Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 59511
 

Charles Pageau



Naissance : 14 septembre 1924 - Messac (35)

Activité antérieure : marin

Point de départ vers la France Libre : Grande Bretagne

Engagement dans la France Libre : AEF en juillet 1941

Affectation principale : FNFL / fusiliers marins

2ème BFM, 1er RFM

Matricules : 10902 FN41

Grade atteint pendant la guerre : Quartier-maître fusilier

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 454216

Dans la liste de l'amiral Chaline : ligne 11145

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 39759


Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 8 plus 3 =  ?


Charles Pageau - son Livre d'or !
 

Photo Charles PAGEAU

1941 - Suez - 2e Bataillon- de gauche à droite : Henri Fercocq et Charles Pageau - Fonds Henri Fercocq



Cliquez pour agrandir

Florence Roumeguere le samedi 23 juillet 2016 - Demander un contact


"M. Charles PAGEAU
Né le 14 septembre 1924 à Messac (Ille et Vilaine)
Le 28 avril 1940, à 15 ans et demi, il embarque à Rouen sur un cargo de la marine marchande.
En juin 1940, le cargo qui fait escale dans un port écossais, est réquisitionné par la marine anglaise. Charles PAGEAU fait le choix de rester à bord sous les ordres des autorités britanniques. Le navire est intégré aux convois assurant le transport de matières premières et de matériels entre le Canada et la Grande Bretagne. Ces convois sont sous la menace constante des sous-marins ennemis.
Le 1er juillet 1941 à Douala (Cameroun), M. PAGEAU souscrit officiellement un engagement dans les Forces Navales de la France Libre : il n’a pas encore 17 ans. Il est affecté au 2ème bataillon de fusiliers marins qui fait mouvement vers le Liban en novembre 1941.
Le 3 septembre 1942, M. PAGEAU est officiellement versé au 1er régiment de fusiliers marins. Avec cette unité il participe à la campagne de Lybie, puis de Tunisie, jusqu’en juin 1943.
En avril 1944, le régiment participe à la campagne d’Italie. Charles PAGEAU est blessé par éclats d’obus, le 11 juin 1944, devant MonteFiascone. Il est évacué sur Naples jusqu’au début du mois d’août.
Ayant réintégré son unité, il débarque à Cavalaire, sur la côte provençale, le 16 août 1944. Avec son unité il participe à la remontée de la vallée du Rhône. Il participe aux opérations dans les Vosges et en Alsace.
En novembre 1944, il retrouve ses parents pour la première fois depuis avril 1940, lors d’une brève permission.
En février 1945, l’unité est redirigée sur les Alpes, dans le massif de l’Authion, où résistent encore des unités allemandes.
Le 1er juillet 1946, le Quartier-maître Charles PAGEAU est démobilisé. Il a alors 22 ans.
M. PAGEAU est titulaire de la médaille Militaire, de la croix de guerre 1939-1945 et de la croix du combattant."

Jacques Ghémard le dimanche 10 juillet 2016 - Demander un contact


www.ouest-france.fr 

Laurent Laloup le samedi 09 juillet 2016 - Demander un contact


M. Charles Pageau – St Georges du Bois
Nommé par décret du 7 novembre 2014, décoré par l’autorité militaire

www.sarthe.gouv.fr 

Laurent Laloup le samedi 09 juillet 2016 - Demander un contact


Photo de Léon Gautier et moi

Photo prise à Douala en 1941.
Je suis à gauche avec mon béret de marin à pompon rouge et Léon est à droite sur la photo.



Cliquez pour agrandir

Charles PAGEAU le dimanche 10 mars 2013 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution


Mon parcours de Français Libre

Je suis parti de ma Bretagne natale à 15 ans et demi, le 28 avril 1940 pour embarquer comme mousse à Rouen sur un cargo de la marine marchande. En juin 1940, mon cargo s’est trouvé bloqué à cause des événements dans un port Ecossais. C’est là, qu’après l’appel du 18 juin, j’ai opté pour la France Libre. Jusqu’en février 1941, nous allions en convoi jusqu’au Canada chercher du minerai de fer pour les usines d’armement anglaises. A chaque convoi, des bateaux étaient torpillés par les sous marins allemands. En mars 1941 : départ pour la France Libre. A Douala (Cameroun), le 1er juillet 1941, je m’engage au 2ème bataillon de Fusiliers Marins et fait mon apprentissage. Trois novembre, départ pour le Liban via l’Afrique du sud, l’Océan Indien, la mer rouge et le canal de Suez. Nous arrivons à Beyrouth le 24 décembre 1941. Nous gardons les côtes du Liban. En juillet 1942, le 1er bataillon de Fusiliers Marins qui avait fait la bataille de Bir-Hackeim au sein de la 1ère Division Française Libre arrive au repos à Beyrouth. Comme ce bataillon avait subi de nombreuses portes humaines, je fus désigné pour y être incorporé. En août 1942, départ pour El Alamein puis ensuite la campagne dans le désert de Lybie jusqu’à la frontière tunisienne. Ensuite, campagne de Tunisie qui se termine en juin 1943. En avril 1944, départ pour la campagne d’Italie qui a été très dure. Le 11 juin, j’ai été blessé et hospitalisé à Naples jusqu’au début d’août. Retour au régiment et départ pour Tarente (sud de l’Italie) pour le débarquement de Provence à Cavalaire, le 16 août 1944. Ensuite, Hyères, Toulon, la Vallée du Rhône, Lyon, les Vosges. Début novembre 1944, 1ère permission de 6 jours (voyages compris) en G M C (camion américain) jusqu’en Bretagne. J’ai enfin retrouvé mes parents qui ne savaient pas où j’étais. A l’issue de cette permission, retour dans les Vosges, puis en Alsace (poche de Colmar) jusqu’en février 1945. Pour finir la guerre, nous descendons dans le midi, à la frontière des Alpes dans le massif de l’Authion où il y avait encore des allemands jusqu’au 8 mai date à laquelle les français et nous-mêmes étions enfin libres. J’ai eu la chance de revenir vivant ce qui n’a pas été le cas pour de nombreux camarades qui sont restés en cours de route.

Dans le scout car, nous étions cinq. Il y avait le chef second maître Sckikelé, deux mitrailleurs Keroullé et ? , le radio, et le chauffeur Matelot Pageau.

En Italie, à Montefiascone, le 11 juin 1944, nous avons reçu un obus antichar qui a démoli le scout car et j’ai été le seul blessé évacué à l’hôpital de campagne et ensuite à l’hôpital militaire de Naples.


Photo :
Je suis le 5ème en partant de le gauche, sur la première rangée, agenouillé derrière le chien.
Photo prise à Douala quand je me suis engagé le 1 juillet 1941



Cliquez pour agrandir

Charles PAGEAU le dimanche 10 mars 2013 - Demander un contact

Réponse :

Albert Keroulle 


Ma Photo

Au Liban, à Beyrouth en 1942



Cliquez pour agrandir

Charles PAGEAU le dimanche 10 mars 2013 - Demander un contact


Charles Pageau

Décret du 25 avril 2005 portant concession de la médaille militaire
NOR : DEFM0500486D

Par décret du Président de la République en date du 25 avril 2005, pris sur le rapport du Premier ministre et de la ministre de la défense et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d'honneur, vu la déclaration du conseil de l'ordre en date du 7 avril 2005 portant que les présentes concessions de la médaille militaire sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, les personnels militaires n'appartenant pas à l'armée active, désignés ci-après, sont décorés de la médaille militaire :

Pageau (Charles), 14 septembre 1924, quartier-maître de 2e classe. Cité.

Laurent le jeudi 26 novembre 2009 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 23 juillet 2016

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 13 10 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.59 s  7 requêtes