Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 58635
 


Cliquez !

Yvan Matousek



Naissance : 8 octobre 1912 - Pelhrimov, Tchécoslovaquie

Activité antérieure : militaire

Nationalité : Tcheque

Engagement dans la France Libre : Londres en décembre 1942

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / spahis

Grade atteint pendant la guerre : lieutenant

Décès : 20 septembre 1944 - Flin (54)

Mort pour la France

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 404024

Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 1 multiplié par 4 =  ?


Yvan Matousek - son Livre d'or !
 

Photographie envoyée par Antoine Serra

"Chantrelle, au lieu dit Batard les Mairies" (probablement Châtel-sur-Moselle ou ses environs) le 16 septembre 1944 pendant un repas : Serra  , Brun  , Cameo, le lieutenant Matousek, Gosnefroy, Brubach  , Larbaigt, Brosselin



Cliquez pour agrandir

Jacques Ghémard le dimanche 04 décembre 2011 - Demander un contact


fils et neveu d'un ancien compagnon d'arme du lt MATUSEK

Thierry REUSSER ancien militaire, parachutiste, 17ème RGP,Montauban puis 501ème RCC Rambouillet , EED2 saint germain en Laye,4ème RD Mourmelon, campagnes Liban, Tchad, république centrafricaine, guerre du Golfe désormais fonctionnaire des douanes à Poitiers.

Trés bel article concernant le lieutenant MATUSEK une grande figure du régiment dont j'ai si souvent entendu parler par mes père et oncle, tous deux anciens du 1er RMSM, engagés dans la DB à TEMARA à l'été 1943 non sans être passés, comme beaucoup de leurs compagnons, par les geôles de l'espagne franquiste de Miranda, après leur évasion de France occupée.

le maréchal des logis REUSSER dont il est question dans l'article n'est autre que mon oncle jean louis, décédé en 1996 frère de mon père Claude décédé en 1986.

Thierry REUSSER

(ancien 2ème DB 1987-1990)

REUSSER le mardi 28 décembre 2010 - Demander un contact


LIEUTENANT YVAN MATOUSEK 1912-1944

La mémoire des Français Libres / sous la direction d'André Casalis Revue N° 310 - 4` trimestre 2000

" Yvan Matousek est né le 8 octobre 1912 à Pelhrimov, en Bohême. Deuxième enfant d'une famille de trois, il entreprend des études de droit qu'il doit abandonner au décès de son père, alors fonctionnaire.
Il s'engage dans l'armée tchécoslovaque, choisit la cavalerie et suit les cours d'élève officier. Promu, il subit le choc de l'occupation allemande de la Bohême et de la Moravie. Ne pouvant supporter la présence de l'ennemi, le nadporucik Matousek quitte sa patrie le 10 août 1939 en compagnie de deux camarades avec l'intention de gagner la France.
C'est avec beaucoup de difficulté qu'ils parviennent en Pologne trois jours après. Ils y retrouvent de nombreux compatriotes, rassemblés dans un camp militaire près de Cracovie. Matousek est nommé officier adjoint dans une compagnie de mitrailleurs.
L'armée allemande envahit la Pologne le 1er septembre 1939. Harcelés par d'incessants bombardements, les unités polonaises, dont celle de Matousek, font mouvement à pied et atteignent Tarnopol le 13. Le groupe des soldats tchèques poursuit sa route vers l'est et pénètre en Roumanie le 19 septembre. Il réussit à s'embarquer à Constantza pour atteindre Beyrouth six jours plus tard après avoir touché Istanboul, Le Pirée et Alexandrie.
Regroupés avec d'autres compatriotes présents en Syrie, ils sont transférés en France où ils parviennent le 27 octobre.
Le camp de l'armée tchécoslovaque se trouve à Agde, où les troupes subissent un entraînement intensif pendant l'hiver. Matousek est affecté au 1er Régiment d'Infanterie et part au combat le 6 juin dans le cadre de la 23e DI française. La guerre est déjà perdue et la division ne livre que des combats retardateurs à Coulommiers et Montereau, puis se replie sur Gien, Châteauroux et Argenton pour achever la guerre à Saint-Junien.
Yvan Matousek est à la veille d'être chassé de sa patrie pour la troisième fois, même si elles étaient provisoires pour les deux dernières. Il en faut plus pour décourager un homme de cette trempe. Une partie des soldats tchécoslovaques parvient à rejoindre Sète et s'embarque pour la Grande-Bretagne qu'elle atteint le 27 juin. L'Appel du général de Gaulle est vieux d'une semaine.
Les troupes tchécoslovaques ne comptent guère d'hommes du rang et les unités sont principalement constituées d'officiers. Le lieutenant Matousek est affecté à la compagnie de mitrailleuses d'une formation connue sous le nom du « bataillon des officiers. »
L'occasion de prendre part aux combats se faisant attendre, notre homme, qui ronge son frein, obtient l'autorisation de rallier les Forces Françaises Libres. Il signe son engagement le 10 décembre 1942.
Yvan Matousek rejoint finalement le 1er RMSM en avril 1943, après un long périple passant par le Nigeria et l'Égypte. Il est affecté au 1er escadron du capitaine Pierre Troquereau. Il participe aux derniers combats de la campagne de Tunisie. Après un séjour en Tripolitaine, le 1er RMSM est dirigé vers le Maroc, où il devient le régiment de reconnaissance de la 2e DB. Le 1er escadron devient le 5e et Matousek reçoit le commandement du 1er Peloton. Il débarque le 1er août sur le sol de France.
La boucle est bouclée pour Matousek, qui croisera bientôt en vainqueur la route de la défaite suivie en 1940. Il s'est montré un chef énergique pendant cette phase préparatoire, un instructeur exigeant aussi dur pour ses hommes que pour lui-même.
Le premier peloton que commande Matoùsek participe activement aux combats de Normandie, fait demi-tour avec la 2e DB et se prépare à foncer sur Paris.
Le général de Gaulle quitte Rambouillet le 25 août pour gagner la capitale. Il est, à sa demande, escorté par un peloton du 5e escadron de spahis, commandé par Matousek. Le général veut ainsi rendre hommage à l'escadron de spahis qui, le premier, rallia la France Libre en unité constituée : le 5e est son héritier.
Parvenu à la porte d'Orléans, le convoi se dirige vers la gare Montparnasse par l'avenue du Maine. Une foule dense et surexcitée occupe les rues et acclame les unités de la 2e DB, mais c'est un véritable délire quand elle reconnaît le général de Gaulle.
Des tireurs postés sur les toits déclenchent soudain une véritable fusillade. Des glaces de la voiture du Général sont brisées mais personne n'est touché. Matousek, qui se trouve aux côtés de son illustre passager, resté impassible, le supplie de se mettre à l'abri dans un véhicule blindé :
- Mon Général, je suis responsable de votre protection ! S'il vous arrive quoi que ce soit, je me flingue !
Du tac au tac, de Gaulle lui répond : .
- Lieutenant, faites votre métier. Je fais le mien.
Plus tard, le premier peloton reçoit la mission de s'emparer du Palais Bourbon. Il arrive par la rue de Bourgogne. Méprisant la mitraille, debout sur un toit, Matousek hurle ses ordres pour l'assaut. La Chambre des députés est bientôt prise, les Allemands qui l'occupaient se rendent. Le colonel Willings, alors aspirant et détaché les 25 et 26 août au 1er peloton, témoigne :
-J'ai pu apprécier l'extraordinaire courage physique de Matousek pendant ces deux jours. Je ne l'ai jamais vu baisser une seule fois la tête malgré les tirs de dizaines de tireurs d'élite (d'origine inconnues) que nous avons subis en plusieurs occasions.
Le peloton Matousek participe activement aux missions du 5e escadron au cours des violents combats du Bourget des deux jours suivants comme de ceux de Champagne puis de Lorraine :
- Le lieutenant se bat comme un lion, rapportent les spahis.
Le 20 septembre 1944, dans l'après-midi, Matousek laisse son peloton aux ordres de sous-lieutenant Bompard, son adjoint. Il mène une reconnaissance en Jeep vers Flin, où coule la Meurthe. Il laisse son véhicule dans le village et poursuit à pied vers le pont. Les Allemands sont postés sur l'autre rive et le battent du feu de deux mitrailleuses. Le lieutenant aperçoit deux hommes blessés gisant sur l'ouvrage. Il se porte sans hésiter à leur secours mais est tué à leurs côtés par une longue rafale. Il faudra déclencher un tir de fumigènes pour les ramener.
Le surlendemain, profitant d'un répit, Bompard, ayant succédé à son chef, emmène ses hommes se recueillir sur sa tombe provisoire à Moyen :
- (...) Oubliant son ton cassant, parfois blessant, nous ne retiendrons que son caractère droit, son âme trempée aux souffrances et ses vues sans illusions. Abandonnez ce qui aurait pu vous déplaire en lui pour que reste seulement entre vous et lui le lien sacré et indissoluble qu'il avait forgé en donnant son unité au le` peloton. Si le lieutenant Matousek a été dur, je l'en remercie. Il nous avait inculqué sa conscience de soldat : conscience qui se lisait dans son regard bleu ciel.
Magnifique officier, toujours volontaire pour les missions dangereuses, payant constamment de sa personne, il est allé jusqu'au sacrifice suprême en se portant spontanément au secours de camarades blessés.
Il restera pour nous un exemple.
L'homme qui avait parcouru l'Europe pour combattre l'envahisseur de son pays repose à jamais dans le cimetière du Mémorial tchèque à La Targette, près d'Arras. Il y a rejoint de nombreux compatriotes, dont beaucoup tombèrent au cours des durs combats de l'Artois.
Une plaque est fixée à l'intérieur du Mémorial. Elle porte ces mots dus à Pavel Safarik qui conviennent parfaitement au lieutenant Matousek en particulier, comme aux Français et Tchèques libres en général :
On ne passe pas sans combattre de l'esclavage à la liberté. Mieux vaut honorer son pays par sa mort, que le déshonorer par sa vie.

Philippe GRARD "

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact


Dans "Calots rouges et croix de Lorraine"

L'épisode du Bourget ... 6 morts pour le 5e escadron.

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact


Dans "Calots rouges et croix de Lorraine"

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact

Réponse :

Je compte même 12 morts du 5e esc dans la liste de Thierry Moné. Et 6 au Bourget peu de temps avant. Le 5e escadron ayant remplacé le 4e considéré comme trop éprouvé après la Normandie (10 morts) on peut se demander si les spahis ne furent pas très exposés dans ce groupement tactique Dio)


Mémorial de la compagnie Nazdar et cimetière Tchécoslovaque

memoiresdepierre 

" Volontaires et soldats inhumés dans le cimetière :
(Nom Prénom. Grade, unité, tombé le)(d’après l’état nominatif publié par l’association des volontaires tchécoslovaques en France)

MATOUSEK Yvan. Por/Lt Chef de char, FFL Division Leclerc, 20/9/1944 "

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact


www.volny.cz  et google

" Une partie des troupes françaises, qui n'acceptent jamais la défaite de la France en 1940 et enduré dans la lutte contre l'Allemagne au cours des six dernières années ont été fusionnées en 1943 dans la division blindée 2e (2.DB - 2ème Division Blindée) sous le commandement du général Leclerc légendaire, Self Philippe de Hautecloque nom. La division, connu en particulier pour la libération de Paris, a combattu plusieurs Tchécoslovaques. Trois d'entre eux, lt. I. Spaniel, lt. I. Matousek et LT. Brezina Z., étaient en action dans cet ordre division décerne l'Ordre du Mérite.
[...]
À la fin de 1940, le général de Gaulle a demandé au Président de la République Dr Benes et de l'OMI à Londres sur la libération de plusieurs officiers militaires étrangères tchécoslovaque pour les besoins de l'armée des Français Libres (FFL). Les dizaines de policiers ont été enregistrés au printemps année suivante, sélectionnez une quinzaine d'hommes sous contrat, en garantissant que nos agents ont les mêmes droits et obligations qui étaient officiers français, sorti sur le FLP. Au cours des trois prochaines années, il a été transféré à la guerre dans une autre FFL quarante-sept officiers qui ont été déployés dans différents types d'armes à l'équipage français beaucoup, presque partout dans le monde. Au moins cinq officiers a servi avec le 2e DB. Lieutenants Sestak, Matousek, Moravec, et le lieutenant lieutenant Brezina In memoriam Spaniel. Lieutenant Moravec servi dans la sous-unité en Afrique du Nord, le lieutenant Sestak travaillé avec GER 15 (Groupe d'Escadron de réparations n ° 15), le lieutenant Brezina au 12e Cuir (Régiment de cuirassiers) et le lieutenant lieutenant Matoušek avec Spaniel au 1er RMSM (Régiment de Marche de Spahis Marocains).
[...]
Ivan Matoušek, était né le 8 Octobre 1912 à Pelhřimov. Le lieutenant de cavalerie en août 1939, il se rend en Pologne, puis à la France pour l'armée tchécoslovaque des Affaires étrangères. Après la défaite de la France a navigué à la Grande-Bretagne, où il a été placé dans demandeur bureau pour les officiers du bataillon peloton machine gun. Selon l'évaluation de leurs commandants de la brigade mixte tchécoslovaque, avait I. Matoušek bonnes qualités militaires. À l'été de 1942 a demandé à être transféré à la FFL, qui était un passage réussi de la même année. Après un court séjour dans un camp de concentration FFL Camberley, en Angleterre, il a été transféré à l'Afrique et le printemps 1944 inclus, au grade de lieutenant à 2.DB à 5éme Escadron 1 er RMSM, sous le groupe tactique de Rémy. Après le débarquement en Normandie en août 1944, combattit à Falaise et à Paris. Dans la lutte pour Paris a été cité par le commandement militaire: «... dans le nettoyage zone capturée Bourget conduit sa patrouille de reconnaissance et de maisons de recherche de sa propre main tué plusieurs ennemis et capturé plus de trente soldats allemands ...." Peu après la libération de Paris, une division dirigée par Lorraine. Dans la seconde moitié de Septembre 2.DB atteint la rivière Meurthe et j'ai essayé de le déplacer de s'exécuter. Dans la première bataille, qui a eu lieu au village de Flin, lt. Ivan Matoušek 20 mourut Septembre 1944. Les rapports de la mort des Etats lieutenant Matousek: "... Le lieutenant Matoušek tomba 20e Septembre 1944 au pont de service de la Ville de Flin Meurthe et Mosselle. Au cours de l'enquête sur les piétons, les deux entendu les gémissements des blessés et essayer de leur donner les premiers soins, a été frappé par un coup de fusil. Reusser maréchal des logis et lieutenant Bompard, qui a assisté à sa mort, transporta son corps dans l'ombre .... lieutenant Matoušek a été enterré dans le cimetière du Moyen - Vosges. Pour son activité de FLE a été deux fois cité dans les ordres, décorations Tribute règlements sur l'ordre du Mérite et la Croix de Guerre française avec palme.
[...]
Lors de la parade de la victoire à Paris 17ème Juin 1945, au début de la parade des divisions blindées apparus parmi 12 2e Panzer Regiment Armored Division réservoir Spaniel nommé Ivana. Croix de bois et les restes d'Ivan Spaniel en 1947 ont été transférés et placés dans le caveau de famille à Prague Vysehrad. Tomb Ivan Matousek a été transféré au cimetière de guerre tchécoslovaque en France à La Targette. "

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact


Citation à l'ordre de l'armée portant nomination de chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, avec attribution de la Croix de guerre avec palme (Décret du 4 septembre 1945 - JORF du 27 septembre 1945 - page G. 751) du lieutenant de cavalerie Yvan MATUZEK du N° régiment de marche de Spahis.

Yves Morieult

Jacques Ghémard le mardi 08 décembre 2009 - Demander un contact

Réponse :

Il commandait le 1er peloton du 5e escadron (ex 1er) du RMSM quand il a été tué.

Dernière mise à jour le dimanche 04 décembre 2011

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 23 8 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.57 s  7 requêtes