Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Recherche avancée
Contact
 
 

Un Français Libre parmi 50755
 

Louis Gaston Urbain Ganivet



Naissance : 15 mai 1917 - Saint-Germain (07)

Activité antérieure : militaire

Point de départ vers la France Libre : Moyen Orient

Engagement dans la France Libre : Palestine en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / BIMP

Grade atteint pendant la guerre : adjudant

Décès : 29 décembre 2005 -

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 241799

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 9 multiplié par 5 =  ?


Louis Gaston Urbain Ganivet - son Livre d'or !
 

L'Odyssée d'un gaulliste par François Rivet

"Bien que toujours « puni », je participe à l'installation et aux rangements dans les tentes qui sont affectées à ma Compagnie ; les sous-officiers d'encadrement, sergents-chefs Sabot et Passion, sergents Ganivet et Séchaux sont de bons gars : ils ne se croient pas obligés de me considérer comme un paria ; ils connaissent pourtant mes mésaventures - qui ne les connait pas, dans les unités qui ont stationné en Egyp­te ? - mais ils ne paraissent pas en faire un objet d'opprobre et me considérer comme un personnage dangereux ; ils me traitent plutôt comme un ancien collègue malchanceux."

L. Laloup le jeudi 08 mai 2008


Engagé en 1935 au 24ème RIC (Régiment d’Infanterie Coloniale), Louis Ganivet est sergent en 1940. Le régiment est stationné au Liban par crainte d’éventuelles attaques italiennes sur Chypre et le Levant. Le sergent Ganivet fait partie de la 3ème compagnie commandée par le capitaine Folliot.
La compagnie est affectée à la défense du port de Lattaquié, lorsque survient la capitulation. Le capitaine Folliot, un ancien de 14, ne résigne pas à cesser le combat et décide de rejoindre les troupes britanniques en Egypte. Le 27 juin de retour du PC de Tripoli, le capitaine Folliot réunit ses hommes et leur annonce sa décision de continuer le combat. 80 marsouins, dont Louis Ganivet, décident de le suivre sur les 120 que compte la compagnie.
Hélas, se pose le problème du transport car la compagnie ne possède qu’un seul camion !
Qu’à cela ne tienne, de faux ordres de missions, de faux bons de transport, de faux bons d’essence et de faux laissez-passer sont rédigés. Tout est faux sauf la résolution à rejoindre les britanniques !
Nantie de camions et d’essence, la compagnie se met en route, sabotant les lignes téléphoniques sur son passage pour éviter d’être interceptée. Elle quitte le Liban et traverse la Palestine. En route, d’autres éléments viennent les rejoindre, des légionnaires du 6e REI, des soldats isolés et l’escadron de Spahis Marocains du capitaine Jourdier. Arrivés à Haïfa, ils sont transportés en train à Ismaïlia où la colonie française les accueille chaleureusement. Le commandant Lorotte les rejoint avec son détachement, et décide de créer, avec l’ensemble des troupes de marine, le 1er Bataillon d’Infanterie de Marine.
La compagnie Folliot devient la 1ère Compagnie du BIM, les actes d’engagement sont signés auprès des autorités britanniques. Le BIM reçoit ses drapeaux, français et britannique. Dès septembre le BIM sera engagé dans les combats contre les italiens. Mi-septembre 1940, Louis Ganivet participe aux combats de Buq - Buq sur la frontière Egypto-Lybienne,. En octobre, lors d’une mission de reconnaissance dans le secteur de Sidi-Barani, le véhicule qui transporte Louis Ganivet et ses hommes se renverse, Louis Ganivet est grièvement blessé.

Transporté à l’hôpital de Marsa-Matrouh, il y est amputé de la jambe gauche. Ensuite ce sera l’hôpital anglais de Jérusalem, puis la convalescence à la maison d’accueil des FFL d’Alexandrie. Louis Ganivet restera en service à la poste militaire du Quartier Général de Beyrouth jusqu'à la fin de la guerre.


Louis Ganivet, né le 15 mai 1917, est décédé le 29 décembre 2005. Il était titulaire de nombreuses décorations, dont la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme décernée pour son courage lors des opérations contre les forces italiennes.
Louis Ganivet avait gardé l’esprit France Libre et a toujours œuvré dans ce sens. C’est ainsi que son fils Jean-Louis lui succède dans notre association et à la Fondation de la France Libre.

Alain Le Floch
pour le bulletin des Français Libres de Drôme/Ardèche

Alain Le Floch le vendredi 11 janvier 2008

Dernière mise à jour le jeudi 08 mai 2008

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 17 7 2017  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  4 requêtes