rigueur ont permis l'édition du tome 5 de l'Historique qui a nécessité le recueil des données sur 14735 marins FNFL. Le commandant était talentueux dans tous les domaines qu'il abordait, je perds un collaborateur irremplaçable. Sa mort signifie également la fin de notre Association officiellement sublimée depuis le 18 juin 2000 mais que nous faisions subsister grâce à son implacable énergie.
J'ai été heureux de lui remettre personnellement la cravate de la Légion d'honneur et la plaque de Grand officier de l'ordre national du Mérite, mais surtout, avant que son corps ne soit livré à la Science comme il l'a souhaité dans la droite ligne qu'il avait choisie du don de soi, de pouvoir lui rendre au Val de Grâce en présence de sa famille et de notre porte-drapeau un dernier hommage au nom de tous ceux qu'il a si bien servis.

Laurent Laloup le samedi 27 décembre 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 27 décembre 2008

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 31 8 2020  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.83 s  8 requêtes