Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste
Recherche avancée
Contact
 
 

Un Français Libre parmi 50450
 

Jacques Pigneaux de Laroche



Naissance : 18 décembre 1920 - Paris

Activité antérieure : étudiant / scolaire

Point de départ vers la France Libre : Métropole

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Affectation principale : Terre DFL - Moyen Orient / artillerie

Grade atteint pendant la guerre : sous-lieutenant

Contribuez à son livre d'or !

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 7 multiplié par 4 =  ?


Jacques Pigneaux de Laroche - son Livre d'or !
 

A un parent

Toutes mes condoléances à mes cousins qui ne m'ont pas prévenus de son décès.

Nicolas ZAHAR le mardi 13 août 2013


décès

je viens d'apprendre avec une grande tristesse le décès de Jacques Pigneaux de Laroche survenu samedi 19 juillet,
un des tout premiers a être engagé dans la France Libre avec le n°17.
un Homme que j'ai eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises
un Homme d'une très grande gentillesse
qu'il repose en paix
je ne vous oublierai jamais



Cliquez pour agrandir

Leffray le lundi 29 juillet 2013


Souvenir d'une rencontre le 16 novembre 2012

Monsieur,

Je suis le fils ainé (né le 2 2 1938) du Compagnon Pierre Jean BOURGOIN, (à Bir Hacheim avec vous, 2BLE; 6eme compagnie, a succédé à Jean Simon à la tête de la compagnie Lourde. Pour reprendre votre réflexion sur la liberté que vous aviez en tant que célibataires, lui était marié et père de famille) 

A l'issue de la cérémonie du matin à l'Hôtel de Ville, nous avons échangé quelques mots en compagnie de Laurent VEDY petit fils du grand résistant G. VEDY "Médéric". Vos confidences ont ravivés mes souvenirs car j'ai eu l'occasion de fréquenter dans mon enfance tous vos camarades de la 1ere DFL. (Saint Hillier, Simon, Muraciole, etc...)

Ce petit mot pour vous dire le grand honneur (je sais que vous allez vous récrier...mais c'est un honneur pour moi) d'avoir pu échanger quelques mots de souvenirs avec vous.

Mon père est décédé en 1966 mais mon oncle René Devaux, né en 1923, Division Leclerc, 13em génie, fait partie de la Fondation de la France Libre, vous avez du vous y rencontrer, Il m'a incité, sans grand mal, à perpétrer la mémoire des français libres. De mon côté je transmets à mon fils et mes petits enfant la mémoire de leur Grand Père et de ses camarades.
Je tenais à vous faire part du plaisir de vous avoir rencontré à cette cérémonie.

Recevez mes sincères salutations.
Michel BOURGOIN

A tout hasard, voici mes coordonnées :
Michel BOURGOIN
14ter rue Saint Louis
77300 Fontainebleau
01 64 22 46 35

Michel BOURGOIN le mardi 20 novembre 2012


Jacques Pigneaux de Laroche

Souvenirs d'un officier d'artillerie coloniale, de Paul Morlon :

"La CR1 est sous les ordres du Lieutenant JOCHEM (un réserviste, dans le civil ingénieur aux Pétroles d'IRAK). Elle administre l'Etat-Major du régiment qui com­prend le Lieutenant BOURGET (X 35) adjoint, le Lieutenant KERVIZIC, officier des transmissions, l'Aspirant DE LAROCHE, officier de liaison, les adjudants-chefs ROUILLON, secrétaire, BIRAUD, interprète, LEKNER, chargé du matériel d'artille­rie et MAILLET, chargé du matériel automobile. A la CR1 comptent également notre aumônier, le Sous-Lieutenant DAGORN, missionnaire lazariste en TURQUIE et en IRAN, et le Médecin-Sous-Lieutenant ADORJEAN, l'officier des Détails adju­dant-chef DELZANT remplacé ultérieurement par l'adjudant-chef HOYON.
"

Laurent Laloup le mercredi 25 février 2009


Jacques Pigneaux De Laroche

Extrait de : www.temoignagechretien.fr  

"La liberté, quelle aventure ! par Luc Chatel
Bateaux, avions, chars, chevaux : ces hommes-là se sont transportés par tous les moyens. À l’exception notable du train. Or, c’est précisément par le rail que les rescapés des Forces de la France libre (FFL) vont sillonner l’hexagone du 21 mai au 8 juin. Une exposition ambulante en forme de préambule aux cérémonies du débarquement. Coréalisée par la Fondation de la France libre et l’association Les gueules cassées, elle a pour but de contribuer au devoir de mémoire. Une expression bien difficile à définir pour Jacques Pigneaux de la Roche, trésorier de la Fondation. La mémoire, pour cet ancien capitaine d’artillerie, c’est d’abord une histoire. La sienne, et celle de ses compagnons, ses « frères ». Il s’engage le 21 juin 1940, à 19 ans. Il sera le n° 17 des FFL. La guerre, il la fera dans l’artillerie coloniale : Sénégal, Congo-Brazzaville, Égypte (où il rencontre une infirmière de la Croix rouge, qui devient sa femme), Palestine (« C’était avant la création de l’État israélien, juifs et arabes vivaient en harmonie »), Bir Hakeim, Tunisie.
À 84 ans, notre homme a conservé cette énergie qui lui fut nécessaire pour supporter quatre années de combats. Il vous raconte ce qu’il a vécu, ce qu’il a vu, sans psychologie. Et les conclusions n’en sont que plus claires. « Il était sans doute plus difficile d’entrer en résistance pour des hommes mariés ou pour des officiers, qui devenaient alors déserteurs. » Ce n’était pas la situation d’Émile Chaline, qui a sauté le pas à 18 ans. Un peu poussé par son père, un ancien combattant de Verdun. Natif de Brest, Émile Chahine s’engage dans les Forces navales de la France libre. Il deviendra vice-amiral. Il porte aujourd’hui le même regard que Jacques Pigneaux de la Roche. « J’étais un jeune garçon plein d’enthousiasme, les oreilles bourdonnant des conseils paternels. » L’un des ingrédients décisifs des FFL, ce fut leur jeunesse. Et nos deux témoins insistent pareillement sur le même mot : aventure. À les écouter, pleins de fraîcheur et d’enthousiasme, de simplicité, le rire facile et le verbe simple, sans solennité, on les devinerait prêts à repartir. S’ils se sont engagés, c’est aussi, et surtout, parce qu’il était « insupportable de voir débarquer les uniformes vert de gris allemands ». Comme le dit si bien Elie de Saint-Marc, « les hommes de ma génération ne sont pas des enfants de mai 1968, mais de mai 1940 ». Marqués par la défaite. Le sentiment de perdre son pays. « La notion de patriotisme est difficile à faire passer auprès des adolescents », constate Émile Chaline. Ces deux témoins énergiques arrivent tout de même à donner un écho moderne à leur message. « Le nationalisme étriqué, ce n’est pas ma tasse de thé, commente Jacques Pigneaux de la Roche. Nous avons besoin de nous ouvrir, de voir ce qu’il se passe ailleurs. » Ce qu’il fera, en un sens, après la Libération. Le capitaine quitte l’uniforme et devient stagiaire chez Renault. Il se souvient des steaks de baleine de la cantine. De la découverte du milieu ouvrier. De la fraternité. Voilà une valeur qu’il veut faire passer. Une fraternité vécue au côtés des artilleurs africains. Devenu secrétaire général au sein d’une multinationale, puis maire d’un village normand de 100 habitants, ses convictions n’ont pas varié. Aventure, engagement, fraternité : une belle devise au fronton de notre histoire.
"

Photo : Jacques Pigneaux de la Roche, 2e à partir de la gauche. (Source 

Laurent Laloup le lundi 05 février 2007

Dernière mise à jour le mardi 13 août 2013

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 24 11 2016  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  4 requêtes