Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 61540
 

Charles Laux



Naissance : 2 avril 1921 - Clavy-Warby (08)

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Nord Afrique

Engagement dans la France Libre : Tunisie en mai 1943

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / genie

Décès : aout 2012 -

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 343566

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 29257

Contribuez à son livre ouvert !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 6 multiplié par 8 =  ?


Charles Laux - son Livre ouvert !
 

Une nouvelle contribution attend d'être validée

"Charles Laux, héros de la Libération"

18 Septembre 2012
Extrait de 

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Il a passé toute sa jeunesse dans les Ardennes avant de rejoindre De Gaulle à Londres. Charles Laux est mort à 91 ans en laissant un récit émouvant.

IL y a 68 ans presque jour pour jour, le département des Ardennes était libéré de l'occupant allemand - le 3 septembre 1944 exactement pour Charleville.
Le mois dernier s'est éteint à l'âge de 91 ans, Charles Laux, un Ardennais d'origine, engagé volontaire comme artilleur dans la 2e DB de Leclerc.
Même s'il n'a pas directement participé à celle de Charleville, Charles Laux fut un héros de la libération de la France (chevalier de la Légion d'honneur, titulaire de deux citations à l'ordre de l'armée et décoré seize fois). Il a fait tout le glorieux trajet, de l'Angleterre à Berchtesgaden, le nid d'aigle de Hitler, en passant évidemment par la libération de Paris, de Strasbourg, etc.
Charles Laux a publié ses souvenirs - pas seulement de guerre, mais aussi de jeunesse - dans un livre qui est paru en novembre 2011, sous le titre « Une vie racontée à l'Ardennaise : mémoires et tribulations d'un vétéran de la 2e DB ».
Jusqu'à présent, les Ardennais sont un peu passés à côté de ce récit émouvant car Charles Laux s'était installé après la guerre à Meudon-la-Forêt (Hauts-de-Seine), d'où était originaire Mireille, sa marraine de guerre devenue… sa femme et avec qui il aura vécu 65 années de bonheur.
Mais Charles Laux était issu d'une famille nombreuse et modeste, typiquement ardennaise à l'époque, et dont il existe encore des représentants vivants, en particulier Francis Laux, auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur le biographe (ardennais) d'Arthur Rimbaud, Jean-Marie Carré, et d'un prochain livre (en préparation) sur l'impact moderne de la Légende des Quatre Fils Aymon.

La ducasse de Charleville

C'est lui qui nous a appris la disparition de son oncle et nous a raconté ce qu'il savait de ce volet de la saga familale des Laux.
Charles Laux était né dans les communs du château de Clavy-Warby au milieu d'une fratrie de cinq garçons dont René, le père de Francis Laux.
En tant que fils aîné, il avait la particularité d'avoir le même prénom que son père (affectueusement surnommé Charlot), qui fut mécanicien en meunerie à Belval, au moulin de son ami Paul Billaudelle (le grand-père de l'ancien maire de Sedan).
Avant la guerre de 39-45, la famille Laux était venue habiter à Charleville, rue des Forges-Saint-Charles, à l'emplacement des actuels établissements Spire.
« Je relis le livre de mon oncle », nous dit Francis Laux, « c'est passionnant à souhait. Les deux premiers chapitres sont consacrés à la vie à Charleville dans les années 30. C'est fou de voir comment les gens, qui n'avaient quasiment rien, pouvaient être heureux, de voir comment ils occupaient leurs loisirs avec des aubades au square de la gare, un mât de cocagne, la pêche… et la ducasse de Charleville qui était l'événement du département ! »
Pendant la guerre, la mère de Charles Laux, Lucie, avait organisé chez elle un réseau de passage de prisonniers évadés.
Elle recevait aussi clandestinement du courrier pour les prisonniers détenus en haut de l'avenue Nationale (l'actuelle avenue de Gaulle) et leur faisait parvenir par l'intermédiaire de l'un de ses fils qui était livreur de journaux. Des actes évidemment « verboten » et très dangereux en pleine occupation allemande.
Charles Laux (père) et sa femme Lucie reposent au cimetière de l'avenue Boutet, à quelques mètres de la sépulture d'Arthur Rimbaud.
Sur leur tombe figurent les palmes de la Résistance.

Patrick FLASCHGO

« Une vie racontée à l'Ardennaise - Mémoires et tribulations d'un vétéran de la 2e DB » par Charles Laux. Le Voyageur (Editions). Prix : 16,63 euros

laurent le mercredi 09 décembre 2015 - Demander un contact

Réponse :

Uniforme de l'armée d'Afrique dans laquelle je suppose qu'il s'était engagé avant d'opter pour la France libre


www.ville-meudon.fr 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le mercredi 04 juin 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mercredi 09 décembre 2015

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 31 8 2020  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.64 s  8 requêtes