Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Ajout d'un Français libre
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 61006
 

Raymond Grosset



Naissance : 21 février 1911 - Paris

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Afrique

Engagement dans la France Libre : AEF en aout 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / QG

Dans la liste d'Henri Ecochard V40 : ligne 22803

Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 3 plus 8 =  ?


Raymond Grosset - son Livre d'or !
 

Raymond Grosset

"...Je vois mon ami Benand, correspondant de presse, ancien representant de l'Agence Havas au Caire. Je rends compte au Général de Larminat des événements depuis notre départ de la position, de la mort de Gufflet Où est-il Dans la voiture mon général. Ma voiture corbillard se vide. Le capitaine Dulau du train m'envoit des hommes pour descendre le corps du capitaine Gufflet. Nous sommes tous au garde à vous pendant qu'on l'extrait de l'auto-mitrailleuse et nous saluons une dernière fois la dépouille de notre chef que le hasard n'a pas épargné. Thoreau et le lieutenant Grosset m'assurent qu'on va lui donner une sépulture provisoire au capitaine. "

SOUVENIR D'UN VETERAN DE BIR HAKIM ET D'EL ALAMEIN par CLAUDE J. CORNUEL

www.cealex.org 

Laurent le jeudi 24 juin 2010 - Demander un contact

Réponse :

Claude Cornuel 
René Gufflet 
Jean-Pierre Dulau 
Andre Thoreau 


Raymond Grosset

Robert Doisneau et Raymond Grosset à l'agence Rapho© Elise Hardy / Rapho-Eyedea

www.mediapart.fr 

Laurent le lundi 14 juin 2010 - Demander un contact


Raymond Grosset

Raymond GrossetFor 50 years he ran a leading photo agency from his family home in the heart of Paris

Amanda Hopkinson

The Guardian, Thursday 20 April 2000 01.06 BST
Raymond Grosset, who has died aged 89, ran the last of the family photo agencies - Rapho - for over 50 years, working with, among others, Bill Brandt and Eugene Smith. Through the agency he combined his greatest loves - work, wife and children. Although he retired over a decade ago, the agency continued to be his home from home. Quite naturally so, since it occupied the entire third floor of the family house on the Rue d'Alger in Paris's first district. Rapho was derived from Charles Rado, a Hungarian Jew who pitched up in Paris in the late 1920s, and fell in with such photographic luminaries as Kertesz, Brassai and Ergy Landau, a young woman who Grosset happened to meet on holiday in 1930.
Fascinated, possibly by her and certainly by her brand new miniature Rolleiflex, as a keen amateur photographer, Grosset was also keen to meet Charles Rado. He followed the initial fortunes of the original Rado-Photo enterprise as he pursued his own training as a film technician. By 1939 he was running a laboratory in Finland for Paramount, meeting Greta Garbo, and watching anxiously as hostilities commenced

A year later, France fell to the Germans and Grosset was in London, among the first to join de Gaulle's Free French forces. Returning home after the war he found the optimistic "new vision" of his film years obsolete, and the prospect of joining his father's metal-manufacturing company even less attractive. Charles Rado had long since fled to New York, but Ergy Landau was still around, along with many of the others.

Several of that generation of reportage journalists had also participated in the Resistance: there was suddenly much in common with Willy Ronis, Edouard Boubat and, above all, with Robert Doisneau. Rado had established Rapho-Guillemette, and was eager for Grosset to buy out the Paris base.

Grosset did this by dint of his demob money, his family inheritance, and some murky sleuthing to recover the pre-war picture archive from a former collaborator. It was soon esconced, along with a secretary, in his sister's maison de couture in the heart of Paris. The next generation was also drawn to him, with a taste for romantisme a la francaise that burgeoned in Nouvelle Vague cinema as in editorial photography. Jean Dieuzaide, Sabine Weiss, Jean-Philippe Charbonnier and Janine Niepce joined, each epitomising a photography style that became synonymous with both "new humanism" - and a charm and grace that proved internationally recognisable.

The combination of quintessential Frenchness and foreign appeal was a winning one. Through Charles Rado, Doisneau and the others saw their work syndicated to Life and Time. Conversely, Grosset's Rapho-Paris began to expand to take in more overseas photographers, particularly North American ones. Grosset even assumed the European production of Time magazine.

Raymond Grosset's hallmark was mutual respect; he would never permit the sale of a picture the agency could not all be proud of. When photographer Sandford Roth followed James Dean on his fated last ride, he took a shot of the crash and the corpse - but it went only to the family.

He was also immensely hospitable: the atmosphere in the office crowded with folders and photos, "afternoon tea" and the fug of Disques Bleus, was that of a comfortable and welcoming club. Even children were admitted, including his grandchildren, with whom he recently champagne-celebrated his 89th birthday.

Grosset's collaborations with Eugene Smith in the States and Bill Brandt in London led to a series of books by contemporary photographers and to equally committed lifelong friendships. In one instance, friendship became marriage as Barbara Byrne, sent to Paris as an intern, became Grosset's young wife. He was devastated at her early death, in 1987.

Grosset was always for making selective changes and fresh advances. In the 1950s he raised the profile of the medium by instigating the Nadar and the Niepce prizes; in the 60s and 70s, he promoted "new colourists", expanding magazine photography through the colour initiatives of Georg Gerster, Hans Sylvester, Sabrina Michaud and others.

It was therefore appropriate that last week Paris Match should honour him as "the photographer's advocate, ferociously defending their work and perpetuating the humanist tradition".

Raymond Grosset is survived by two daughters and a son, two of whom continue to run the Rapho photo agency.

Raymond Grosset, photographic agent, born February 21 1911; died April 6 2000

www.guardian.co.uk 

Laurent le lundi 26 octobre 2009 - Demander un contact


Raymond Grosset

RAYMOND GROSSET
Le directeur de l'agence de presse Top-Rapho, Raymond Grosset, est né le 21 février 1911 à Paris. Très jeune il entre au service de la filiale française de la société américaine Paramount, où il apprend la technique du traitement cinématographique. À Montmartre, il se lie d'amitié avec plusieurs photographes immigrés des années 1930, notamment les Hongrois Brassaï, Nora Dumas, Ergy Landau et sa retoucheuse autrichienne Ylla.En 1937, Raymond Grosset quitte la France pour la Finlande, où la Paramount lui confie l'installation d'un laboratoire. Il y restera trois ans, jusqu'à sa mobilisation. En 1940, il rallie le général de Gaulle à Londres et s'engage dans la 1re Division des Français libres ; il participe aux combats de la région du Proche-Orient, d'Italie, et, le 15 août 1944, débarque avec les Américains à Cavalaire, dans le sud de la France.À la Libération, Raymond Grosset retrouve à Paris ses amis photographes, membres pour la plupart de l'agence Rapho, créée en 1933 par le Hongrois Charles Rado, désignée par la contraction de « Rado » et de « Photo ». Lui-même exilé juif, Rado a quitté la France occupée pour New York, où il installe un nouveau bureau pour Rapho.[...]

www.universalis.fr 



L'agence Rapho

Par : Alain Rio www.photophiles.com 

" L'histoire de la photographie n'intéressait guère les Français jusqu'à ce qu'une équipe de spécialistes dirigée par Michel Frizot se charge de composer une " nouvelle histoire de la photographie " de 800 pages publiée après 5 années de recherche en 1994. Jusqu'alors c´était presque une exclusivité Américaine. L'approche de la proposition française était quelque peu différente, mais cela ne fait qu'ajouter à la difficulté de donner une idée relativement complète de la matière. Par quels cotés l'aborder, qu'y inclure, qu'en exclure… Par exemple, le " courant humaniste français " y fut traité dans le cadre plus large du néo-libéralisme d'après-guerre. Aussi vous comprendrez, en guise d'excuses indélicates, que puisque je ne suis ni spécialiste de l'histoire ni même professionnel de la photographie, j'ai dû, parfois par méconnaissance et manque d'expérience, opérer des choix qui pourraient déplaire, paraître arbitraires ou omettre des mouvances ou acteurs qui ont marqué l'histoire de la photographie. Vos critiques et suggestions seront donc les bienvenues : elles seront une aide précieuse dont je vous remercie à l'avance.

Si la deuxième guerre mondiale a eu une forte implication dans l'approche et le développement de la photographie, un autre facteur, qui remonte à l'avant-guerre a été déterminant. A partir des années 20, la presse écrite sous forme de magazines illustrés (Look, Time, Réalités, Vu…) a pris un essor faramineux. Il fallait en effet répondre à l'attente d'un public qui, en plus des textes de présentation et d'analyse, exigeait des représentations plus parlantes. La photographie par son instantanéité, son réalisme, présentait tous les avantages pour illustrer les nouvelles du monde.

Face à cette soif d'images, des agences de photographie ont commencé à éclore puis à fleurir. Des plus fameuses, outre l'agence Magnum (cf. chronique précédente), l'agence Rapho est née en 1946 sous l'impulsion de Raymond Grosset. Cette agence, encore en vie aujourd'hui, réactiva en fait la première agence créée en France en 1936 par l'émigré juif Charles Rado et dont le nom (Rado Photograhie) est intégré dans le nom actuel. Raymond Grosset s'entoura de jeunes photographes qui travaillaient déjà pour des magazines (Robert Doisneau, Edouard Boubat, la suisse Sabine Weiss et Willy Ronis). D'autres noms illustres viendront s'associer à cette entreprise à caractère familial : Jean-Philippe Charbonnier, globe-trotter impénitent, mais qui aura aussi couvert les " scènes de vie française " sans avoir eu de son vivant la reconnaissance qu'il méritait ; l'emblématique Jean Dieuzaide qui n'a eu de cesse de promouvoir de manière partisane la photographie jusqu'à faire de sa ville de Toulouse une véritable forteresse de la photographie du 20° siècle (il a imposé à la ville la création de la galerie municipale du château d'eau qui est aujourd'hui un centre d'exposition de tout premier ordre) ; Jeanine Niepce rentrée dans l'agence en 1965 qui sera la seule photographe à avoir suivi l'évolution des femmes et leur histoire sur près d'un demi siècle ; et bien d'autres personnes talentueuses qu'il faudrait citer car elles ont donné à l'actualité, un visage particulier.

La personnalité de Raymond Grosset, mélange d'humanisme, d'élégance et de culture, ne pouvait qu'attirer à lui des personnalités qui ensemble, allaient développer cette tonalité du " romantisme à la française " qui les démarquera sensiblement de leurs homologues anglo-saxons. Vision plus émotive, plus optimiste peut-être, où les personnes anodines du quotidien de nos quartiers, de nos villes, de nos campagnes, se verront réserver une place de choix. Doisneau, sa poésie, son regard nostalgique, tendre et savoureux, Edouard Boubat " poète du quotidien et du merveilleux ", Sabine Weiss, " photographe de lumière et de tendresse, Willy Ronis au " populisme proche de son ami Doisneau…" pourront d'autant plus s'affirmer que les époux Grosset auront toujours été extrêmement attentifs à la défense des photographes et à la protection du droit d'auteur.

A la mort de Raymond Grosset le 6 avril 2000, la question de la survie de l'agence face aux regroupements et rachats des agences photographiques par des opérateurs internationaux enrichis par leurs activités informatiques (Corbis, Getty, Hachette Multimédias) était clairement posée. Le fondateur avait dû s'attacher les services des coloristes dans les années 70, pour traverser une crise. Ses enfants allaient-ils savoir relever le défi ? Je m'arrête là, car cette question ne concerne plus l'histoire mais l'actualité !

Sources :
-" Le monde des livres. Photographie : le déclic français " de Michel Guerrin paru dans " le monde du 21/10/94.
-" Jean Dieuzaide, pionnier de l'art de la photo " de Michel Guerrin, paru dans " le monde " du 20/09/03. -" L'anniversaire du Château d'eau à Toulouse. L'œcuménisme de Jean Dieuzaide " de Patrick Roegiers paru dans " Le monde " du 3/04/88
-" Jean Dieuzaide, 1935-2003 " de Bruno Chalifour, paru dans " afterimage " de Jan.fév 2004. -" Objectifs humanistes Avec Robert Doisneau pour chef de file cette école a dominé la photo française des années 30 à 60 " de Michel Guerrin, paru dans " Le Monde " du 14/11/92. -" Edouard Boubat, poète du quotidien et du merveilleux " de Michel Guerrin, paru dans " le Monde " du 02/07/99.
-" Raymond Grosset " de Christian Caujolle paru dans " Le Monde " du 11/04/00. -" Jean-Philippe Charbonnier - un œil libre " de Michel Guerrin paru dans " Le monde " du 01/06/04. -" Mort du photographe Jean-Philippe Charbonnier " paru dans l'édition du " Nouvel Observateur " du 30 mai 2004.

Sur le Web :
-www.transphotographiques.com/index.php3
-www.diplomatie.gouv.fr/label_france/ : Lire l'article en espagnol intitulé : " Instantánea de las agencias fotográficas "
-www.rapho.com

Chronique par Alain RIO Blog :  "

Laurent le lundi 26 octobre 2009 - Demander un contact

Dernière mise à jour le samedi 16 juillet 2011

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 3 4 2020  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.74 s  7 requêtes