Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 58559
 

Jean Abarnou



Naissance : 15 avril 1919 - Lanarvily (29)

Activité antérieure : militaire

Point de départ vers la France Libre : Grande Bretagne

Engagement dans la France Libre : en aout 1941

Affectation principale : FNFL / marine de guerre

Bouclier, Roselys, Aconit

Matricules : 1206 B36, 5591 FN41

Grade atteint pendant la guerre : second maître détecteur

Décès : 2 février 1999 - Brest (29)

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 229

Dans la liste de l'amiral Chaline : ligne 7

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 24


Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 7 plus 7 =  ?


Jean Abarnou - son Livre d'or !
 

Un Abarnou à Paris

J'ai connu un Jean Abarnou en 1982. Il habitait à Paris, au 16, boulevard Gouvion-saint-Cyr.
Est-ce le même ?

Marc Blanchard le mardi 18 juin 2013 - Demander un contact


Les corvettes de la France Libre, de Pierre de MORSIER

Sous les ordres de l'enseigne de vaisseau Petrochilo, officier en second, le repêchage des rescapés, les soins à leur donner ont été organisés dans des condi­tions d'efficacité et de rapidité remarquables étant donné l'état de la mer et les possibilités réduites d'une corvette. L'enseigne de vaisseau Philippon, le quar­tier-maître R.D.F. Abarnou et le matelot asdic Rom, accrochés d'une main aux filets, à l'extérieur de la coque, plongés dans l'eau jusqu'à la poitrine par les coups de roulis, saisissaient les survivants. Le matelot infirmier Aveline a été d'une compétence et d'un dévouement au-dessus de tout éloge, donnant des soins non seulement aux blessés graves, mais encore à une trentaine d'hommes que leur séjour dans l'eau très froide et le mazout absorbé mettaient en danger.

Laurent le samedi 27 février 2010 - Demander un contact


Jean Abarnou

Fait prisonnier par les Anglais lors de l'oparation Catapult à bors du sous-marin "L'Ajax" (Dakar 1940)
Rallie les FNFL

sous-marin.france 

Laurent le vendredi 30 octobre 2009 - Demander un contact


In Memoriam Jean Abarnou.

In Memoriam.
Texte rédigé par l'Amiral Talarmin fev 1999.
Jean Abarnou

Jean Abarnou est né le 15 avril 1919 à Lanarvily (Finistère), où ses parents tenaient une ferme. Après des études primaires à l’école du Sacré-Coeur de Lesneven et l’obtention du certificat d’études, il revient durant quelques années à la ferme de ses parents, puis s’engage dans la marine le 16 avril 1937, à l’âge de l8ans. Après avoir suivi le cours de torpilleur, il embarque en qualité de matelot-torpilleur, fin 1937, à bord du sous-marin Ajax. C’est sur ce bâtiment qu’il quitte Brest le 18 juin 1940 pour gagner Casablanca puis Dakar. Après des vicissitudes diverses, il rallie début 1941 les Forces françaises libres. Après avoir suivi les cours de détection à île de Man, et d’asdic à Campbeltown, Jean Abarnou embarque en novembre 1941 en qualité de quartier-maître asdic à bord de la corvette Roselys en cours d’armement.

Il ne quittera ce bâtiment qu’en mai 1944 pour embarquer sur la corvette Aconit, avec laquelle il participera aux opérations de débarquement en Normandie, puis à l’escorte des convois de ravitaillement des troupes débarquées. Le séjour de trente mois passés à bord de la Roselys marquera tout particulièrement Jean Abarnou. A bord de cette corvette, il participe de façon incessante au plus fort de la lutte anti-sous-marine, et par tous les temps, aux difficiles escortes des meurtriers convois de l’Atlantique-Nord entre le Canada et l’Ecosse.
Au cours de ces convois, la Roselys se distinguera à maintes reprises. Le 25 janvier 1942, elle éperonne et endommage un sous-marin allemand, puis à nouveau les 11 mars, 12 avril, 14juin, 20 et 24 septembre 1943. Janvier et mars 1944, elle se signale à nouveau, soit en repoussant des attaques aériennes, soit le plus souvent en participant activement à des actions anti-sous-marines au cours desquelles les opérations asdic, dont Jean Abarnou, ont un rôle déterminant.
Il devra, au cours de ces convois de l’Atlantique Nord, recueillir de nombreux rescapés provenant des bâtiments marchands torpillés.
Mais la Roselys participe également aux convois vers la Russie. Du 22 au 30 mai 1942, la corvette escorte le convoi PQ 16 d’Islande, à Mourmansk, par une route qui la fait passer près du cercle polaire, à une époque de l’année où le jour est presque permanent.

Chacun voit aujourd’hui les dangers courus par ces convois : menace des cuirassés et croiseurs lourds allemands tapis au fond des fjords, attaques aériennes et sous-marines nombreuses. Durant huit jours, le convoi P0 16 est soumis à des attaques aériennes incessantes. L’équipage doit supporter une tension extrême et ne peut quitter son poste de combat que pendant de courtes périodes.
Le 25 mai, tout particulièrement, le convoi subit plus de cent attaques aériennes, et de nombreux bâtiments sont coulés. La Roselys se porte au secours du transport de munitions « Stan Bolchevik » qui est en feu et elle contribue à courte distance avec ses lances à éteindre l’incendie.
Il recueille aussi trente-six rescapes du cargo américain City of Juliet, puis atteint enfin Mourmansk.
Apres un séjour d’un mois dans ce port, il reprend la route de retour avec un convoi de seize navires à vide et fait route vers l’Islande. Par suite de difficultés de navigation, mauvaise visibilité et mauvais temps, l’ensemble du convoi et des escorteurs pénètre dans un champ de mines. Six bâtiments sautent et coulent. La Roselys pendant cinq heures s’emploie en plein champ de mines à sauver les survivants et débarquera à Reykjavik 179 rescapés ; à cette occasion, Jean Abarnou recevra la médaille de sauvetage, et l’amiral Giret, alors officier de manœuvre de la Roselys, me disait il a quelques années se souvenir parfaitement du remarquable courage manifesté par l’enseigne de vaisseau Philippon et les quartiers-maîtres Abarnou et Roms qui, accrochés aux filets disposés à l’extérieur de la coque, ont, au cours de cette nuit tragique et malgré le froid et les coups de roulis violents, contribué par leur seule action à recueillir au moins 25 survivants.

Voilà en résumé Faction accomplie par Jean Abarnou aux Forces navales française libres cela représente plus de quarante mois passés en opérations. Promu S/Mtre aux FNFL, Jean Abarnou continuera sa carrière dans la marine nationale qu’il quittera en 1962 avec le grade de martre principal, grade alors le plus élevé dans le corps des officiers mariniers.
Chevalier de la Légion d’honneur, Jean Abarnou était aussi titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre 1939-1945 avec trois citations, de la croix du combattant volontaire de la Résistance, de la croix du combattant volontaire, de la médaille de sauvetage.

Jean Abarnou (15 avril 1919-2 février 1999)

jean abarnou (fils) le vendredi 13 mars 2009 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mardi 18 juin 2013

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 1 5 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.56 s  7 requêtes