Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste
Recherche même nom
Recherche déces même jour
Recherche avancée
Contact
Ajout d'un Français libre
 
 

Un Français Libre parmi 51488
 

Roger Charles Emile Chevrier



Naissance : 23 juillet 1909 - Paris 5e

Activité antérieure : liberal / cadre

Point de départ vers la France Libre : Métropole

Passage en Espagne : janvier 1941

Engagement dans la France Libre : Londres en avril 1941

Affectation principale : Administration / affectation spéciale

Grade atteint pendant la guerre : civil

Décès : 18 décembre 1954 - Paris 5e

Dossier administratif de résistant : GR 16 P 128036

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 7 multiplié par 4 =  ?


Roger Charles Emile Chevrier - son Livre d'or !
 

Son dossier pour la Légion d'Honneur 

Jacques Ghémard le mardi 21 mars 2017


Signed postcard and pamphlet

Just came across this pamphlet and signed postcard



Cliquez pour agrandir

Tim Essex le mardi 21 mars 2017


Mon oncle Roger

Le « Livre d’or de la France combattante et résistante » est un grand album rouge édité en 1950 par les Editions Gloire, 65 Rue d’Amsterdam, Paris. L’exemplaire n° 236 porte en première page la mention suivante :

« CET EXEMPLAIRE A ETE IMPRIME pour Monsieur :

CHEVRIER Roger. Commandant F.F.L. Entre dans la Résistance en 1940 ; est obligé de quitter la France, étant recherché très activement par la Gestapo. S’engage aux F.F.L. à Londres le 15 avril 1941 ; est blessé grièvement le 10 mai 1941 à Londres, lors d’un terrible bombardement. Est détaché à la B.B.C. (Les Français parlent aux Français) jusqu’en juillet 1943. Fait partie du B.C.R.A. Est parachuté ; occupe sous les ordres de M. Parodi la fonction de Secrétaire de la Délégation Générale du Gouvernement provisoire jusqu’à la Libération. Chevalier de la Légion d’Honneur, Titulaire de la Croix de Guerre 39-45, Cité à l’Ordre de l’Armée, Médaille de la Résistance avec rosette, Médaille des évadés.

Roger Chevrier est né à Paris (5ème) de parents catholiques d'origine bourguignonne. Son père était gérant de la régie des tabacs après avoir été éditeur d'art. Roger a fait ses études au Lycée Henri IV puis à la Sorbonne à la Faculté des Lettres. Il était passionné de Littérature et d'Histoire.

Roger et mes parents, tous trois engagés volontaires des Forces Françaises Libres, sont arrivés à Londres, Roger en avril, mes parents en mai 1941. Mon père, le Dr Léon Coriat, est devenu le médecin-chef de l'Etat-major du Général Koenig. Ma mère travaillait au B.C.R.A à Londres. Je suis née en route!

C'est au mois de juillet 1943 que Roger quitte la B.B.C., ayant reçu de la France Libre la mission de participer à l’organisation des services crées par le Conseil National de la Résistance de Jean Moulin. Celui-ci, travaillant à la coordination des réseaux de Résistance dans la zône sud, venait d’être arrêté. Brossolette avait réussi la mission parallèle dans la zône nord, permettant de réaliser la coordination générale des mouvements de Résistance sur l’ensemble du territoire en même temps que l’organisation du départ vers la France Libre du plus grand nombre possible de personnalités politiques et syndicales, selon le plan de liaison directe entre la zône occupée et Londres, plan établi par Christian Pineau et Alexandre Parodi; revenu à Londres, devenu pendant quelques semaines le porte-parole de la France Libre ; ayant reçu du Général De Gaulle la mission de préparer la succession de Jean Moulin à la présidence du Comité National de la Résistance ; reparti en France au mois de septembre, Pierre Brossolette était arrêté au début de février et mourait le 22 mars 1944.

Roger, élevé au grade de commandant, nommé secrétaire de la Délégation générale, adjoint de Parodi et envoyé en France, porteur de directives de Londres et de sommes d’argent importantes auprès des différents maquis, prenait donc là une succession illustre et dangereuse. Quelques mois auparavant, Josette (sa soeur, ma mère, avec qui il vivait à Londres) se plaignait dans une lettre de ce qu’appliquant plus que jamais « ses méthodes d’isolement », il ne lui permît pas de voir ses amis à lui et qu’il évitât les siens. « Il n’est gentil dit-elle, qu’avec Françoise. Mais il a un caractère odieux… » En réalité, il préparait déjà en secret sa mission. Il ne se confiait jamais, pas plus à sa sœur qu’à ses meilleurs amis. Jean Marin raconte : « …Roger Chevrier, notre historien, nous dit, un jour de 1943, que l’asthme le fatiguait de plus en plus sous le climat britannique et qu’il avait décidé d’accepter la proposition de Pierre Bloch, nommé secrétaire général à l’Intérieur, de venir travailler avec lui à Alger. Il nous quitta rapidement. Notre ami n’était pas parti pour l’Afrique du Nord mais pour une base d’Ecosse où il s’entraînait au parachutage nocturne… » (Son héroïsme était d'autant plus grand qu'il était atteint de tuberculose, mal dont il est mort en 1954, à l'âge de 45 ans!)

Une lettre émouvante,(d'un certain Léon Fail) que nous avons reçue plusieurs années plus tard, à la mort de Roger, fait un peu de lumière sur cette époque de sa vie : « …Je connaissais son existence avant de l’avoir vu. Il était mon chef et c’est lui qui disposait du modeste agent de liaison que j’étais. C’est dans la cour de la Place Bauveau que je l’ai vu pour la première fois, nu-tête, modeste, gai, fraternel. Son épopée, je l’ai apprise par bribes, de sa bouche et je restai muet devant tant de simple héroïsme…Il me racontait son apprentissage de parachutiste : ‘-Chaque fois, disait-il, j’avais une peur atroce du vide qui s’ouvrait devant moi. Quand j’entendais le Go ! de l’instructeur anglais, ma peur cessait devant tous les soldats étrangers qui peut-être guettaient mes réactions. Et alors, je sautais.’ –Et vos poumons ? lui demandai-je. -‘Ca se passait à merveille’. Oui, à merveille, mais les multiples efforts que faisait Deman (c'était son nom de guerre) n’ont-ils pas aggravé son état ?…Je lui enviais son équilibre et sa modération. En toute occasion, il savait laisser gouverner la raison et agir le temps. En cela il était cartésien… » Pourtant Roger était impétueux, un être de passion comme sa sœur, et s’emportait souvent, tant dans sa vie intime que dans sa vie publique. Il se fit, par certains mots cinglants et défis inconsidérés, des ennemis mortels. Mais il savait, dans le cadre de ses responsabilités, garder la tête froide, non moins que les Anglais leur self control.

Les gens modestes, solitaires et secrets ne rendent pas la tâche aisée à leurs biographes ! Roger racontait de ses aventures les anecdotes qui lui semblaient devoir amuser ses interlocuteurs mais comme il n’était jamais question pour lui de se vanter ou même de s’étendre si peu que ce soit sur ses faits de guerre, il m’est difficile aujourd’hui de reconstituer ce qu’a pu être sa vie pendant toute la période qu’il a passée dans la clandestinité. Il a dû être parachuté deux ou trois fois. Il s’écoule en effet une période de huit mois entre le moment où il quitte la B.B.C. et celui où on le retrouve secrétaire de la Délégation générale à Paris. Or, son entraînement n’a pas duré plus d’un mois. Les récits de ses aventures telles que les rapportent, d’une part Jean Marin, son meilleur ami et d’autre part son propre père, semblent faire état de deux atterrissages dans des circonstances très différentes.

Les avions qui faisaient la liaison entre la France Libre de Londres et les réseaux de Résistance étaient en général des « Lysander, légers et maniables qui pouvaient se poser sur un champ court à condition qu’il n’y eût ni trou ni fossé mais qui ne pouvaient transporter, en sus de leur pilote, que deux personnes et quelques sacs de courrier. L’équipe de réception faisait des signaux à l’aide de torches électriques qui limitaient l’aire d’atterrissage. Les lumières devaient être assez faibles pour ne pas alerter les Allemands. Il fallait donc un certain éclairage naturel, c’est pourquoi les opérations se faisaient en périodes de pleine lune » raconte Gilberte Brossolette. Je recueille quelques détails supplémentaires sous la plume du Commandant Chambert: «… Les parachutages d’armes et de matériel…annoncés par un message personnel de la B.B.C (du style :‘Joséphine a perdu ses petits souliers’ ou : ‘le gros adore le homard grillé’ ) étaient reçus sur des terrains secrets dont le balisage sommaire se faisait à l’aide de lampes de poche et selon des consignes minutieuses…A l’heure dite, l’avion arrivait, lâchait les « containers » de très bas (200 à 300 mètres) et il ne restait qu’à transporter ceux-ci en lieu sûr… »

Mais il se produisait parfois des confusions.

Jean Marin raconte qu’à l’une des expéditions de Roger, les armes tombèrent là où on attendait Roger et lui « se retrouva seul en pleine campagne au soleil levant. Avisant au loin une belle demeure, il enterra son parachute et partit vers elle, décidé à jouer le tout pour le tout. Sur le perron, il pria le domestique de le conduire aussitôt auprès des maîtres de céans. Bientôt, la maîtresse de maison l’ayant rejoint dans la petite pièce où on l’avait fait attendre, Chevrier lui dit toute la vérité et lui demanda si elle pouvait l’aider à remonter vers Paris par le train. Sans répondre, la dame partit en courant et disparut vers le haut de la demeure d’où venaient des voix juvéniles. Un bon moment plus tard, notre ami, plus inquiet de minute en minute, vit revenir la châtelaine et l’entendit dire en le désignant, aux nombreux garçons et filles qui l’entouraient : ‘Mes enfants, voici notre premier parachutiste !’ Le lendemain, de bonne heure, il débarquait à la gare de Lyon comme il était prévu. Il allait franchir le tourniquet quand un officier de SS s’approcha vivement du contrôleur et, désignant Chevrier, dit : ‘ Celui-là, laissez-le moi’ Et il l’entraîna dans un bureau voisin. La porte refermée, l’officier de SS dit à Roger Chevrier : ‘ Maintenant, tu vas sortir par là ; les camarades t’attendent ; bonne route !’ C’était un Alsacien, volontaire de la France Libre, engagé dans les SS et qui assurait de son mieux le passage des clandestins des réseaux de la France Libre… »

A la Libération, mes grands-parents sont à Paris. Sur un petit carnet relié de noir, trente feuillets couverts, recto et verso, d’une écriture minuscule, mon grand-père note minutieusement, jour par jour, la chronique de ce qu’il appelle « la Délivrance de Paris ». Le jeudi 31 août 1944, il écrit : « …Il(Roger) nous est tout à coup apparu, accompagné d’un camarade. Il prit toutefois la précaution de nous envoyer en ambassadeur notre excellente concierge pour amortir le choc qu’aurait pu nous causer sa présence inopinée. Notre émotion n’en fut pas moins profonde : il y avait quatre ans et demi que nous ne l’avions pas vu. Nous ne savions pas exactement où il était et ne le pensions pas à Paris…

« …Il nous raconte être venu d’Angleterre il y a cinq mois par avion et parachuté. Le point d’atterrissage était le voisinage d’un petit trou perdu de la Champagne pouilleuse. La descente se fit de nuit, bien entendu. Derrière lui, l’avion jeta au sol vingt-quatre caisses remplies d’armes. Des paysans étaient là qui attendaient et qui, dès que tout fut à terre, se mirent avec entrain à enfouir les caisses dans un bois. Puis ils emmenèrent Roger au village où, avec force précautions, ils l’introduisirent chez une vieille paysanne laquelle, à son tour, le fit entrer dans une pièce où se trouvait…Mr le Curé ! Accueil émouvant du brave abbé qui l’embrasse avec effusion, lui fait faire un bon repas réconfortant et le fait coucher.

« Le lendemain, la voiture d’un charcutier vient chercher un cochon qu’on avait tué. En réalité, le cochon était Roger que, pour donner le change, l’on enfouit sous des linges maculés de sang ! Et le voilà parti, à quelques kilomètres ou lieues de là à destination d’un magnifique château qui offre cette particularité d’avoir un abri secret ayant servi, pendant la Révolution, à cacher des émigrés ! Il couche à proximité de l’abri de façon à pouvoir s’y réfugier au premier signal. Des provisions de bouche l’y attendent pour une dizaine de jours.

« Ce n’est plus dans une voiture de charcutier qu’il quitte le château mais dans celle d’un charbonnier. Il sera enfin amené à prendre une troisième voiture.

« Cependant, les Allemands qui occupent la région et qui, l’avant-veille, ont entendu l’avion anglais, ont compris qu’il a dû débarquer quelqu’un et font des rondes et des patrouilles un peu partout. A un moment donné, Roger voit de loin sur la route trois barrages de gendarmes français. Nul doute qu’ils sont là pour l’arrêter ! Or, non seulement ils le laissent passer mais ils se mettent au garde-à-vous et le saluent militairement. Ils étaient de mèche !

« Enfin il arrive en ville où il prend le train pour Paris. Il va passer cinq mois dans nos murs, sous différents noms, changeant constamment de domicile, risquant plusieurs fois d’être pris. Ces jours-ci, il se battra et aura le plaisir de faire des prisonniers. Au cours de ces cinq mois, il eut plusieurs fois l’occasion de passer sous nos fenêtres. Quelle tentation de monter nous surprendre et nous embrasser ! Mais il dut s’abstenir, ce qui fut pour lui une des plus cruelles épreuves qu’il eut à subir… »

Dans le cadre de ses activités, Roger, chargé de veiller à la distribution d’argent et d’armements aux divers maquis, se déplaçait dans le pays tout entier. Il arriva une autre fois –c’était mon anecdote préférée lorsque j’étais enfant- que, n’ayant pas trouvé au rendez-vous ceux qu’il était censé rencontrer, il se retrouva seul en pleine campagne. De deux choses l’une : ou on avait essayé de l’attirer dans un piège ou les hommes du maquis avec lesquels il avait rendez-vous venaient eux-mêmes d’être pris. Il s’agissait donc pour lui, détenteur de papiers compromettants et d’une grosse somme d’argent, de se cacher le mieux possible et de s’éloigner au plus vite. Tout autre que lui se fût perdu. Pas lui : en plus d’une remarquable connaissance du pays, il avait « le sens de l’orientation » et pouvait renifler la direction du nord, infailliblement, comme un animal. Il se mit donc en marche, prudemment, se cachant de jour et marchant de nuit. Au bout de trente-six heures, affamé, il arriva à proximité d’un couvent. Il sonna et demanda à la sœur tourière de lui permettre de parler à la mère supérieure. Celle-ci, en le voyant, s’exclama : « D’où venez-vous, mon fils ? » Il répondit du tac au tac : « Je viens du ciel, ma mère ! » Comme les Dominicaines de Malétroit en Bretagne qui, malgré la rigueur de leur règle monastique, selon laquelle nul ne doit franchir les portes de leur demeure, donnaient asile à des résistants et cachaient jusque dans leur retraite inviolable de nombreux parachutistes alliés recherchés par la Feldgendarmerie , ces religieuses le nourrirent, le soignèrent comme un coq en pâte et organisèrent son retour à Paris dans une charrette remplie de foin.

Je me souviens d’un jour dans les années 50, où Roger, toujours malade, nous raconta au déjeuner avoir fait de l’ordre toute la matinée dans ses papiers. Il en avait jeté ou brûlé une bonne quantité. Sans doute, bien que trop pudique pour en parler, se préparait-il à mourir. Mais il y avait un paquet de lettres qu’il n’avait pas eu, avoua-t-il, le courage de détruire et dont il décida apparemment de confier le dossier à la postérité (moi en l’occurrence, plus de cinquante ans plus tard !) comme on jette une bouteille à la mer. Tapées à la machine sur papier-pelure ultra-fin, presque transparent, il s’agit de la correspondance entre la Délégation générale dont il était un des trésoriers, les maquis auxquels il était chargé de distribuer l’argent et qui réclamaient à cors et à cris les fonds qui leur avaient été promis ainsi que les agents de liaison, plus ou moins adroits, plus ou moins efficaces, plus ou moins honnêtes, ceux qu’il fallait encourager, ceux dont on devait se défier, ceux enfin qui, ayant révélé l’adresse clandestine, avait provoqué de désastreuses descentes de police: il y avait des complices dans la police française de sorte que l’on put en quelques occasions, récupérer des papiers et même des fonds mais il n’y en avait pas dans la Gestapo et certains copains le payèrent de leur vie. Alors que son ordre de mission officiel est daté du mois d’avril, nombre de ces lettres, annotées en marge au crayon bleu, apparemment par lui d’après l’écriture, datent des mois précédents, la plus ancienne du mois de janvier. Les pseudonymes employés ne me donnent que fort peu d’indications : certains sont géométriques : Hypothénuse, Triangle, Cercle, Polygone, Carré (les deux derniers appartenant à l’extraordinaire réseau des PTT) ; d’autres littéraires, principalement puisés chez Molière: Arnulfe, Oronte (Roland Pré, un des collaborateurs de Parodi) Géronte (si c’est Roger qui a choisi ces pseudonymes, je le reconnais bien là !); d’autres enfin me sont connus par les Editions de Minuit –comme François-la-Colère, qui recouvre le nom d’Aragon. Certains chefs de maquis semblent dédaigner de prendre un faux nom, comme La Tour du Pin, que je ne connaissais jusqu’à ce jour que comme poète et dont je trouve avec amusement une lettre indignée par les lenteurs administratives de la Délégation .

Un détail affectait particulièrement la petite fille impressionnable et romanesque que j’étais : les chargés de mission dans la France occupée étaient munis d’une pilule de cyanure à l’effet foudroyant afin de ne pas avoir à subir la torture s’ils étaient pris et ne pas risquer de révéler leurs secrets. Brossolette avait dissimulé la sienne dans le chaton d’une chevalière. Ayant dû se dessaisir de celle-ci à l’entrée de la prison, il s’était trouvé démuni. Roger avait trouvé le moyen d’introduire la sienne, dont le revêtement était parfaitement imperméable, dans une dent creuse afin de l’avoir toujours à sa portée et pouvoir l’utiliser dans l’instant. J’adorais qu’il me racontât ses aventures. Cet homme que j’ai connu gros et malade, prématurément vieilli, déprimé, bougon, avait pour moi seule toutes les patiences, retrouvait son rire, ses saillies pleines d’humour, son intérêt pour les livres d’aventures de son enfance qu’il était impatient de me voir lire, curieux de mes réactions. Je le regardais comme on regarde un héros. Il m’expliquait le plus sérieusement du monde comment brûler un papier de manière à ce qu’il s’enflamme d’un seul coup et soit irrécupérable pour l’ennemi, comment confier le plus possible de détails à sa mémoire plutôt que d’avoir à rouler en boulettes et avaler des papiers compromettants, comment développer la mémoire de manière à n’avoir à lire une page qu’une fois ou deux pour la fixer indélébilement dans l’esprit, comment reconnaître le Nord et retrouver sa direction dans une forêt. Il m’offrit pour l’anniversaire de mes neuf ans un grand atlas historique (le Vidal-Lablache) dont on pouvait compléter les pages au fur et à mesure des changements politiques et des nouvelles frontières dans le monde (ce que, ô honte, je ne me souciai jamais de faire mais que j’aurais sûrement fait s’il avait vécu) tant il avait envie de me voir partager son goût pour l’histoire et la géographie. Il s’intéressait à mes progrès en latin, en grec et en français et m’aidait à apprendre par cœur les poèmes de Ronsard, de Du Bellay, de Marot, de Villon. Il voulait me voir lire « La chanson de Roland » dans le texte; il eût bien voulu me montrer les églises romanes de Bourgogne et m’initier aux grands textes de Focillon , mais ne vécut pas assez longtemps et je restai d’autant plus désemparée que, n’ayant pas naturellement la ferme discipline studieuse de mon grand-père, je n’accédai à tout ce domaine qui était le sien, qui m’apparaissait de loin comme une sorte de pays de Cocagne de la culture , que beaucoup plus tard, beaucoup trop tard.

En 1984, son ami Gus (Gustave Erlich) dessinateur, humoriste, grand ami de mon oncle Roger et de mes parents, est venu à Jérusalem pour me rencontrer et m'a confié un texte écrit par lui lors de la Libération de Paris, où il se trouvait aux côtés de Roger. Ce texte, cité in extenso dans le livre de Pierre Bourget "Paris, année 44,occupation, libération, épuration" ed. Plon 1984, raconte jour pour jour, presque heure par heure, l'occupation du Ministère de l'Intérieur et leurs randonnées périlleuses à travers Paris encore partiellement occupé, pour faire imprimer et distribuer affiches et tracts gaullistes.

Je suis à votre disposition pour tous détails supplémentaires.

Françoise Coriat le dimanche 20 février 2011


Roger Chevrier , sauvé par un agent double ...Incroyable ?

PETIT BOIS POUR UN GRAND FEU, MEMOIRES ,de JEAN MARIN :

"Roger Chevrier, notre historien, nous dit, un jour de 1943, que l'asthme le fatiguait de plus en plus sous le climat britanni­que et qu'il avait décidé d'accepter la proposition de Pierre Bloch, nommé secrétaire général à l'Intérieur, de venir travail­ler avec lui à Alger. Il nous quitta rapidement. Notre ami n'était pas parti pour l'Afrique du Nord, mais pour une base d'Ecosse où il s'entraînait au parachutage nocturne. Il avait reçu de la France Libre la mission de participer à l'organisation des services créés par le Conseil national de la Résistance de Jean Moulin. Parachuté au-dessus du Dauphiné, il manqua son comité d'accueil et se retrouva tout seul, en pleine campa­gne, au soleil levant. Avisant au loin une belle demeure, il enterra son parachute et partit vers elle, décidé à jouer le tout pour le tout. Sur le perron, il pria le domestique de le conduire aussitôt auprès des maîtres de céans. Bientôt, la maîtresse de maison l'ayant rejoint dans la petite pièce où on l'avait fait attendre, Chevrier lui dit toute la vérité et lui demanda si elle pouvait l'aider à remonter vers Paris par le train. Sans répondre, la dame partit en courant et disparut vers le haut de la demeure d'où venaient des voix juvéniles. Un bon moment plus tard, notre ami, plus inquiet de minute en minute, vit revenir la châtelaine et l'entendit dire, en le désignant sa nombreux garçons et filles qui l'entouraient : « Mes enfants,. notre premier parachutiste ! » Le lendemain, de bonne heure. il débarquait à la gare de Lyon, comme il était prévu. Il allait franchir le tourniquet quand un officier de SS s'approcha vivement du contrôleur et, désignant Chevrier, dit : « Celui-là laissez-le-moi. » Et il l'entraîna dans un bureau voisin. La porte refermée, l'officier de la SS dit à Roger Chevrier : « Maintenant tu vas sortir par là ; les camarades t'attendent. Bonne route !' C'était un Alsacien, volontaire de la France Libre, engagé dans les SS et qui assurait de son mieux le passage des clandestins des réseaux de la France Libre."

Laurent Laloup le dimanche 15 mars 2009


"Les Hommes Partis De Rien" de René Cassin

" A la sortie de la cathédrale nous fûmes accueillis par notre musique militaire. Celle-ci joua les airs les plus entraî­nants et la foule vit avec surprise nos marins et nos soldats défiler avec une remarquable célérité, sur la chaussée à peine déblayée. Parler de succès serait modeste. Cette journée-là fut un triomphe pour nos soldats. Tout éprouvé qu'il fût, le peuple anglais vibra avec les Français et comprit que nous étions liés à lui « à la vie, à la mort ».
Entre-temps les officiels se retrouvèrent dans la salle du déjeuner à la française. On fit bonne chère avec peu de vivres. Ma femme arriva sur son trente-et-un et me raconta sa matinée. Peu après mon départ de la maison, quelqu'un frappa à la porte avec insistance. Dès qu'elle eût ouvert, un homme en uniforme français, porteur d'une valise et la tête bandée, pénétra aussitôt. Il s'affala par terre et s'évanouit. Ma femme reconnut, malgré le noir de fumée qui le défigurait, le malheureux Roger Chevrier, notre voisin de Paris, qui avait, dès l'automne 1940, rallié Gibraltar puis Londres avec sa sœur, Mme Coriat, son beau-frère médecin et leur bébé. Engagé dans nos forces, il avait de temps en temps donné signe de vie. Et voilà que blessé, chassé de son dépôt à demi écroulé, il avait dans sa détresse pensé à notre maison amie. Il fut pansé, réconforté, installé sur un lit de camp, enveloppé de couvertures et il s'endormit... pendant quarante heures consécutives, coupées seulement de brefs réveils pour absorber du bouillon.
Chevrier ne devait pas mourir ce jour-là. La destinée lui réservait de rentrer en France sous un faux nom, celui de Doman, de devenir à Paris l'assistant direct de Parodi, résistant de l'intérieur, délégué général de De Gaulle et de participer aux journées les plus mouvementées de la Libé­ration. Ayant consacré à la France toutes ses forces, limitées par la maladie qui le minait, mon ami Doman mourut bien­tôt d'épuisement."

Laurent Laloup le jeudi 19 février 2009


Extrait de "Jean Oberlé vous parle..."

" Le caporal Roger Chevrier, qui nous vint aussi des Forces Françaises Libres, était passé par l'Afri­que du Nord pour arriver jusqu'à Londres. Il y arriva juste à temps pour recevoir sur la tête le pla­fond de la caserne des Forces Françaises Libres, qu'une bombe frappa au printemps de 1941, et Chevrier se promena tout d'abord dans Londres la tête bandée, comme un soldat des Dernières Cartouches. Son colonel ne voulait pas l'affecter à notre radio, car il le trouvait un excellent déména­geur ! Je dus expliquer au colonel que Chevrier, étant un excellent historien, nous était fort précieux pour sa connaissance de la Révolution et de l'Empire !
Il fut un peu étonné, mais nous eûmes Chevrier, qui, zozotant un peu, craignait le micro et se spé­cialisa dans la rédaction de « papiers » excellents, ayant sujet à la situation en France. Cela lui donna l'envie d'y retourner. Chevrier était un Bourguignon, petit, trapu, grand fumeur de pipe et grand buveur de pots. Il avait un caractère souvent peu commode, renfermé, mais avait du caractère et du courage. Il nous quitta, sauta une fois en parachute pour s'entraî­ner, et une seconde fois au-dessus de la France, où il atterrit non loin d'un presbytère dont le curé l'accueillit par ces mots : « Mon enfant, c'est le Ciel qui vous envoie. Vous êtes notre premier parachu­tiste. » Une châtelaine ensuite le cacha, dans un pla­card à double fond qui avait déjà servi à un émigré pendant la Révolution, ce qui enchanta Chevrier. Il vécut ensuite clandestinement, et dangereuse­ment, à Paris, sans oser même aller voir ses parents, faillit plusieurs fois être arrêté, prêt à avaler la pastille empoisonnée que portent toujours ceux qui font ces dangereuses missions, mais fut mira­culeusement sauvé par la chance. Le jour de l'insur­rection parisienne, avec quelques amis, il s'empara du ministère de l'Intérieur, et, du même coup, d'un splendide hôtel du Faubourg Saint-Honoré, réqui­sitionné par les Allemands, où il a installé une popote pour un groupe de « résistants », et où il fume sa pipe sous les lambris dorés."

Laurent Laloup le vendredi 28 mars 2008

Dernière mise à jour le mardi 21 mars 2017

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 7 11 2017  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  4 requêtes