Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54142
 


Cliquez !

Charles Ernest Stieglitz alias Vineracq



Naissance : 17 septembre 1905 - Offenbach (Allemagne)

Activité antérieure : militaire

Point de départ vers la France Libre : Grande Bretagne

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / 13 DBLE

Grade atteint pendant la guerre : Capitaine

Décès : 26 décembre 1985 - Cannes (06)

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 4 multiplié par 5 =  ?


Charles Ernest Stieglitz alias Vineracq - son Livre d'or !
 

"Engagement dans la Légion étrangère
De son nom de naissance Karl Ernst Stieglitz, il quitte l'Allemagne à l'âge de 20 ans pour s'engager comme volontaire, le 27 août 1926, au 1er régiment étranger (1er REI), à la sous-intendance de Metz....."

Laurent le mercredi 10 février 2016 - Demander un contact


Charles STIEGLITZ (Karl Ernst STIEGLITZ) alias VINERACQ Ernest decoré par Gal KOENIG



Cliquez pour agrandir

Frederic STIEGLITZ le mardi 27 décembre 2011 - Demander un contact


L’épopée de la 13ème D.B.L.E. de André-Paul COMOR

"La colonne se remet en marche vers 7 h 30 le 9 novembre, gui­dée par l'ancien coupeur de bois. Ils arrivent aux abords de l'aéro­drome vers 12 h 30 après une marche épuisante dans la forêt vierge. La lre compagnie, sous les ordres du capitaine de Bollardière, passe à l'attaque contre les résistances adverses repérées au sud de l'aérodrome, à la lisière de la brousse. Deux sections se lancent à assaut : la première commandée par le lieutenant Rob, la seconde par l'adjudant Larine, cependant que la section du lieutenant Vineracq est laissée en réserve. Les appuis sont fournis par le mortier et 60 de la lre compagnie, les trois F.M. de la 3e section de la même compagnie et la section-mitrailleuses du lieutenant Simon. Le tir précis des snipers dissimulés dans les arbres gêne la manœuvre. De son côté le lieutenant Messmer, à la tête de sa section, emparé du débarcadère de N'Gok sans rencontrer de résis­tance sérieuse.
La situation devient confuse. Le détachement Bouillon, de la coloniale, qui doit assurer le contrôle de la route côtière, n'a pas acore fait la liaison avec le groupement du capitaine de Bollardiere. Vers 15 h, le commandant Mutin donne l'ordre à la compagnie Puchois de poursuivre sa progression sur la lisière gauche du terrain, pendant que la lre compagnie cherchera à droite la liaison »ec le détachement de la Coloniale, tout en essayant de pousser en direction du village de N'Guigui.
Cependant, les sections Lacroux et Langlois de la 2e compagnie essuient le tir des deux Glenn Martin déjà signalés. Le sergent Deschamps est tué, deux légionnaires sont blessés. Après une première liaison vers 18 h 30, la jonction est enfin réalisée à 20 h 30 entre la 1re compagnie et le détachement Bouillon. "

Laurent Laloup le dimanche 08 mars 2009 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mercredi 10 février 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.52 s  7 requêtes