Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 61384
 

Jean Victor Pierre Michaux



Naissance : 6 juillet 1921 - Bucilly (02)

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre Leclerc - Afrique / artillerie

Grade atteint pendant la guerre : maréchal des logis chef

Décès : 1er février 2016 -

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 416691

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 36128

Contribuez à son livre ouvert !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 1 multiplié par 2 =  ?


Jean Victor Pierre Michaux - son Livre ouvert !
 

ville-bondues.fr 

Laurent Laloup le vendredi 22 septembre 2017 - Demander un contact


Jean Michaux nous a quitté

Jean s'est éteint.
Il est allé rejoindre la plupart de ses copains ce 1er février 2016.
Que leur mémoire survivent au travers de ces documents.

René Michaux le mardi 02 février 2016 - Demander un contact


"Jean Michaux, de Sainghin à Londres, en voiture jusqu’à de Gaulle"

Source : 

Marie Vandekerkhove (texte) et Stéphane Mortagne (photo)

"Le Sainghinois de 93 ans appartient à la promo du Nouvel an de la Légion d’honneur. Et c’est son fils qui va la lui remettre. L’occasion d’évoquer les faits d’arme de ce compagnon du Général qui a libéré Paris en Harley Davidson.

L’aventure de sa vie est née d’une bonne action. « La châtelaine de Sainghin, Madame Josson, 74 ans, m’a demandé de la conduire en voiture jusqu’à Dinard. Sa belle-fille et son petit-fils avaient trouvé refuge là-bas, son fils était mobilisé », se souvient le nonagénaire. Seul souci, de taille : le jeune homme de 18 ans n’a pas son permis. « J’ai demandé au cafetier du village de me donner les rudiments de la conduite. Madame Josson, sa dame de compagnie et moi sommes partis deux jours après, dans une voiture du château ».

L’aventure commence le 18 mai 1940, avec la bénédiction des parents de Jean. Papa est paysagiste du château. Maman refuse que ses deux fils subissent l’occupation allemande, comme en 1914. Sur les routes, c’est la cohue. L’évacuation. Le conducteur néophyte et ses deux passagères arrivent à bon port à Dinard. Et y demeurent. « Je suis allé chercher du travail à la mairie. On m’a orienté vers un vendeur de boissons qui cherchait un livreur ». Nouveau pied de nez du sort : Jean est embauché pour conduire le camion de la brasserie.

Un mois plus tard, de Gaulle lance son appel du 18 Juin depuis Londres. On l’entend à Dinard. « Mon patron m’a dit : j’aurais 10 ans de moins, j’irais. Alors il a sorti deux billets de son portefeuille et me les a donnés ». Jean veut traverser la Manche. « J’ai descendu l’avenue de la Mer et suis tombé sur des marins qui poussaient une voiture en panne. Le tableau de bord était identique à celle des Josson. J’ai réussi à la démarrer et suis parti avec eux ».

Direction Brest. Jean embarque sur un bateau vers Cardiff, en faisant semblant de porter des caisses. Il s’engage dans les Forces françaises libres. « J’étais affecté à Camberley, à 70 km de Londres. Pendant un an, c’est moi qui portais, à moto, les courriers à l’état-major. Souvent, je croisais de Gaulle et parfois, nous parlions du Nord… », se souvient le nonagénaire.

Jean part ensuite en Afrique, devient moniteur de conduite pour l’armée. Il revient en France avec le général Leclerc et la 2e DB et libère Paris en Harley Davidson. Avant de rentrer à Sainghin, en 1945, d’épouser la fille du cafetier qui l’avait initié au volant et de mener une carrière dans les transports, jusqu’au garage de la Voix du Nord pendant trente ans."

laurent le jeudi 10 décembre 2015 - Demander un contact


Confirmation d'identité

C'est bien moi. Engagé à Londres le 1/07/1940; affecté a l'artillerie (Cdt DE CONCHARD) delville-camp,-Camberley.
Le 28/08 /1941, départ pour l'Afrique. A POINTE-NOIRE, pour raison de santé, je suis muté à la B/C3 (Cpt CHAILLE) envoyé à BRAZZAVILLE, pour examens. Début janvier 42 je pars pour BANGUI rejoindre la C/A5 en formation. Nous acheminons, vivre et matériel vers le nord (Fort-Archambaut--Fort-Lamy Faya-largeau. Mi-novembre, départ définitif pour le TCHAD. Nous prenons en charge le G/N/T, (Cpt SARRAZAC) je participe avec cette Unité, aux campagnes du TCHAD-FEZZAN TRIPOLITAINE-TUNISIE. A la formation de la 2em D/B, je suis affecté a la 397em C/IE de circulation routière comme chef du 2em peloton motos (harley LILLE), ce fut ensuite le départ pour l'ANGLETERRE ; débarquement le 1/8/44 campagne de France La BELLE aventure se termine à Bertchesgaden le 8:5/45. (seule ombre, le séjour au VAL de GRACE et l'absence des COPAINS restés en route.)

restant à votre service --- Cordialement.
J.MICHAUX

Michaux Jean M/d L Chef michaux le samedi 09 août 2008 - Demander un contact

Réponse :

Maurice Sarazac 

Dernière mise à jour le vendredi 22 septembre 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 31 8 2020  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.76 s  8 requêtes