Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 54716
 

René Georges Marnot



Naissance : 13 novembre 1902 - Hanoi, Indochine

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Metropole

Engagement dans la France Libre : en juin 1941

Affectation principale : Résistance intérieure / CND Castille

Homologué FFC RIF et DIR

Grade atteint pendant la guerre : p2

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 395434

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 34345


Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 8 plus 8 =  ?


René Georges Marnot - son Livre d'or !
 

" Le samedi 5 avril 1941 à 16 h, une réunion discrète se tient à l'entrée de l'impasse Combier, chez l'architecte Alexandre Bourge, président des Poilus d'Orient ; elle regroupe Etienne Madelin, qui avait joué un rôle important dans les récentes évasions du Frontstalag, Franck Roy, directeur de la Garantie et président des Mutilés de Guerre, et René Marnot, journaliste à la Dépêche du Centre, déjà engagé dans un réseau de renseignement. Jean Decker a été invité, mais il ne peut pas venir, car il doit photographier un mariage. « Les assistants envisagent de réunir le plus possible de camarades sûrs, en vue d'une action éventuelle contre l'envahisseur » ( source unique, R. G. Marnot, p. 65 ).
Cette première ébauche d'un réseau ne va pas plus loin, car dès le lendemain, le commissaire Eprinchard convoque Marnot et lui dit qu'il sait tout sur la réunion de la veille. Un bavard a ébruité le projet, qui a aussitôt atteint les grandes oreilles de la police, heureusement en majorité sympathisante. Tout est mis en veilleuse."

Laurent Laloup le mercredi 13 septembre 2017 - Demander un contact


Fille de JEAN VOISIN ARRETE EN MARS 1944

ainsi que les epoux LETHEUIL METAYER LELIEVRE etc.J ai le livre ecrit par Mr Marnot dans lequel il est narré les épisodes de la resistance dans le Saumurois qui a payé cher aussi son opposition aux forces de l envahisseur;

VOISIN MPaule le dimanche 28 février 2016 - Demander un contact


cher monsieur,

mon père Jean André MARNOT né à EGREVILLE 77 le 19 Mars 1923, maintenant décédé, a été interné au camp de BLECHAMER en haute-silésie en 43-44, travail obligatoire dans un camp juif, puis il s'est évadé avant détre repris par les FFI....

Nous faisons peut-être partie de la même famille, vu notre patronyme....

Je vais me procurer votre livre afin de le lire,

Bien cordialement à vous

Michèle MARNOT - 59560 WARNETON

marnot michèle le dimanche 16 mars 2008 - Demander un contact


Rene Marnot ?

"René G. Marnot (préface de M Jacquemin).- Dix-huit mois au bagne de Buchenwald.- nouv. ed..- Beaucouzé : Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (Maine et Loire), 2003.- 91 p. - Ce livre a été publié par le quotidien "la Nouvelle République" en 1945.
René Marnot a rédigé son livre en juin 1945, un mois seulement après son retour de Buchenwald, d’où la force du témoignage. Il n’existait pas à cette époque de cellule psychologique pour prendre en charge le choc subi par les déportés survivants des camps de concentration. Homme de plume, il a traduit à chaud ses impressions, ses sentiments mais surtout sa révolte contre le nazisme, son fanatisme, sa sauvagerie.

René G. Marnot (préface du Colonel Rémy).- Ma Ville sous la botte.- Beaucouzé : Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (Maine et Loire), 2004.- 170 p.
"Il serait à souhaiter que chaque ville de la France occupée eût un historiographe comme René Marnot, écrit Rémy dans la préface de ce livre témoignage. (...) René Marnot est un authentique résistant : il a commencé par faciliter l’évasion des prisonniers de guerre français puis, dès que le "contact" est venu, il est entré au service d’une organisation clandestine, sans emphase et sans phrase. Il a durement payé le prix de son engagement volontaire." C’est dans "Dix-huit mois au bagne de Buchenwald" qu’il a témoigné de son expérience dans un camp de concentration ; ici c’est son témoignage de résistant à Saumur qu’il livre."

cddp49.crdp-nantes.fr 

L. Laloup le lundi 25 février 2008 - Demander un contact

Dernière mise à jour le mercredi 13 septembre 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 29 6 2018  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.42 s  7 requêtes